World news CAMEROUN :: Trois trafiquants au Tribunal de Première Instance de Ndokoti à Douala :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
World news CAMEROUN :: Trois trafiquants au Tribunal de Première Instance de Ndokoti à Douala :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Franck Bafeli
  • vendredi 20 novembre 2020 13:00:00
  • 945

World news CAMEROUN :: Trois trafiquants au Tribunal de Première Instance de Ndokoti à Douala :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU

Cameroun- Trois présumés trafiquants d'espèces sauvages doivent comparaître devant le Tribunal de Première Instance de Ndokoti à Douala le 26 novembre 2020 pour répondre aux accusations de trafic d'ivoire.

Les trois ont été arrêtés le 7 mai dernier lors d'une opération coups de poing menée par la Délégation Régionale des Forêts et de la Faune du Littoral en collaboration avec la police. Ils ont été trouvés en possession illégale de 26 kg de pointes d'ivoire.

L'opération a été menée avec l'assistance technique de LAGA, une organisation non gouvernementale LAGA.

Chaque année, 20 000 à 30 000 éléphants sont tués pour leur ivoire, soit 50 à 80 par jour selon le World Wild Fund for Nature. On estime que 100 éléphants d'Afrique sont tués chaque jour par des trafiquants à la recherche d'ivoire et de quelques parties, comme l'indique le site de la Journée mondiale de l'éléphant. Il ne reste que 400 000 éléphants d'Afrique dans le monde en raison de l'insatiable soif de produits en ivoire, surtout en Asie. L'augmentation du trafic d'ivoire a donc contribué à une réduction significative de la population d'éléphants.

Récemment, un homme a été intercepté dans la ville frontalière d'Ambam avec 626 kg d'ivoire. Malgré certains progrès réalisés en matière de conservation, notamment en ce qui concerne l'application des législations sur la faune, cette pratique reste endémique.

Les trafiquants d'ivoire doivent donc être soumis à des sanctions exemplaires afin de servir d'exemple et de dissuader toute personne qui envisagerait de se livrer à cette pratique illégale. La loi de 1994 sur la faune stipule que toute personne trouvée en possession d'une espèce totalement protégée est passible d'une peine de prison de 3 ans et/ou d'une amende pouvant aller jusqu'à 10 millions de FCFA. Les éléphants sont classés comme espèces protégées et le trafic de leurs parties est totalement interdit.

20nov.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo