DÉLABREMENTS DE L’AXE ROUTIER NKOLBISSON-LEBOUDI : Les habitants s’inquiètent
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: DÉLABREMENTS DE L’AXE ROUTIER NKOLBISSON-LEBOUDI : Les habitants s’inquiètent :: CAMEROON

En plus de grands nids de poules et inondations qui impactent énormément sur le trafic routier en période de saison pluvieuse, les populations de la zone en général et celles des deux quartiers « Dagobert » et « Béatitude » s’inquiètent sur la poussée de deux énormes « trous » qui grandissent au quotidien sur le tronçon routier. Dans quelques jours, la route sera divisée en deux. Une situation assez délicate, alarmante voir urgente qui ne semble pas interpeller les autorités administratives de la commune d’arrondissement de Yaoundé VII.

Pas une semaine ne passe, sans qu’il ait collision entre deux véhicules ou entre engins à deux roues sur la zone de Nkolbisson- Leboudi. Triste réalité mais vrai. Entre nids de poule, inondations, obscurité, les populations de cette partie de Yaoundé VII sont partagées. Fatiguée d’exprimer leur « ras-le-bol », les habitants de la localité essayent tant bien que mal de s’adapter à la route qui engendre d’importantes pertes.

Pour s’y rendre de l’autre côté de Nkolbisson, Okola ou dans les villages voisins, c’est un parcourt de combattants que font les chauffeurs de taxi et autres transporteurs. Sans compter la souffrance des clients à bord des véhicules. Aujourd’hui, il est quasiment impossible de longer le tronçon routier « Carramba » -échangeur Nkolbisson sans se faire heurter par un véhicule où un engin à deux roues qui tente d’esquiver les trous sur la route. L’axe en question est devenu un véritable cauchemar pour les riverains. Tout au long de l’avenue marchande, les commerçants expriment leur ras-le-bol. « Je loue cette boutique depuis huit ans et depuis cinq ans, j’ai perdu la quiétude en saison pluvieuse. Tout est inondé à cause de la rigole qui n’est pas aménagée », déplore Mme Tagne propriétaire d’une boutique non loin de la chaussée. Quand il pleut, « même les voitures ne circulent plus sur cette route, on est obligé de transporter les passagers sur le dos", renchérit Safari G., qui conduit un porte-tout sur le long de route.

Plus loin, à plusieurs kilomètres de l’axe allant vers Leboudi entre Dagobert » et « Béatitude, un autre tronçon qui se trouve à un état de délabrement avancé. Ici, en seulement deux mois de pluie, deux grands troue plombent la circulation. Les chauffeurs de taxi font la queue pour pouvoir joindre chacun sa destination. Merlin, un habitant du quartier, affirme que depuis, qu’il y’a trou, certains responsables de la Mairie de Yaoundé VII sont descendus sur les lieux mais depuis lors rien a été fait. Après quoi, la route s’est dégradée et a été classée aux oubliettes ». Avant d’ajouter, « À cause du mauvais état de cette route, nous avons souffert tant en saison pluvieuse que sèche.

Les enfants tombaient malades sans oublier qu’un tas d’ordures jonchait cette voie ». « Je ne vais pas indexer le président de la République, mais je dirai que les autorités doivent faire quelque chose pour nous soulager de cette peine », a déclaré Arlette, une coiffeuse. Tout le long de cet itinéraire qui une fois, devait servir d’axe central Yaoundé-Bafoussam, aucun signe de travaux n’est prévisible. Quant aux autorités locales, rien n’est dit et rien n’est fait. En attendant, les populations souffrent le martyr. « Nous voulons que cette route soit rénovée », a souhaité un autochtone du quartier Caramba à Yaoundé.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo