CAMEROUN :: Paul et Chantal Biya à Yaoundé : Retour précipité d’un voyage inachevé à Genève. :: CAMEROON
CAMEROUN :: Paul et Chantal Biya à Yaoundé : Retour précipité d’un voyage inachevé à Genève. :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: MéDIA
  • Camer.be : Ben BATANA
  • mardi 09 juillet 2019 01:37:00
  • 3719

CAMEROUN :: Paul et Chantal Biya à Yaoundé : Retour précipité d’un voyage inachevé à Genève. :: CAMEROON

Les militants ont scandé, le long du parcours présidentiel dans la capitale. Pour lui donner une nouvelle santé populaire.

Une actualité traitée par les tabloïds sur le fond et la forme. Cameroon Tribune, le journal à capitaux publics paraissant à Yaoundé a accompagné cette « liesse populaire » à l’issue d’un bref séjour privé en Europe. Le couple présidentiel a eu droit à un accueil enthousiaste des populations de la capitale et de ses environs sorties en masse pour l’ovationner à son passage. Yaoundé a « fait un triomphe à Paul Biya ».

Toute chose rendue possible grâce à l’initiative de deux parmi le plus fidèles de l’homme du 6 Novembre 1982 « Eyebe Ayissi et Fame Ndongo en chef d’orchestre » un accueil des grands jours vendredi 5 juillet dernier après un bref séjour particulièrement agité à Genève. Cet accueil triomphal cache mal une situation sociopolitique particulièrement tendue au pays et au-delà des frontières ? Que peut-on tirer de ce séjour helvétique ?

C’est un contexte d’attentes pressantes et d’urgences multiformes que retrouve le chef de l’Etat. Pour l’Anecdote, Le président de la République en a profité pour poser les jalons du dialogue inclusif, sur la crise anglophone en collaboration avec le gouvernement Suisse. Un bref-long séjour qui a été particulièrement tumultueux.

Le Journal Le Jour lui, parle de « l’effet Genève ». Le chef de l’Etat camerounais est revenu vendredi d’un séjour mouvementé en Suisse. Contestations : « L’humiliation de Genève », écrit La Voix du Centre. Parti du Cameroun pour un séjour privé en Suisse, le président de la République est rentré 12 jours après, la queue entre les jambes. Entre la pression des autorités suisse et la menace de la Brigade Anti-Sardinards, Paul Biya n’en pouvant plus.

09juil.
Lire aussi dans la rubrique MéDIA

canal de vie

Vidéo