CAMEROUN :: Célestin Bedzigui fustige Jean Michel Nintcheu :: CAMEROON
CAMEROUN :: Célestin Bedzigui fustige Jean Michel Nintcheu :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Source : LA NOUVELLE
  • mardi 16 juillet 2019 00:47:00
  • 2951

CAMEROUN :: Célestin Bedzigui fustige Jean Michel Nintcheu :: CAMEROON

Après l’appel au génocide lancé par Patrice Nganang contre les Boulou dans une vidéo en circulation sur les réseaux sociaux, les députés de la région du Sud sont sortis de leur réserve pour stigmatiser les propos du milicien de Maurice Kamto. Ce qui n’a pas été du goût du député du Sdf, Jean Michel Nintcheu. Lisez plutôt la réaction du président du Parti de l’alliance libérale (Pal).

Un proverbe Ekang dit : « A piéger avec mauvaise foi et à appâter avec duplicité, c'est la vérité qu'on trouve prise au piège ». Cette vérité triste et répugnante est celle que révèle l'indignation claironnée par un des plus remarquables députés de la Nation, l'honorable Nintcheu Jean Michel qui a acquis des lettres de noblesse dans la lutte pour la démocratie dans notre pays depuis des années, ce qui lui vaut de ma part une estime et un respect certain, et qu'avec regret je vois tomber pour le regretter sincèrement dans la trappe à double fond et de l'indignation sélective et du communautarisme militant. Le portail des camerounais de Belgique. Indignation sélective car, le droit qu'il a de condamner avec véhémence en la chargeant de toutes les menaces la formule « nul n'a le monopole de la violence » utilisée U par ses collègues d'ethnie « Boulou », une ethnie dont Patrice Nganang a demandé urbi et orbi l'extermination par les Bamilékés, ne l'oblige-t-il pas de condamner avec autant de vigueur les propos du hère Nganang ? N'aurait-il pas dû masquer la grave défaillance de n'avoir pas condamné depuis des jours qu'elle est en circulation la vidéo de Nganang en complétant sa charge contre les députés « Boulou » par une telle condamnation en sa qualité justement de député de la Nation ?

Medumba

De ne l'avoir pas fait révèle une asymétrie questionnable et une indignation sélective qui, sur un problème aussi grave, ne semble en définitive que vouloir servir une communauté qui se trouve malheureusement être la sienne. Le communautarisme militant. C'est ce que révèle malheureusement cette posture asymétrique d'un personnage qui jusqu'à ce jour ne pouvait être soupçonné de tribalisme. Il est à craindre que sa démarche dont les ressorts et les visées politiciennes n'échappent pas à un observateur avisé ne le marque désormais du stigmate de n'être pas le député de la Nation pour être perçu plutôt désormais comme le héraut d'une communauté. Et réduit à ce point, il n'aurait plus aucune raison de condamner la posture de ses collègues « Boulou » dont il faut le souligner en gras, la communauté a été injustement et gravement attaquée par un individu se prévalant de parler au nom des siens sans le moindre désaveu de quiconque.

Il faut d'ailleurs relever la gravité de ce silence complice car si dans la partie française de son propos Nganang désignait les Boulou, il glissait vicieusement pour désigner comme cible en Mendumba les « Nkwa », c'est-à- dire tous les non-Bamiléké, un appel à la guerre des Bamiléké contre tous les non-Bamiléké !!! La gravité de cette situation commande que soit combattue toute duplicité et que le tribalisme sous toutes les formes soit dénoncé. Il n'y a pas de bon tribalisme et des bons tribalistes dont les oukases doivent leur valoir l'onction du silence, et d'autres qui seraient à vilipender et lyncher. Trêve d'hypocrisie et de récupération politicienne donc. Luttons sans concession contre le tribalisme. Pour paraphraser M.L. King, nous vivrons heureux en rejetant la division ou nous périrons tous dans les flammes du braisier qu'attisent certains illuminés.

16juil.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo