Enterrement indigne de Germaine Ahidjo : Vague d’indignation à travers le pays
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Enterrement indigne de Germaine Ahidjo : Vague d’indignation à travers le pays :: CAMEROON

L’inhumation de Germaine Ahidjo, l’épouse du premier président camerounais Ahmadou Ahidjo le 21 avril dernier dans l’indifférence totale du pouvoir de Yaoundé a provoqué un tollé à travers le pays.

L’épouse du premier chef de l’État du Cameroun Germaine Ahidjo a été enterrée dans la discrétion totale au cimetière de Yoff à Dakar, la capitale sénégalaise où elle a vécu durant ses 39 années d’exil. C’est là que repose son mari depuis 32 ans. Aucune autorité camerounaise ne s’est rendue au cimetière pour rendre un dernier hommage à celle qui aura été la toute première first lady du Cameroun. Et cela a choqué de nombreux Camerounais provoquant au passage un tollé sans précédent. Parmi ces fils et filles indignés de la mère partie, il y a Mamadou Mota, le vice-président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC).

Pour lui, la pilule est beaucoup trop amère. Il exprime sa consternation en ces termes : « Quand j’ai vu la dépouille de madame Germaine Ahidjo descendre dans le ventre de la terre sans même un seul membre de la représentation diplomatique de notre pays, j’ai consolidé la compréhension que j’avais déjà de l’élite irresponsable de Garoua et ensuite de l’ingratitude du régime de Biya et de tous ceux qui l’incarnent. ».

Cet homme politique, il faut le préciser est lui-même originaire du grand Nord du Cameroun. Sa critique acerbe traduit l’amertume qui s’est emparé de son cœur. Le vice-président du principal parti de l’opposition camerounaise est vent debout contre le manque de reconnaissance du peuple du Nord – Cameroun envers l’illustre chef de l’État disparu. « Y-a-t-il d’hommes encore dans le Nord ? Je vois des filles se balader en gandoura. Si Ahidjo était comme vous, menteur, mégalo, sans empathie, voyou, couard, il n’y aurait même pas un seul km de route asphaltée dans le Nord. J’ai honte », avoue-t-il.

Pour lui, le peuple de cette partie du pays doit son épanouissement à Ahmadou Ahidjo. Mais celui-ci lui rend en retour l’ingratitude et l’indifférence. « Quand ce n’est pas au Mali que vous qualifiez un assassinat planifié des femmes réprouvées et sans défense, c’est celle même qui vous a nourri, dont l’époux vous a accordé des bourses pour apprendre à lire et à écrire que vous laissez mourir en exil tout en qualifiant cela de poubelle de l’histoire. ».

Le N° 2 du MRC met les pieds dans le plat. Il ne porte pas de gants même lorsqu’il s’agit de dire à la famille nucléaire de l’ancien président ce qu’il a sur le cœur. « Un poste d’ambassadeur itinérant et on devient complice d’un acte parricide, un petit PCA (Président du Conseil d’Administration, Ndlr) d’un bâtiment vieux de prêt d’un siècle, on n’assiste pas au deuil de sa propre mère. », s’adressant ainsi à Aminatou Ahidjo et Badjika Ahidjo, nommés respectivement PCA du Palais des congrès et ambassadeur itinérant à la présidence de la République. « L’idéologie ? La puissance de l’argent ? La psychologie ? The Time will tell. (Le temps nous le dira, Ndlr)”, conclut-il.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo