Kribi : La communauté française indignée
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Kribi : La communauté française indignée :: CAMEROON

Elle déplore l’assassinat d’un des leurs et se résignent à un mode de vie plus enclin à la vigilance.

Stupeur et inquiétude habitent désormais au milieu des ressortissants français résidant à Kribi. Ces expatriés évoluant en communauté dans le chef-lieu du département de l’Océan (région du Sud) sont engourdis de tristesse. Ils sont tous affectés par un événement douloureux survenu le 10 juin dernier.

Celle de la perte dramatique d’un des leurs, le nommé Pascal Lemaire, décédé après avoir reçu plusieurs coups de poignard à la poitrine et à la tête. Rassemblés samedi 12 juin dans le jardin municipal qui jouxte l’Hôpital de district de Kribi, Ils ont tenu par la voix du consul honoraire de France à Kribi, Abdel Kader Ghandour, et sur autorisation de l’ambassade de France au Cameroun, à rendre un hommage au défunt et dénoncer l’acte criminel.

« Je me suis engagé à ce que ce rassemblement soit pacifique et digne, pour respecter la mémoire de celui qui nous a quitté. C’est pour refléter l’image de notre communauté, solidaire de ses membres, dans des circonstances difficiles. Nous venons rendre un hommage à celui qui nous a quitté sauvagement (...) Il n’avait de problèmes avec personne. Mis à part le cambriolage qu’il a subi à son domicile il y a deux mois... » commence le consul avant de condamner le meurtre. « C’est un assassinat. Je pèse mes mots. Il était délibéré. Le criminel était là pour le tuer. L’intention de tuer était manifeste. Il a reçu cinq coups de poignard dont trois dans la région du coeur. Nous condamnons un acte pareil ».

Pour finir, il va rassurer ses compatriotes des dispositions prises pour leur sécurité dans la ville balnéaire, non sans manquer de les sensibiliser et les inviter à se résigner à un mode de vie plus enclin à la vigilance et à la prudence. « Je tiens à vous rassurer qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter à Kribi. Des dispositions sont prises et des mesures sont renforcées pour votre sécurité. Mais vous devez savoir qu’on ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen français à Kribi. Il faut qu’on applique deux règles simples : le bon sens et l’auto vigilance. On ne peut pas recevoir n’importe qui chez soi. On ne peut rentrer chez soi tard la nuit en empruntant une moto. Faisons tous 85% d’effort positif et faisons face à 15% de risque », recommande Abdel Kader Ghandour.

Meurtre

Le 10 juin dernier aux environs de 20h, Pascal Lemaire entend un bruit à l’extérieur de son domicile au quartier Ebouyè à quatre kilomètres du centre-ville. Il sort pour savoir ce qu’il en est, et fait face sur le pas de sa porte à un malfrat. Il reçoit alors un premier coup de poignard au cœur, un deuxième, puis trois autres sur la tête. Il va s’écrouler sur place et son bourreau va s’enfuir sans rien emporter. D’après une source digne de foi, c’est un agent de sécurité en faction à une villa en face qui entendra les cris de détresse et donnera l’alerte. Informées, les forces de sécurité se rendront sur les lieux. C’est pendant son transport pour les services sanitaires d’urgence que la victime décède.

Pascal Lemaire, âgé de 66 ans, était un fonctionnaire français à la retraite. Résidant à Kribi depuis près d’une décennie, il menait une vie quasiment solitaire dans sa maison et ne recevait de temps en temps que la visite de quelques amis. Deux mois avant, il avait été victime d’un cambriolage dont une plainte avait été déposée auprès du commissaire central de Kribi. Au cours du larcin, une importante somme d’argent et quelques objets de valeur avaient été emportés.

Son assassinat vient remettre au goût du jour la question de sécurité des ressortissants français vivant à Kribi. On se souvient que le 24 octobre dernier, le directeur général de la société CFAO-ICRAFON, Patrice Porte, avait fait l’objet d’un enlèvement alors qu’il sortait d’une séance de golf au centre de golf de Mpalla. En ce moment, l’expression de peur et d’inquiétude est lisible sur les visages des touristes et autres résidents français dans la cité touristique de l’Océan, bien que les autorités administratives locales rassurent sur de nouvelles stratégies en cours pour leur sécurité.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo