CAMEROUN :: Incident d'Ayos: La COMICODI exige des clarifications :: CAMEROON
CAMEROUN :: Incident d'Ayos: La COMICODI exige des clarifications :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE CAMEROUN :: Incident d'Ayos: La COMICODI exige des clarifications :: CAMEROON
  • Correspondance : COMICODI
  • mardi 28 janvier 2020 17:10:00
  • 2656

CAMEROUN :: Incident d'Ayos: La COMICODI exige des clarifications :: CAMEROON

Cameroun- Demande de clarification sur l’incident survenu au Lycée d’Ayos, mettant en exergue Mme le Sous-préfet et un enseignant

Madame la Ministre des Enseignements secondaires. Quelques jours seulement après le meurtre d’un enseignant dans un lycée de la capitale par son élève, une autre situation troublante, s’est présentée au lycée d’Ayos, où une Sous-préfète s’est présentée à l’établissement pour initier plusieurs actions, culminant avec une violente altercation suivie d’humiliation d’un enseignant de philosophie de la classe de terminale.

En effet à ce jour, la séquence des événements ne semble pas assez claire pour permettre à l’opinion publique de se faire une idée précise.

Dans tous les cas, les premiers éléments qui apparaissent sans équivoque, montrent la frénésie avec laquelle, certaines personnes investies de l’autorité publique, de ses prérogatives et privilèges, confondent dorénavant les rôles au point de ne plus hésiter à enlever aux responsables, encadreurs et enseignants des établissements, la substance de leurs missions, la paternité et la primauté de l’éducation des enfants et la supervision exclusive des salles de classe.

En attendant toute clarification sur cet incident, il est urgent de rappeler aux uns et aux autres, que l’intégrité, l’honorabilité, la dignité, l’amour propre, l’image et la crédibilité de l’enseignant et des encadreurs en général, doivent être respectés et préservés. C’est le lieu de rappeler également, que l’inviolabilité de l’établissement et en l’espèce la sacralisation de l’autorité du chef d’établissement, sont indispensables pour garantir la qualité, la sérénité et le succès de l’éducation professée aux jeunes apprenants.

Dans l’attente, soyez assurés, Madame la Ministre, de la sincérité de notre haute considération./.

J.C. SHANDA TONME

Copie : PM

28janv.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo