World news CAMEROUN :: Appel à insurrection du MRC : Un non-événement, selon le Mincom :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
World news CAMEROUN :: Appel à insurrection du MRC : Un non-événement, selon le Mincom :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Repères : Manguelle MOUALAL II
  • mercredi 23 septembre 2020 12:04:00
  • 888

World news CAMEROUN :: Appel à insurrection du MRC : Un non-événement, selon le Mincom :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU

René Emmanuel Sadi a une fois de plus, au cours du point de presse tenu le 21 septembre 2020 à Yaoundé, condamné les velléités malsaines nourries par certains partis politiques.

Le Cameroun est un Etat de droit qui se veut respectueux des règles élémentaires en matière de démocratie, c'est-à-dire la conquête du pouvoir par la voie des urnes. Tel est l’essence même du message des autorités camerounaises par la voix du porte-parole du gouvernement. Ce dernier invite les Camerounais à faire la sourde oreille aux appels lancés par les leaders du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC).

Selon René Emmanuel Sadi, ce parti de l’opposition qui a coutume de défier l’autorité de l’Etat, est en quête de survie. Car, «victime à la fois de ses contradictions et de ses égarements. » Selon le Mincom, ce parti politique s’inscrit une fois de plus dans une logique « de systématique provocation, de défiance de l'autorité de l’Etat voire d'affrontement des pouvoirs publics ». Au soutien de son argumentaire, René Emmanuel Sadi fait allusion d’une part au hold-up électoral au lendemain de l'élection présidentielle d’octobre 2018. D'autre part, il dénonce la politique fiction de ce parti.

Ayant délibérément choisi de se mettre en marge des échéances électorales, le MRC ne peut donc se prévaloir d’aucune représentation au sein des institutions républicaines. Ce parti est carrément sorti du rôle dévolu aux formations politiques, qui d'après la loi fondamentale du Cameroun « jouent un rôle constructif, qui n’incite nullement à semer la discorde et la chienlit, mais à concourir à l'expression du suffrage en respectant les principes de la démocratie, de la souveraineté et de l’unité nationale ». De toute évidence un parti politique en l’occurrence le MRC, ne peut « s'opposer à l'organisation d’un scrutin national du moment où les formations concurrentes ont décidé d’y participer ou à tout le moins d’approuver la convocation par le Chef de l'Etat.

Les autorités camerounaises croient dur comme fer en la maturité, au civisme et au sens de responsabilité de leurs compatriotes. Convaincus qu’ils ne prêteront pas le flanc à ses manoeuvres déstabilisatrices, René Emmanuel Sadi les a exhortés à rester indifférents aux appels des oiseaux de mauvais augure qui pratiquent une politique d’opportunisme orientée vers « des ambitions personnelles outrancières, que par les enjeux et intérêts des populations et de la Nation toute entière ».

Le régime des manifestations publiques ne saurait faire l’objet d’une dérogation et tout contrevenant s'exposera bon gré mal gré aux affres de loi.

23sept.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo