Mouvement d'humeur à  Sosucam:  Employés et riverains bloquent la cité des cadres
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Mouvement d'humeur à Sosucam: Employés et riverains bloquent la cité des cadres :: CAMEROON

Nkoteng, département de la Haute - Sanaga, région du Centre Cameroun. Ce samedi 23 janvier 2021. Employés et riverains de la Société sucrière du Cameroun ( Sosucam ), bloquent la cité des cadres à Nkoteng la direction générale du mastodonte camerounais de l'agroalimentaire, et filiale du groupe français SOMDIAA. 

Les employés ont bloqué la cité des cadres, interdisant ainsi au PDG Alexandre Vilgrain ainsi tous les cadres de l'entreprise, de sortir.  Les manifestants réclament le départ du nouveau directeur des Ressources humaines ( nommé il y a seulement trois mois, après avoir occupé le poste d'adjoint dans les mêmes fonctions), Sylvain André Essomo; la mutation de Monsieur Noubi  "dans un autre service", ainsi que Monsieur Tsakounté. La gendarmerie et la police de Nkoteng, sollicitées par la direction générale de Sosucam,  ont investi les lieux, et procédé à l'arrestation de plusieurs manifestants. Le climat social est très délétère à Sosucam depuis le départ du PDG camerounais, Louis Yinda.  L'entreprise a depuis son départ, un top management français, avec comme PDG, le Français Alexandre Vilgrain. 

Ce dernier est assisté de deux directeur généraux adjoints ( un Français et un Camerounais) dont un Français qui a été poussé à la démission il y a quelques mois, par le personnel de la Sosucam. Selon des indiscrétions, des  rancunes de toutes sortes, des règlements de comptes et même des clans ésotériques sont à la manœuvre depuis le départ du PDG Louis Yinda. " Certains hauts responsables règlent des comptes à certains cadres, voulant les pousser à la démission par toutes sortes de pressions et d'oppression psychologiques, les empêchant de travailler, vidant leur portefeuille de tout contenu, parce qu'ils les accusent d'avoir été des protégés de l'ancien PDG Louis Yinda. Une dame responsable d'un service a failli se suicider il y a quelques mois, parce que persécuté par l'un des directeurs généraux adjoints, et par un autre directeur placé à un poste stratégique. La pauvre dame qui du reste est très compétente dans son domaine, et fait même la fierté de la Sosucam, est persécutée pour avoir été une proche de l'ancien PDG", nous confie une source interne à Sosucam.

Avec le blocus de la cité des cadres de  ce matin, l'usine de production de sucre devrait être à l'arrêt. 

Les revendications des employés et des riverains de Sosucam ont été portées depuis quelques temps, à l'endroit du top management, des autorités administratives de Nanga - Eboko et Nkoteng, et au gouverneur de la région du Centre. Les contestataires demandent aussi le départ du responsable de la responsabilité sociétale de la Sosucam.  Selon eux, les clauses sociales avec les riverains des plantations de canne à sucre de la filiale française, ne sont pas respectées, et pourtant, c'est sur leurs terres qu'est cultivée la canne à sucre.

Les populations riveraines de la Sosucam dénoncent les conditions de vie et de travail dans les champs de la Société sucrière du Cameroun. Il leur est en fait .Difficile,  de réclamer de meilleures conditions. «Les employés accusent leur hiérarchie de dictature, peu attentive à leurs doléances, matant les meneurs à la moindre revendication collective.», nous confie un manifestant.

Implantée au Cameroun depuis 1964, et spécialisée dans le domaine de l'agroalimentaire, la Sosucam est la filiale du groupe français Société d'organisation de management et de développement des industries alimentaires et agricoles (Somdiaa). La multinationale produit uniquement du sucre raffiné au Cameroun.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo