CAMEROUN :: AFFAIRE VAMOULKÉ : Une nouvelle audience prévue le 8 juin 2018 :: CAMEROON

CAMEROUN :: AFFAIRE VAMOULKÉ : Une nouvelle audience prévue le 8 juin 2018 :: CAMEROON

CAMEROUN :: AFFAIRE VAMOULKÉ : Une nouvelle audience prévue le 8 juin 2018 :: CAMEROON
CAMEROUN :: AFFAIRE VAMOULKÉ : Une nouvelle audience prévue le 8 juin 2018 :: CAMEROON
Le tribunal a estimé que le pourvoi formé par les conseils de l’ex-Dg de la Crtv n’est pas de nature à suspendre les débats.

C’est le 10ème renvoi à l’audience du 17 mai 2018, depuis l’ouverture de cette affaire devant la juridiction du tribunal Criminel spécial (TCS) le 31 juillet 2017. Depuis bientôt un an que le procès qui oppose le ministère public et le Cameroon radio and télévision (Crtv) à son ancien directeur général (DG) Amadou Vamoulké s’est ouvert, aucun débat n’a été encore ouvert. La dernière audience précisément a duré au maximum 10 minutes.

Et pour cause, il était juste question pour le Tribunal, de se prononcer sur la requête de l’Ex DG Amadou Vamoulké. Celle-ci voudrait notamment que, suite à son pourvoi formé devant la Cour suprême au sujet des irrégularités qui selon ses conseils et luimême entachent cette procédure. Aussi sollicitaient-ils que la juridiction du TCS suspende d’abord l’audience en cour par devant elle, en attendant la décision de la cour Suprême.

Ce à quoi le tribunal s’est opposé après quelques minutes de concertation à l’audience du 17 mai 2018, avant de renvoyer l’affaire au 8 juin prochain. C’est qu’au nombre des irrégularités évoquées par les conseils d’Amadou Vamoulké, figurent en bonne place certaines violations du code de procédure pénale. De manière précise, pour cette affaire qui dure depuis 10 mois déjà, la liste des témoins de l’accusation n’ont pas été déposées dans les délais.

Le sieur Vamoulké, appuie ses avocats, a été inculpé sur la base d’un rapport de contrôle de vérification des inspecteurs des services du contrôle supérieur de l’Etat, sur sa gestion et celle de son prédécesseur, le Pr Gervais Mendo Ze. En conséquence, les deux devraient donc logiquement comparaître dans la même affaire, et non être poursuivis chacun de son côté pour les mêmes faits.

Le pourvoi ainsi formé devant la plus haute juridiction pour voir prononcer en faveur du prévenu, la nullité de la procédure, reste attendu. En attendant, les audiences devant le TCS se poursuivent normalement. On est donc en droit de s’attendre logiquement, dès le 8 juin prochain, à l’ouverture des débats qui ne s’est déjà faite que trop attendre dans cette procédure. C’est le 31 juillet 2017 que l’Ex Dg de la Crtv Amadou Vamoulké comparaissait pour la première fois devant la barre du TCS, pour le détournement d’un montant de 3,9 milliards de Fcfa issu des gonflements de la redevance audiovisuelle. Il y retournait le 03 Août 2017, pour répondre à une convocation du corps spécialisé des officiers de police judiciaire du TCS où une nouvelle enquête avait été ouverte contre lui.

Ladite enquête, apprendra-ton, relève du rapport d’audit financier commandé par l’actuel directeur général de la Crtv. Charles Ndongo qui a remplacé Amadou Vamoulké à la tête de cette entreprise, avait entrepris, quelques mois après sa nomination à la tête de cette entreprise, un audit de la gestion financière de ladite entreprise sous l’aire Vamoulké. Audit qui avait davantage eu pour visée le dédouanement de ce dernier le moment venu, lorsqu’il sera appelé à rendre les comptes de la gestion de son entreprise et éviter toute amalgame. Pour les avocats de l’Ex DG de la Crtv, ceci relève d’une pure utopie, dans la mesure où, leur client était dans l’impossibilité de détourner des fonds logés au trésor public. Affaire à suivre le 8 juin prochain.

© L'OEIL DU SAHEL : Florette Manedong

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@