Camer.be
CAMEROUN :: PRÉSIDENTIELLE 2018 : Les évêques entrent en campagne :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Repères : Georges YABADA
  • jeudi 30 août 2018 01:24:00
  • 1834

CAMEROUN :: PRÉSIDENTIELLE 2018 : Les évêques entrent en campagne :: CAMEROON

La longue lettre pastorale des évêques de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (Cenc) adressée « au peuple de Dieu qui est au Cameroun, à tous les Camerounais, aux acteurs de la scène politique camerounaise et aux hommes et femmes de bonne volonté » ne voit aucun inconvénient à la participation des chrétiens laïcs à la vie politique des nations. Signée de Mgr Samuel Kleda, le président de la Cenc, elle s’inscrit en droite ligne de la « Lettre pastorale sur l'engagement des laïcs dans la vie de la nation de 1998 » invitant « les laïcs à s'engager pour une vraie démocratie par amour de Dieu et pour les hommes, dans un esprit de service et de générosité pour le bien de tous (Ecclesia in Africa n 1) ».

Elle rappelle également la Lettre des évêques du Cameroun à tous les fidèles et à toutes les personnes de bonne volonté sur le « droit et le devoir de vote » de 2004 qui précise que « voter est un droit pour tout citoyen qui en remplit les conditions, un devoir dont ce dernier a l'obligation morale de s'acquitter ». Le même rappel au droit de vote des laïcs chrétiens apparaît également dans une autre lettre pastorale à l'occasion de l'élection présidentielle de 2011. Concernant l'élection présidentielle de 2018, les évêques invitent les fidèles catholiques et les laïcs à effectuer des choix qui ne sont pas en contradiction avec leurs convictions inspirées par l'Eglise. « La démocratie authentique dans le respect du pluralisme est une route principale sur laquelle l'Eglise chemine avec le peuple. Le laïc chrétien engagé dans les luttes démocratiques selon l'esprit de l'Evangile est le signe d'une Eglise qui se veut présente à la construction d'un État de droit", retrouve-ton dans Ecclesia in African 112.

CRISE ANGLOPHONE

Ainsi, la Conférence épiscopale nationale du Cameroun demande de voter « des candidats capables de faire face à la crise socio-politique que traverse notre pays, des candidats décidés à donner confiance tout aussi bien à notre peuple qu'à la communauté internationale, en promouvant l'unité du pays et l'intangibilité de nos frontières, son indépendance véritable et sa dignité dans le concert des nations modernes, ceux dont les programmes politiques sont à même d'apporter des solutions réelles aux problèmes ».

Mgr. Samuel Kleda égrène la corruption, la perte du sens du bien commun, la crise dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les inégalités sociales, le chômage des jeunes, la lutte contre la secte Boko haram, les défis dans le monde judiciaire, la santé, l'éducation des infrastructures, etc. Ces orientations seraient en adéquation avec les propos du pape François qui souhaite que "la responsabilité politique soit vécue à tous les niveaux comme une forme élevée de charité ». Les votants catholiques et non catholiques disposent désormais d'une boussole précise édictée par l'épiscopat. Pourtant, ce devoir civique doit être accompli sans « résignation et préjugés, dans la tolérance », en votant des dirigeants responsables et intègres, en acceptant la défaite, prescrit Samuel Kleda.

L'Église catholique se propose d'ailleurs d'accompagner le processus électoral à travers un organe interne d'observation : la Commission "justice et paix" dont le rôle se résume essentiellement à "une observation chrétienne des élections, à une veille en faveur de la transparence des élections, au respect du droit de participation et de l'expression de la volonté politique". La Cenc adresse également un message aux neuf candidats qui sollicitent les suffrages des Camerounais le 7 octobre 2018. « Nous invitons tous les candidats des partis politiques à oeuvrer pour la sauvegarde de l'unité et de la paix dans notre pays ». Avec une population de 22.000.000 d'habitants, seulement 6.500.000 électeurs sont inscrits dans les registres d'Elections Cameroon (Elecam), en charge d'organiser les élections et consultations référendaires. L'Église catholique représente près de 40% de la population totale du Cameroun.

30août
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo