CAMEROUN :: LA ROCAMBOLESQUE DETENTION DE NGA ETOGA: La COMICODI INTERPELLE LA PATRONNE DE LA POLICE DE SA'A :: CAMEROON
CAMEROUN :: LA ROCAMBOLESQUE DETENTION DE NGA ETOGA: La COMICODI INTERPELLE LA PATRONNE DE LA POLICE DE SA'A :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE CAMEROUN :: LA ROCAMBOLESQUE DETENTION DE NGA ETOGA: La COMICODI INTERPELLE LA PATRONNE DE LA POLICE DE SA'A :: CAMEROON
  • Correspondance : COMICODI
  • mardi 15 octobre 2019 12:04:00
  • 3417

CAMEROUN :: LA ROCAMBOLESQUE DETENTION DE NGA ETOGA: La COMICODI INTERPELLE LA PATRONNE DE LA POLICE DE SA'A :: CAMEROON

Dans cette correspondance ci dessous la Comicodi interpelle Madame la commissaire de securité publique de la ville de Sa'a et demande la libération immédiate de Monsieur NESTOR NGA ETOGA, Journaliste, victime de "détention arbitraire, torture, traitement inhumain, trafic d'influence, violation des droits"

Madame le Commissaire,

Au moment où le Délégué Général à la sureté Nationale est soucieux de donner une impulsion nouvelle, au respect absolu de la déontologie dans le corps de la Police nationale, la Commission indépendante contre la corruption et la discrimination, est proprement horrifiée par le traitement que vous infligez à un citoyen, de surcroît une personnalité connue nationalement et internationalement, et respectée du monde des médias.

Monsieur Nga Etoga Nestor, puisqu’il s’agit de lui, est journaliste, Directeur de publication et représentant de plusieurs médias internationaux.

LES FAITS

Monsieur Nga Etoga a été interpellé dans la journée de samedi 12 Octobre 2019 à Saa, et jeté immédiatement en cellule, comme un vulgaire délinquant recherché par Interpol. Vous avez prétexté qu’il fait l’objet d’un mandat d’amener, or rien de pareil ne figure dans le dossier. Au contraire, nos sources bien informées, nous renseignent de ce que, victime d’un abus de confiance de la part d’un individu à qui il avait confié une moto, qu’il n’a récupéré qu’après moult difficultés et dépenses, il est maintenant victime des trafics d’influence du même individu, en coaction avec certains de vos collaborateurs, lesquels entendraient se venger en développant une procédure cousue de fil blanc.

Monsieur Nga Etoga, père de famille responsable, disposant d’un domicile connu, exerçant un métier connu, leader d’opinion, ne saurait être jeté dans une cellule infecte un samedi, maintenu le dimanche, maintenu le lundi, sans autre forme de procédure.

A la famille, on déclare que la Commissaire absente, montée à Yaoundé, que l’enquêteur est absent également. Ces manœuvres de tortures, de brimades, d’humiliations et d’injures sont connues et récurrentes chez les ripoux, ceux qui trahissent l’honneur de la sécurité et travestissent les enquêtes, en violant tous les droits, tous les codes d’honneur.

Madame le Commissaire, il s’agit d’un abus d’une gravité extrême, un trouble avéré et conscient de l’ordre public. Voulez-vous soulever la corporation des journalistes contre le gouvernement ? Voulez-vous soulever les diplomates contre le système judiciaire de notre pays ? Voulez-vous organiser une campagne insidieuse des organisations de défense des droits de l’Homme ?

Nous exigeons la libération immédiate de Monsieur Nga Etoga, et son traitement digne, conforme à la loi et à la hauteur de son statut. Vous ne sauriez utiliser le Commissariat de police comme un champ de libre cours aux trafics d’influence, et à la délation de petits bandits qui usent et abusent de procédures sales et non fondées, pour attaquer des personnalités. C’est un danger pour la santé de la République et la réputation de l’Etat de droit.

C’est quoi pour vous, le Grand Dialogue National ? C’est priver un journaliste de liberté comme cela, un samedi, un dimanche, le jeter en cellule et l’y maintenir dans une pièce infecte sans lumière et sans communication, sans assistance, et aller vous promener, vous et vos collaborateurs ? Le Grand Dialogue c’est la fin de ces pratiques, la fin de ce genre de profanation de l’Etat de droit. Personne n’en veut plus, ni le DGSN, et encore moins le plus haut, le Chef de l’Etat.

LIBEREZ NGA ETOGA QUI EST DORENAVANT VOTRE OTAGE TOUT COURT

Nous prenons appui, sur la réputation que nous connaissons de Monsieur Nga Etoga, pour engager dès à présent, une procédure de mise en cause contre les auteurs directs et indirects de cette scabreuse cabale. Nous vous assurons ce faisant, que les ampliations nécessaires à qui de droit en large et de façon extensive, seront légitimement consacrées et actées, pour la cause ainsi exposée.

SOUS TOUTES RESERVES

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement.

SHANDA TONME

Copie :

MINETAT/JUSTICE

DGSN

PR/Monatélé

DR/DGSN/CENTRE

PREFET/LEKIE

15oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo