Pénurie du riz: L'impérieuse nécessité d'importer 300 mille tonnes  d'ici un mois
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Pénurie du riz: L'impérieuse nécessité d'importer 300 mille tonnes d'ici un mois :: CAMEROON

L'importation de 300 mille tonnes de riz dans un délai maximum d'un mois, est une mesure conjoncturelle dont  le but est d'empêcher la pénurie de cette céréale  dans les trois mois à venir. C'est l'objet du point de donné le 17 juin 2021 à Yaoundé, par le secrétaire général du Groupement des importateurs du riz du Cameroun ( Girc), Jacquis Kemleu Tsabgou. 

Face aux Hommes de média, le Sg du Girc a indiqué que la demande annuelle de riz du Cameroun, est de 600 mille tonnes, pour une production locale de 300 mille tonnes. Dans la situation actuelle, a-t-il fait savoir, le pays est dans l'impérieuse nécessité d'importer la moitié de la demande annuelle dans un délai d'un mois, afin de ne pas plonger dans la pénurie de cette denrée, dans les trois prochains mois. De Jacquis Kemleu Tsabgou, nous apprenons que le Cameroun commercialise plusieurs types de riz: long grain, riz rond, riz moyen grain et riz à court grain. Le riz est très prisé au Cameroun. C'est aussi la céréale la plus consommée au monde, après le blé. Pour ce qui est du Cameroun, fait savoir le Sg du Girc, plusieurs actions sont menées  pour le relèvement de l'offre en riz de qualité, et pour la régularisation de son prix de cession, ainsi que relativement aux difficultés qui menacent le prix la stabilité du prix de cession de cette denrée alimentaire de grande consommation.

Selon le Girc, la demande de riz est supérieure à l'offre actuelle ; d'où la nécessité de recourir  en urgence à l'importation. " La pandémie ( Covid-19, Ndlr ) a confiné le monde. Nous-mêmes ne cultivons pas, en comptant sur le riz à importer qui n'est  malheureusement plus disponible avec comme conséquence, le coût élevé", a révélé Jacquis Kemleu Tsabgou, non sans appeler à une solution pérenne et définitive qui, passe par la production locale.  "L'intensification de la production nationale de riz pour la réduction du déficit structurel de 300 mille tonnes, serait un palliatif aux préoccupations relatives à la qualité et au prix, pour le bien du consommateur", a-t-il renchéri. 

Difficultés

Sur ce volet, le Girc qui du reste est constitué des importateurs que sont Olam, Soacam, Sonam, Sorepco, Sotracodim, Élite et Froids Cameroon Ltd, sollicitent les pouvoirs publics pour la mise en place d'un canal au niveau des banques commerciales et à la BEAC. Une sollicitation qui selon Jacquis Kemleu Tsabgou, devrait aider à la priorisation lors des transferts, avec en prime, des coûts abordables. Le Girc solicite aussi du gouvernement, l'annulation des frais dans l'enceinte portuaire, le délai de franchise de 20 jours, ainsi qu'une taxation de précompte basée sur les marges dégagées et non sur le chiffre d'affaires.

En somme, l'importation de 300 mille tonnes de riz nécessaires à la consommation, est une mesure salutaire qui devrait aussi permettre au Cameroun d'éviter le spectre de février 2008 où la rareté des denrées alimentaires avait conduit à une inflation des prix, permettant ainsi aux spéculateurs de tous ordres, de se faire de grosses fortunes sur le dos des pauvres populations.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo