ELECTIONS RDPC : La loi du Talion
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: ELECTIONS RDPC : La loi du Talion :: CAMEROON

Ces renouvellements ont mis en exergue la regrettable espièglerie mise sur pied par le Comité central pour maintenir dans l’appareil politique, des apparatchiks dont la mission de torpillage du Flambeau ne fait plus l’ombre de doute.

HIER DANS beaucoup de circonscriptions électorales, le jeu démocratique visant à renouveler les démembrements du Rassemblement démocratique du peuple camerounais a viré à un jeu de massacre. Nombre de responsables des commissions locales pour ces renouvellements, ont brillé par des manœuvres anti-démocratiques. Entre fraudes massives à travers l’intrusion des charters, bourrage des urnes ou faveurs spéciales pour certains candidats, la coupe de tribulations et turpitudes électorales a été remplie avec l’absence des bulletins de vote attribués à certains concurrents, et de l’intrusion de la violence.

Dans la course pour la Sous-section de Nkol-Top I où le scrutin a été renvoyé sine die, les stratagèmes sont les plus dérisoires. « Un fils de ce village Mathieu Mbida, est à l’origine de tout ce que l’on vit depuis la semaine dernière. Il est celui qui occasionne ce report. Et son mentor Engoulou est venu avec une délégation d’Olanguina pour venir perturber le vote à Ayene ce jour. C’est lui qui ordonne à ce que qu’on verse les selles et autres excréments dans les salles de classe qui accueillent cette élection », s’indigne Bidima Akono, un colistier de la liste concurrente.

Dans la course à la section d’Esse, le candidat Martin Ndongo Boune a essuyé des sueurs froides avec la non-présence de ses bulletins dans la quasi-totalité des bureaux de vote. Dans l’urgence, la commission locale a trouvé le palliatif de l’usage des chemises cartonnées aux couleurs de ce postulant. Dans la même circonscription, des plaintes relayant le manque de matériel électoral dans les bureaux de vote ont été enregistrées à Afanetouana. À Mbenoa, des accusations portent sur un candidat qui a prolongé sa campagne au-delà des délais. On l’accuse également d’avoir fait ostentation de ses avoirs pour faire pencher l’électorat en sa faveur.

À Essasok, c’est deux individus qui ont disparu avec les urnes. Ils ont fait irruption dans les bureaux de vote apprêtés à l’école publique de la localité. Des sources, « Ils n’ont pas pu supporter la déculottée de leur candidate. Toutes les tendances étaient favorables à leurs adversaires. C’est une tentative pour eux, de faire annuler l’élection. Heureusement qu’ils sont activement recherchés par la police », s’indigne un observateur. Dans le Mfoundi, c’est l’arrondissement de Yaoundé 3ème qui a livré son sarcasme.

Faute de consensus, des concurrents en sont venus aux mains. À Obili, l’altercation a entrainé la destruction des listes électorales affichées à l’entrée des bureaux de vote. Cette confusion a eu pour conséquence, la destruction du matériel électoral ainsi que le report du scrutin. À Yaoundé 5ème, le scandale a porté sur des supposées fraudes massives. Des militants furieux racontent que les urnes ont été préalablement bourrées par la Commission pour favoriser un candidat.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo