Gouvernement Dion Ngute : Comptes et mécomptes de l’an 1
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Gouvernement Dion Ngute : Comptes et mécomptes de l’an 1 :: CAMEROON

Le bilan des 12 premiers mois du Premier ministre est plus mitigé.

Nommé Premier ministre à la surprise générale le 04 janvier 2019, Joseph Dion Ngute, qui n’était jusque-là que ministre chargé de missions à la présidence de la République, a « fêté » son premier anniversaire à l’immeuble « Etoile » samedi dernier. Durant ces 12 premiers mois, il aura avant tout marqué l’opinion par la tenue régulière des conseils de cabinet – tous les derniers jeudis du mois. Sa première grande action d’éclat, il la réalise un mois seulement après sa nomination : l’organisation, du 06 au 07 février 2019 à Yaoundé, des toutes premières assises générales de la commune. Les plus de 700 participants de divers profils à ces travaux qu’il a luimême présidés ont dressé un état des lieux de la décentralisation au Cameroun, assorti de recommandations et de perspectives pour un meilleur fonctionnement des collectivités territoriales décentralisées. Dans la foulée, il signera un décret fixant au titre de l’exercice 2019, le montant de la dotation générale de la décentralisation à 49,8 milliards Fcfa – jusque-là, le plafond était de 10 milliards Fcfa.

Par-dessus le marché, l’organisation du grand dialogue national, du 30 septembre au 04 octobre derniers, est à mettre à l’actif de Dion Ngute. En mission d’apaisement dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, c’est lui qui, en mai de l’an dernier, a été le premier à annoncer que le chef de l’Etat, Paul Biya, était désormais « prêt à discuter de tout, hormis la sécession ou la séparation ». Le portail des camerounais de Belgique (@camer.be). Contredit deux semaines après par le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, qui déclarera sur les antennes de France 24 que la question du fédéralisme est à exclure de tout débat, le Premier ministre n’a jamais tiré les oreilles à ce membre du gouvernement. Du moins officiellement. Heureusement, cet épisode reste la seule fausse note enregistrée dans son équipe, du point de vue de la coordination et de la solidarité gouvernementales. Le chef supérieur des Barombi dans le département du Ndiang (Sud-Ouest) a également le mérite d’avoir réussi l’organisation dudit dialogue.

Doing Business

Outre le fait qu’il n’est pas parvenu à résoudre la crise anglophone qui, aux yeux de Paul Biya demeure « l’un des problèmes les plus urgents », les plus grands ratés de l’an 1 du gouvernement Dion Ngute s’observent dans le domaine économique : conduite atone des grands projets, dégradation continue de l’environnement des affaires – le Cameroun a perdu une place dans le classement Doing Business publié en octobre dernier -, augmentation du niveau général des prix à la consommation finale des ménages alors que les revenus de ces derniers stagnent – les prix étaient en hausse de 2,5% au cours des neuf premiers mois de l’année 2019, selon l’Institut national de la statistique -, etc. Par ailleurs, aucun projet structurant dit de seconde génération n’a été lancé, excepté l’aménagement hydroélectrique de Nachtigal dans la région du Centre, dont les financements sont disponibles depuis 2018.

À l’opposé de son prédécesseur Philemon Yang, Dion Ngute est un éternel retardataire. L’ancien ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieur, chargé du Commonwealth, fait parfois retarder de deux heures les événements qu’il préside. Pour la première fois depuis au moins 10 ans, l’aide publique à la communication privée n’a pas été accordée aux médias nationaux en 2019. Le dossier y relatif se trouvait pourtant au niveau de ses services depuis plusieurs mois, selon des indiscrétions.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo