Audit des fonds COVID : Jean Michel Nintcheu et Maurice Kamto exigent la lumière
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Audit des fonds COVID : Jean Michel Nintcheu et Maurice Kamto exigent la lumière :: CAMEROON

Les deux personnalités dénoncent l’avortement de la présentation du rapport de la chambre des comptes de la Cour suprême.

La présentation manquée du rapport d’audit de la Chambre des comptes de la Cour suprême relatif à la gestion du fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus fait des vagues au sein de la classe politique. Initialement inscrite dans l’agenda de l’Assemblée nationale le 25 juin dernier, la séance plénière relative à cette activité a été tacitement déprogrammée sans motif ni explication.

Y faisant suite, le député Jean Michel Nintcheu, comme à son habitude, est monté sur ses grands chevaux pour dénoncer ce qu’il considère comme une « forfaiture ». L’élu du Social Democratic Front (SDF) prend même à parti ceux de ses collègues parlementaires qui ont choisi de garder le silence face à ce que les médias ont baptisé « Covidgate ». Pour Jean Michel Nintcheu, « rien, absolument rien ne justifie la déprogrammation de la présentation du rapport de la gestion du fonds de solidarité nationale par la Chambre des comptes à l'Assemblée nationale ».

C’est avec une verve quasi irrévérencieuse qu’il demande en revanche au président de l'Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril, de « s'expliquer sur ce scandale d'État qui a pour conséquence de ternir gravement l'image de cette institution et de ceux qui la dirigent ». Rigoriste à travers ses mots, Jean Michel Nintcheu semble prôner la ‘‘tolérance zéro’’ « quand il s'agit des détournements de fonds publics et de prévarication de la fortune publique ». En conséquence, « tous ceux qui ont trempé la main dans le Covidgate doivent aller en prison. Tous, sans exception. On ne saurait tolérer que des bandits profitent de la détresse des Camerounais pour s'enrichir. La République ne saurait être prise en otage par une bande de criminels en col blanc », a-t-il achevé. La même indignation est perceptible chez Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). L’homme politique a fait une déclaration sur sa page Facebook le 26 juin pour exprimer ses appréhensions et suspicions par rapport à ce rendez-vous manqué.

« Ce rétropédalage, suspect, renseigne sur la volonté constante du régime de se soustraire au devoir démocratique de rendre compte et dénote de son mépris habituel et indécrottable du peuple camerounais », déclare Maurice Kamto. Du reste, le MRC exige « que toute la lumière soit faite sur la gestion de ce fonds COVID-19 par le gouvernement ; que les responsabilités - toutes les responsabilités - soient établies ; et que les auteurs de malversations, s’il est prouvé qu’il y en a, soient punis conformément à la loi ».

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo