LA VILLE DE SANGMELIMA AU BORD DE L'EXPLOSION
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: LA VILLE DE SANGMELIMA AU BORD DE L'EXPLOSION :: CAMEROON

L'on croyait que le ras-le-bol exprimé récemment dans une vidéo devenue virale sur la toile par les jeunes de la ville de Sangmélima, une localité située non loin de Ebolowa, la Capitale de la Région du Sud, vis à vis des élites du coin venues pour le renouvellement des organes de base du RDPC avait atteint son parangon. Que non ! Le climat est on ne peut plus tendu ce matin. Toute la ville est paralysée.

À l'origine, l’invalidation de la candidature de Jean Sylvain MVONDO, directeur de la programmation et des investissements au Ministère de l'Économie, de la Planification et de l'Aménagement du Territoire en abrégé MINEPAT.

En effet, la liste conduite par Jean Sylvain MVONDO a été disqualifiée hier soir par la Commission départementale dirigée par le Sénateur OBAM ASSAM au profit de celle conduite par le Président Sortant ESSIAN ANDRÉ NOËL, ancien Maire de Sangmélima.

Une décision rejetée par plusieurs élites et jeunes de la ville.   « Cette disqualification va aux antipodes des prérogatives dévolues à la Commission communale qui a validé la candidature de Jean Sylvain MVONDO. Cette commission est pilotée de main de maître par l'ex Ministre de la Défense Remy ZE MEKA », s'offusque un jeune de la ville.

« La majorité des militants sont mobilisés pour aller voter Jean Sylvain MVONDO. On ne doit pas nous imposer un candidat. Soit ça passe soit ça casse. Trop c'est Trop ! Un cadavre doit mourir aujourd'hui. Qu'on laisse toutes les listes passer et on verra qui sera le vainqueur et la démocratie aura triomphé. Voilà, faire gagner un candidat sur tapis vert c'est de la dictature. Qu'ils tentent ce qu'ils veulent faire là, le sang va couler » lance un autre jeune très furieux.

Au regard de l'ambiance qui prévaut, tout porte à croire que Jean Sylvain MVONDO est bien parti pour remporter cette élection, d'où ces manœuvres pour l'empêcher de se présenter. Pour le moment, c'est le statuquo. L’élection ne peut se tenir au regard du climat qui règne.  La ville est sous haute tension.  Une réunion tenue chez le préfet a accouché d'une souris. Si rien n'est fait on risque un bain de sang.

Nous y reviendrons

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo