Dix ans de prison pour le cuisinier de Mouelle Kombi
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Dix ans de prison pour le cuisinier de Mouelle Kombi :: CAMEROON

Benjamin Rim et ses complices ont été reconnus coupables de vol aggravé et recel aggravé. Ils sont accusés d'avoir dérobé une somme de 100 millions de FCFA au domicile du ministre.

Le verdict dans l´affaire ministère public et Narcisse Mouelle Kombi contre son cuisinier Benjamin Rim et ses complices, accusés de vol aggravé et recel aggravé, a été rendu mercredi 25 novembre dernier au tribunal de grande instance de Yaoundé. Une décision jugée très lourde par les conseils de l´accusé. Le tribunal statuant contradictoirement en matière criminelle et conformément à la loi, tout en accordant les circonstances atténuantes aux accusés, condamne à la peine de 10 ans de prison ferme Rim Benjamin et Fouda Kana Christophe Bertrand, tandis que Denis Ottou écope de 2 ans de prison. Ils devront payer la somme de 35 millions de dommages et intérêts, dont 32 millions pour le préjudice matériel et 3 millions de préjudice moral.

Le conseil du ministre des Sports et de l´Education physique avait sollicité la somme globale de 49 millions de dommages et intérêts. Le tribunal ordonne également le transfert du véhicule saisi au ministère des Sports, la restitution à Denis Ottou du matelas et la plaque à gaz saisis à son domicile. Un mandat d'incarcération pour les trois accusés a été ordonné par le tribunal. Ils ont 10 jours pour interjeter appel de la décision.

Benjamin Rim, qui a demandé pardon à la Cour pour son geste, était l´homme à tout faire de la maison. Il avait été interpellé, ainsi que ses complices, après la soustraction d'une somme de 100.000.000 FCFA dans des sacs entreposés au domicile de son employeur, Narcisse Mouelle Kombi, ainsi que des bons de carburants évalués à 10 millions FCFA. Entretemps, ce dernier a restitué la somme de 63 millions de FCFA en espèces, et 450.000 FCFA en bons de carburant.

Devant la barre, le jeune cuisinier, orphelin de père et de mère depuis son jeune âge, a déclaré qu'il n'a pas pu résister à la tentation, au regard de sa précarité, lui qui avait un salaire de 37 000 FCFA. Père de deux enfants et aîné d´une famille de 7 enfants dont il avait la charge, il avait du mal à joindre les deux bouts.

Et la pression était trop forte pour lui qui, tous les soirs, à partir de 23h, devait transporter des sacs d´argent de la malle arrière du véhicule de son patron pour une pièce à l'intérieurdu domicile. Ceci après les tâches de ménage, de nettoyage, de désherbage et ensuite les courses personnelles du ministre effectuées tout au long de la journée. Pour son conseil, si son client avait connu un tant soit peu une augmentation de salaire, on n'en serait pas là.

« Transporter les sacs d´argent était une provocation, lui qui est violenté par la nécessité a cédé. Si la victime avait eu un brin d'humanisme en créant, en améliorant les conditions de vie de ce dernier, en augmentant le salaire, on n'en serait pas là », expliquera Me Richard Mbassi qui a appelé à l'humanité de la Cour pour ces trois jeunes, tous orphelins, que la vie les a déjà condamnés.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo