Camer.be
CAMEROUN :: DéMANTèLEMENT TARIFAIRE : Plus de 4 milliards de FCFA perdus en 18 mois :: CAMEROON
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • L’ANECDOTE : Ronnie Gwenaëlle Ekotto
  • vendredi 02 mars 2018 02:30:59
  • 3380

CAMEROUN :: DéMANTèLEMENT TARIFAIRE : Plus de 4 milliards de FCFA perdus en 18 mois :: CAMEROON

Après la mise en oeuvre, le 4 août 2016, des accords prévoyant la levée des barrières douanières entre le Cameroun et l’Union européenne (Ue), le Cameroun enregistre des pertes énormes.  

18 MOIS après, c’est-à-dire du 4 août 2016 au 25 février 2018, le Cameroun a enregistré des pertes de recettes de l’ordre de 4 milliards 389 millions de francs Cfa a-t-on pu apprendre lors de la 19ème session du comité chargé du suivi de la mise en oeuvre de l’accord de partenariat économique bilatéral Cameroun-Union européenne (Csmo- Apeb / Cam- Ue) le 27 février 2018 à Yaoundé. De manière succincte, ce sont 703,2 millions de francs Cfa de pertes des recettes qui ont été enregistrées au bout de la première année de démantèlement, 1 898,7 millions de francs Cfa depuis le 4 août 2017 et 1 787,1 millions en 2018.

Les produits ayant bénéficié de la préférence Ue sont en grande partie originaires de la France pour des pertes de recettes de l’ordre de 713,7 millions de francs Cfa, soit 27,4%. À cet effet, le coordonnateur national de la coopération Cameroun-Ue a déclaré : «Nous essayons de faire de notre mieux pour que le Cameroun puisse bénéficier des mesures d’accompagnement qui sont prévues dans les accords de Cotonou et dans les Ape».

Et de poursuivre : «Toutes ces mesures  tournent autour du renforcement des capacités, de la mise à niveau des entreprises et de l’amélioration du climat des affaires». Les déclarations des importations qui ont bénéficié des préférences Ue, sont au nombre de 2 755 et se répartissent en 1 343 au bout de la première année, 1 412 le 4 août 2017 et 1 729 en 2018. Dans cet engrenage, la part belle est réservée aux Brasseries du Cameroun (488 opérations.

D’où M. Hamadjam Raphael Athanase, ingénieur principal de la stratégie, analyste et évaluateur des projets à la Direction générale des douanes, a relevé que «par rapport aux attentes, l’engouement n’est pas encore celui escompté». Pour rappel, le démantèlement tarifaire a débuté le 4 août 2016 avec les produits dits du premier groupe dont les instruments, appareils de médecine, les engrais, le gaz et les semences à un rythme annuel de 25% pour la réduction de la pauvreté et l’amélioration du bien-être des populations. La deuxième phase est entrée en jeu le 04 août 2017.

Elle concerne entre autres le clinker pour la fabrication du ciment, les intrants pour l’industrie alimentaire, les groupes électrogènes, les camions et les tracteurs. La troisième phase quant à elle prend effet le 4 août 2020.

02mars
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE
Vidéo