Ouganda reporte l'accord UE : débat sur idéologie du genre et souveraineté
OUGANDA :: POLITIQUE

Ouganda Reporte L'accord Ue : Débat Sur Idéologie Du Genre Et Souveraineté :: Uganda

L’Ouganda, qui est resté ferme dans ses valeurs traditionnelles malgré la pression constante de l’Occident pour accepter des idéologies LGBT, a annoncé la semaine dernière qu’il reporterait la signature du nouvel accord de partenariat avec l’Union européenne.

Le gouvernement ougandais a récemment reporté la signature d’un accord avec l’Union européenne (UE) et une coalition de pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique en raison du manque de clarté de l’accord sur des points liés à la sexualité et à l’idéologie du genre.

L’Ouganda a annoncé à la fin de la semaine dernière sa décision de reporter la signature du Nouvel Accord de Partenariat (NPA) avec l’UE et l’Organisation de l’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, tout en cherchant des éclaircissements sur le langage concernant «l’égalité des sexes», la «discrimination», le sexe et l’éducation sexuelle ainsi que les groupes marginalisés.

Homosexualité et avortement

L’accord inclut 79 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique et menace d’imposer une «éducation» radicale en matière de genre et de sexe aux nations conservatrices et de saper leur souveraineté respective. Il a été signé le 15 novembre et lie juridiquement les signataires pour les deux prochaines décennies.

Le 17 novembre, le Parlement ougandais a annoncé qu’il ne signerait pas l’accord tant que des éclaircissements sur ces questions et une compréhension complète de l’accord n’auraient pas été obtenus. Le nouvel accord de partenariat, qui constitue le dernier volet de l’accord global de Samoa, est conçu pour aborder les questions liées aux «droits de l’homme» et au développement, à la gouvernance, à la sécurité, à la «durabilité environnementale» et à la migration.

Le document exige spécifiquement que les signataires fassent respecter les «droits de l’homme», y compris les pratiques de «non-discrimination» fondées sur le sexe. Il suggère également que les «violations des droits de l’homme» internationalement reconnues englobent «la violence sexuelle, fondée sur le genre et l’identité», qui doivent également être traitées comme des «violations des droits de l’homme». Cependant, on ne sait pas clairement ce qui serait considéré comme «violence» dans ce langage technocratique, car le mot n’est pas défini dans le document.

Quant à l’UE, depuis des années, elle défend l’agenda LGBT, atteignant un nouveau niveau en 2016 lorsque les États membres ont convenu de défendre ce qui est nommé «égalité LGBTI».

La Namibie a déjà rejeté le Nouvel Accord de Partenariat

Plus tôt ce mois-ci, la nation namibienne a rejeté le Nouvel Accord de Partenariat (NPA), invoquant la menace qui pesait sur sa souveraineté et les «préoccupations fondamentales» du gouvernement africain concernant le libellé de l’accord.

Le NPA remplace l’accord de Cotonou, une autre politique menée par l’UE axée sur les principes commerciaux et économiques avec les pays africains. Cet accord commercial a été signé pour la première fois en 2000 et prolongé au-delà de sa date d’expiration de 2019 en raison de la COVID-19.

La dernière opposition de l’Ouganda aux points libéraux du NPA survient un an après avoir soulevé les mêmes préoccupations lors du sommet Afrique, Caraïbes et Pacifique-Union européenne (ACP-UE) en novembre 2022.

Thomas Tayebwa, vice-président du Parlement ougandais, avait déclaré à l’époque que son pays s’opposait aux «clauses cachées concernant les droits de l’homme», en particulier les prétendus «droits» liés à l’idéologie du genre et à l’avortement. Il a fait valoir que l’UE essayait de les forcer à approuver de telles pratiques en signant l’accord actualisé.

«Nous sommes une société qui n’est pas prête pour l’homosexualité, et nous sommes une société qui n’est pas prête pour l’avortement», a déclaré Tayebwa lors du sommet de 2022. «Nous ne sommes pas encore une société qui a perdu le sens moral».

Pour l’instant, l’Ouganda n’a pas ouvertement refusé de signer le NPA. À ce stade, le gouvernement a simplement reporté son engagement envers l’accord en attendant des éclaircissements supplémentaires sur son libellé.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

canal de vie

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo


L'actualité en vidéo