CAMEROUN :: Crise anglophone : Lappel au dialogue de Transparency International :: CAMEROON

CAMEROUN :: Crise anglophone : Lappel au dialogue de Transparency International :: CAMEROON

CAMEROUN :: Crise anglophone : Lappel au dialogue de Transparency International :: CAMEROON
CAMEROUN :: Crise anglophone : Lappel au dialogue de Transparency International :: CAMEROON
Cette organisation estime que la situation actuelle est la conséquence d’un problème de gouvernance.

«Un authentique dialogue politique inclusif, expression démocratique permettant à toutes les composantes de la société de faire entendre leur voix ». C’est ce que propose Transparency International Cameroon pour sortir de la crise qui secoue actuellement le Cameroun.

Dans sa présentation de la situation, l’organisation non-gouvernementale (Ong), essaye d’abord d’établir une chronologie des faits et aboutit à deux observations. Premièrement, l’absence de dialogue a amplifié de manière significative, de simples revendications corporatistes  qui ont dégénéré en des appels à la sécession dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

La deuxième observation qui apparaît dans le communiqué publié le 07 octobre dernier par Transparency International prend des allures de comparaison avec des faits qui se sont déroulés dans le passé.

L’Ong estime que « cette atmosphère rappelle celle ayant prévalu lors des graves évènements de février 2008 et l’agitation quasi-insurrectionnelle ayant affecté certaines régions » du pays. Les mêmes causes ont donc produit les mêmes effets. Il s’agit des « lenteurs dans la lutte contre la corruption, la fraude, les détournements de fonds publics et l’enrichissement illicite ; le désagréable sentiment d’impunité qu’affichent ostensiblement les délinquants économiques et divers décideurs; la rupture du contrat tacite sur l’alternance ; l’ascenseur social en panne et la désespérance des jeunes suite à l’enracinement structurel du chômage ».

Pour Transparency International, la crise anglophone n’est donc pas identitaire, mais elle pose plutôt un problème global de gouvernance. La décentralisation qui apparaît pourtant dans la Constitution de 1996 n’est toujours pas effective.

Le système a par ailleurs procédé à la fragilisation et à l’instrumentalisation des structures d’encadrement du dialogue social, ainsi qu’à « la diabolisation des contre-pouvoirs » que sont les médias, la société civile, les autorités religieuses et les partis politiques d’opposition.

© Source : Mutations : Lucien Bodo

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Rigobert Song, de la survie à l’ambition
Rigobert Song, de la survie  lambition
Facebook
réclame
Ruth KOTTO RACONTE SON VOYAGE DES USA by SOPIEPROD TV
évènement
CAMEROUN :: Crise anglophone : Lappel au dialogue de Transparency International :: CAMEROON
actuellement sur le site