CÔTE D'IVOIRE :: Présidentielle en Côte d’Ivoire : Les grandes manœuvres ont commencé :: COTE D'IVOIRE
CÔTE D'IVOIRE :: Présidentielle en Côte d’Ivoire : Les grandes manœuvres ont commencé :: COTE D'IVOIRE
 
CÔTE D'IVOIRE :: POLITIQUE
  • Cameroon Tribune : Sainclair MEZING
  • mardi 26 novembre 2019 10:03:00
  • 2619

CÔTE D'IVOIRE :: Présidentielle en Côte d’Ivoire : Les grandes manœuvres ont commencé :: COTE D'IVOIRE

Les Ivoiriens se rendront aux urnes le 31 octobre 2020 pour élire le successeur à Alassane Ouattara qui achève son deuxième quinquennat à la tête de l’Etat. A onze mois de ce grand-rendez-vous électoral, la scène politique ivoirienne connait déjà une certaine effervescence avec à la manœuvre les mêmes acteurs qui sont en vue depuis les trois dernières décennies. Au fur et à mesure que l’on s’approche de cette date, la pression monte dans le pays. Entre nouvel appel au soutien de la communauté internationale, rapprochement et incertitudes, l’arène politique ivoirienne a de quoi tenir en haleine l’opinion jusqu’à échéance.

La commission électorale divise

A l’invitation des autorités ivoiriennes, une mission de l’Organisation des Nations unies (ONU) vient de séjourner à Abidjan en Côte d’Ivoire. Conduite par Simon-Pierre Nanitelamio, directeur adjoint de la division de l’assistance électorale de l’ONU, celle-ci est appelée à prêter main forte à la Commission électorale indépendante (CEI) dans l’organisation de la présidentielle de 2020. Alors qu’à moins d’un an de l’échéance, cette dernière ne fait pas encore l’unanimité entre pouvoir, opposition et société civile qui n’arrivent toujours pas à accorder leurs violons sur sa composition.

Alassane Ouattara maintient le suspense

Alors qu’il achève en 2020 son deuxième mandat de cinq ans, le président sortant a la possibilité de se représenter pour un nouveau mandat, conformément à la Constitution adoptée en 2016 levant le verrou sur la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels. Mais, Alassane Ouattara continue d’entretenir le flou autour de sa candidature. «J’aurai 78 ans l’année prochaine, mes médecins me disent que je suis en parfaite santé (…) Je ferai savoir (ma décision) en 2020. (…) Je vais prendre ma décision au moment opportun et sur la base de ce que mon parti me dira de faire. La Constitution me permet de faire deux autres mandats», a-t-il indiqué en août dernier au cours d’une interview accordée à la télévision nationale ivoirienne.

Laurent Gbagbo, incertain

Bien qu’acquitté en janvier dernier à la Cour pénale internationale (CPI), cette figure historique du Front patriotique ivoirien (FPI) reste encore à résidence surveillée en Belgique et ne peut rentrer en Côte d’Ivoire comme il l’a toujours souhaité. La chambre d’appel devra encore examiner la demande en appel de la procureure. Au pays, ses partisans caressent patiemment l’espoir d’un retour de leur «héros» avant octobre 2020 afin qu’il prenne part au scrutin.

Henri Konan Bédié, une candidature probable

A 85 ans, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) est à la tête de la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (CDRP), une plateforme politique récemment créée. Le portail des camerounais de Belgique (Camer.be). Même s’il ne s’est pas encore officiellement prononcé sur une éventuelle candidature en 2020, les multiples initiatives qu’il entreprend ces derniers jours semblent lui prêter une telle intention. L’ancien président ivoirien a ouvert un compte Twitter et une page Facebook officiels, ainsi qu’un site internet au nom de domaine assez évocateur : « hkb2020.com ».

Soro-Blé Goudé : le rapprochement ?

Après son divorce d’avec son mentor d’hier, Alassane Ouattara, au lendemain de sa démission le 8 février dernier du poste de président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro est libre. Candidat déclaré à la présidentielle de 2020, l’ancien Premier ministre ivoirien qui a créé le parti Générations et peuples solidaires (GPS) rencontré dimanche à La Haye son ancien compagnon de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), Charles Blé Goudé, président du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP). Selon un communiqué conjoint ayant sanctionné cette rencontre, les deux leaders ont promis d’œuvrer ensemble pour le dialogue, la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire.

26nov.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo