Camer.be
CAMEROUN :: Réforme du système national d’identification : Le processus se poursuit harmonieusement :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • L'Equation : Nicky BILOA
  • mardi 28 août 2018 12:15:00
  • 6687

CAMEROUN :: Réforme du système national d’identification : Le processus se poursuit harmonieusement :: CAMEROON

Le mardi 09 août 2016, le ministre secrétaire général de la Présidence de la République a présidé le lancement des activités du nouveau entre de production des titres identitaires camerounais.

Le Président de la République a signé, le 4 août 2016, trois importants textes reformant les titres identitaires au Cameroun. Le premier porte sur les caractéristiques et les modalités d’établissement et de délivrance de la Carte Nationale d’identité, le second modifie et complète certaines dispositions du Décret N°2007/255 du 04 septembre 2007 fixant les modalités d’application de la loi N°097/012 du 10 janvier 1997 relative aux conditions d’entrée, de séjour et de sortie des étrangers au Cameroun. Le dernier institue les cartes professionnelles des fonctionnaires de Police en activité et à la retraite et fixe les modalités de leur délivrance.

Les activités relatives à l’opérationnalisation du nouveau système d'identification ont démarré le 09 août 2016 au cours d’une cérémonie présidée par le ministre secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, sur le site du nouveau centre de production de la carte nationale d’identité, subséquemment à la signature le 04 août 2016 par le président de la République, des textes régissant l'établissement et la délivrance des titres identitaires.

Ce système permet désormais la production, dans des conditions de sécurité optimale, des cartes nationales d'identité, des titres de séjour, de résident et de réfugié, ainsi que des cartes professionnelles des fonctionnaires de la police, avec possibilité d'extension à d'autres administrations. Selon des informations concordantes à la Délégation Générale à la Sûreté Nationale, les opérations d'établissement et de délivrance des nouveaux titres d'identité se déroulent, deux ans après, de manière satisfaisante sur l'ensemble du territoire national. Par ailleurs, concernant les usagers identifiés dans l'ancien système et dont les titres n'ont pu être produits, des listes ont été dressées dans la perspective de leur enrôlement gratuit dans le nouveau système. Bien plus, diverses mesures allant dans le sens de la consolidation des acquis de cette réforme ont été prises.

INNOVATIONS

Les innovations majeures des nouveaux titres identitaires tiennent à leurs caractéristiques, leurs sécurités et les délais de leur délivrance. S’agissant des caractéristiques, les nouveaux titres identitaires, qui sont dotés d’une puce électronique sont en polycarbonate, une matière permettant de garantir de garantir leur durabilité. L'information claire et nette. Ils comprennent des photographies en couleur, ce qui est une innovation dans le continent. En ce qui concerne les sécurités qui rendent lesdits titres infalsifiables, elles sont à la fois visibles et invisibles à L’Oeil nu.

Ainsi, en est-il par exemple du clearwindow (image fantôme visible des deux côtés de la carte) ; l’écriture sur la carte par gravure laser ; l’attribution d’un numéro unique et à vie à chaque individu ayant déjà fait l’objet d’une première immatriculation. Il convient de relever que lesdits titres, qui respectent le standard de lecture à l’étranger, seront lisibles à travers les terminaux mobiles de vérification dont seront équipées les patrouilles de Police. Quant aux délais de délivrance des titres, il est à noter qu’un citoyen, qui sollicite par exemple une carte d’identité nationale depuis Kousseri, Mouloundou, Idenau, Campo…, ne peut l’obtenir que dans un délai de deux semaines.

Durant la période de l’attente de son titre identitaire, il sera délivré au demandeur un titre d’identité provisoire comportant sa filiation complète. La détention du titre d’identité provisoire constitue une présomption d’identité, conformément à l’article 8 (2) du décret N°2016/375 du 4 août 2016 fixant les modalités d’établissement et de délivrance de la carte nationale d’identité. camer.be. Ainsi, ledit document ne doit pas être récusé notamment par les institutions financières et les sociétés de téléphonie mobile.

COUTS DES TITRES

Le coût de la carte nationale d’identité est fixé à 2800 FCFA. Par ailleurs, les anciennes cartes nationales d’identité demeurent valables jusqu’à leur expiration, sauf à leurs détenteurs de décider de leur renouvellement. Plus concrètement, l’usager, qui se présente dans un poste d’identification, muni des pièces exigées par la loi pour l’établissement du titre identitaire correspondant à son statut (citoyen camerounais, étranger résidant ou en séjour) ne débourse que la somme de 2800 FCFA pour l’établissement de sa carte nationale d’identité. Il en est de même des autres titres identitaires en fonction de leur coût.

CARTE DE SEJOUR

  • Africain : 120.000 FCFA ;
  • Non Africain : 250000 FCFA ;
  • Français : 200.000 FCFA : Etudiant : 30.000 FCFA ;
  • Personnels sous contrat avec l’Etat ou les collectivités publiques : 60.000 FCFA ;
  • Congrégations religieuses : 60.000 FCFA ;
  • Conjoints sans emploi : 60.000 FCFA ;
  • Enfants de de moins de 18 ans et de plus de 12 ans à charge : 60.000 FCFA.

Parmi ceux qui bénéficient d’une exonération, on retrouve les étudiants à statuts particuliers, des personnels d’assistance ou de coopération technique, des personnels non diplomates des missions diplomatiques, des personnels des organismes internationaux accrédités ; des conjoints sans emploi et enfants de moins de 18 ans à charge des personnes exonérées

CARTE DE RESIDENT

  • Africain : 250.000 FCFA, Non Africain : 700.000 FCFA ;
  • Français : 500.000 FCFA ;
  • Famille expatriée au Cameroun : 60.000 FCFA ;
  • Religieux, conjoints sans emploi et enfants de moins de 18 ans et de plus de 12 ans à charge : 60.000 FCFA.

Parmi ceux qui bénéficient d’une exonération, on retrouve les étudiants à statuts particuliers, les personnels d’assistance ou de coopération technique, les personnels non diplomates des missions diplomatiques, les personnels des organismes internationaux accrédités et des conjoints sans emploi et enfants de moins de 18 ans à charge des personnes exonérées.

28août
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo