Camer.be
CAMEROUN :: Seedorf… Pourquoi pas ? :: CAMEROON
CAMEROUN :: POINT DE VUE CAMEROUN :: Seedorf? Pourquoi pas ? :: CAMEROON
  • Le Jour : Patrice Etoundi Mballa
  • dimanche 02 septembre 2018 06:27:00
  • 2558

CAMEROUN :: Seedorf… Pourquoi pas ? :: CAMEROON

On pourra au moins dire que le secret a été bien gardé. Nous ne savons pas combien de Camerounais auraient gagné le pari, si on leur avait demandé, deux heures seulement avant que la nouvelle ne soit rendue publique, le nom du futur sélectionneur entraîneur des Lions Indomptables du Football. En tout cas, nous aurions pensé que ceux qui auraient donné la bonne réponse étaient, soit des prophètes très inspirés, soit des gens privilégiés qui vivent constamment dans le secret des dieux. Un Hollandais à la tête de nos Lions Indomptables avec, pour mission première et principale, le gain de la prochaine CAN, qui va se jouer chez nous et qui n’est plus désormais qu’une affaire de quelques mois ! L’affaire était d’autant plus inimaginable que nous n’avons, jusqu’ici, presque jamais eu le moindre contact à ce niveau avec les Hollandais, même quand ces derniers, avec des joueurs d’exception, comme Kruiyft, Van Basten ou Nistel Rooy, brillaient dans la plupart des stades du monde et d’Europe.

Nous tournions autour des Français, des Allemands, des Russes et aussi des Espagnols. Même de simples matchs amicaux n’ont guère permis à nos footballeurs de faire plus ample connaissance avec les équipes de cette grande nation de football. Nous applaudissions aux exploits des footballeurs hollandais, deux fois finalistes malheureux de la Coupe du Monde, et cela s’arrêtait là. Aujourd’hui, c’est fait. Le signe indien est brisé. Et de quelle façon ! C’est Seedorf, avec un adjoint, Patrick Kluivert, qui a désormais en mains le destin de notre onze national qui se prépare, dans quelques mois, à accueillir le football africain.

Seedorf, l’indispensable élément du Onze hollandais, avant de devenir le brillant attaquant de l’A.C. Milan… Pourquoi pas ? Certes, un très bon joueur de football n’est pas forcément, les années d’après, un bon entraîneur. Le bref séjour de Michel Henri au Cameroun est là pour nous donner raison. Malgré nos craintes, le cas Seedorf nous paraît fort bien engagé, dans la mesure où il sera secondé dans sa tâche par un autre Hollandais, joueur de grand talent, lui aussi, en la personne de Patrick Kluivert. Nous pouvons nous tromper ; mais, malgré nos réticences fondées, la paire hollandaise semble relever d’un choix judicieux.

En tenant compte uniquement de ce que ces deux-là ont pu apporter au football de leur pays ou à celui des autres pays où ils ont eu à jouer, nous avons des raisons valables de nous réjouir. Mais, voilà !... Le football camerounais est souvent une affaire compliquée. Souvent et dans la plupart des cas, il ne dépend, ni des enseignements utiles que les entraîneurs sélectionneurs peuvent prodiguer aux joueurs, ni de l’expérience que ces derniers ont pu acquérir au cours de leur riche carrière. Au contraire, depuis que les Camerounais savent que le football génère beaucoup d’argent, mille interférences, qui n’ont rien à voir avec les exigences sportives, traversent notre Onze national dans tous les sens et l’affaiblissent dangereusement.

Entre le ministre des Sports, le président de la FECAFOOT, les joueurs de la fameuse diaspora et les présidents des clubs qui ont fourni des joueurs à l’équipe nationale, le partage des responsabilités n’a jamais pu suivre une ligne droite, lorsque la question de l’équipe nationale se pose. On continue de se perdre en conjectures, pour trouver des réponses idoines à des questions aussi banales que des primes à payer aux joueurs, chaque « responsable » campant, pour ses seuls intérêts, dans ce qu’il croit être ses droits les plus absolus. Il est même arrivé, une fois, que le c’est le président de la République, en personne, qui se substitue à tout ce beau monde et qui se met à sélectionner les joueurs de notre équipe nationale…

Alors, Seedorf, qui a le désavantage de très mal connaître le football du Cameroun, aurait-il les mains suffisamment libres, pour mettre, en place et à temps, une équipe camerounaise de football que ses seules appréciations professionnelles auront choisie et qui va devoir évoluer, dans le strict respect des consignes qu’il lui aura données ? C’est la question la plus importante que de nombreux Camerounais se posent…

02sept.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo