CAMEROUN :: Marches blanches du Mrc : 22 détenus au tribunal militaire :: CAMEROON
CAMEROUN :: Marches blanches du Mrc : 22 détenus au tribunal militaire :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Le Jour : Cécile Ambatinda
  • mercredi 15 mai 2019 10:14:00
  • 2919

CAMEROUN :: Marches blanches du Mrc : 22 détenus au tribunal militaire :: CAMEROON

Les accusés ont une fois de plus décliné la compétence de cette juridiction hier 14 mai 2019.

« 23 personnes devaient comparaitre devant le juge d’instruction du tribunal militaire de Yaoundé hier, 14 mai 2019. Seules 22 se sont présentées. Un accusé est à Douala. On a appelé un à un et tous ont décliné la compétence du tribunal militaire », explique Me Emmanuel Simh, avocat de la défense des droits et intérêts des accusés, joint au téléphone. Parmi les personnes concernées par cette procédure judiciaire se trouvaient entre autres Célestin Djamen, Gaston Abe Abe dit « Valséro ».

Dans une publication sur sa page Facebook, le porte-parole du Professeur Maurice Kamto précise les circonstances de l’audience. « Suite à « un avis d’interrogatoire et de mise à disposition du dossier de procédure au conseil » émis par le nouveau Lieutenant-colonel magistrat juge d’instruction au tribunal militaire de Yaoundé, 23 prisonniers politiques en relation avec les marches blanches pacifiques organisées par le Mrc le 26 janvier 2019… sont appelés à comparaitre au cabinet dudit juge d’instruction militaire », lit-on.

Dans la même journée d’hier, une audience d’Habeas corpus concernant 31 accusés s’est tenue à la Cour d’appel. Il s’agissait de 27 en délibéré et de 4 affaires nouvelles. Selon Me Emmanuel Simh, 26 dossiers ont été confirmés et un notamment celui de Me Michelle Ndoki a été renvoyé au 21 mai prochain. Camer.be. Une nouvelle vague constituée d’une trentaine de personnes inculpées d’insurrection, hostilités contre la patrie et autres dans les marches blanches organisées par le Mrc est prévue ce jour devant le juge d’instruction au tribunal militaire.

En mars dernier déjà, Maurice Kamto et ses coaccusés relevaient que le tribunal militaire n’était pas compétent pour juger des civils. Une déclaration que les magistrats de cette juridiction ont toujours contestée.

15mai
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo