Kenneth Kaunda, l'homme qui a conduit la Zambie à l'indépendance
ZAMBIE :: POLITIQUE

Kenneth Kaunda, l'homme qui a conduit la Zambie à l'indépendance :: ZAMBIA

Le premier président d'une Zambie indépendante, qui est devenu l'un des plus anciens hommes d'État d'Afrique, est décédé jeudi d'une pneumonie, à l'âge de 97 ans.

Kenneth Kaunda a été l'un des pionniers de la nouvelle Afrique, lorsque les pays se sont débarrassés du colonialisme en faveur de l'indépendance des États. Homme d'un grand charme personnel, il a été salué comme une force modernisatrice du continent malgré son rejet initial du concept de démocratie multipartite.

En tant que panafricaniste convaincu, il s'est attelé à la tâche de construire une nouvelle Zambie, libre de déterminer sa propre voie dans les affaires internationales. Mais une mauvaise gestion économique a fait chuter sa popularité et il a été chassé du pouvoir lors d'élections libres en 1991.

Kenneth David Kaunda est né le 28 avril 1924 dans un poste de mission près de la frontière entre ce qui était alors la Rhodésie du Nord et le Congo. Son père, un ministre ordonné de l'Église d'Écosse, meurt alors qu'il n'est encore qu'un enfant, laissant la famille dans une situation difficile.

Mais les aptitudes scolaires du jeune Kaunda lui ont valu une place dans le premier établissement d'enseignement secondaire créé en Rhodésie du Nord, et il est ensuite devenu enseignant. Son travail l'a conduit dans la région de Copperbelt et en Rhodésie du Sud, aujourd'hui Zimbabwe, où, pour la première fois, il a connu l'impact de la domination blanche et en a éprouvé un profond ressentiment.

L'un de ses premiers actes politiques a été de devenir végétarien pour protester contre une politique qui obligeait les Africains à se rendre à un guichet séparé chez le boucher pour acheter de la viande.

En 1953, il devient secrétaire général du Congrès national africain de Rhodésie du Nord, mais l'organisation ne parvient pas à mobiliser les Africains noirs contre la Fédération de Rhodésie et du Nyassaland, dominée par les Blancs. Deux ans plus tard, il est emprisonné, avec travaux forcés, pour avoir distribué des tracts jugés subversifs par les autorités.

Désabusé par ce qu'il considère comme l'incapacité de son parti à adopter une position plus ferme sur les droits des Africains autochtones, Kaunda crée son propre parti, le Zambian African National Congress. Un an plus tard, ce parti est interdit et Kaunda retourne en prison. Son incarcération a fait de lui un radical.

En 1960, il est devenu le chef du nouveau Parti de l'indépendance nationale unie (Unip) et, enthousiasmé par une visite à Martin Luther King aux États-Unis, il a lancé son propre programme de désobéissance civile, qui consistait à bloquer des routes et à brûler des bâtiments.

Kaunda se présente comme candidat de l'Unip aux élections de 1962, qui voient une coalition difficile avec le Congrès national africain (ANC) prendre le pouvoir au sein de l'assemblée législative.

La Fédération de Rhodésie et du Nyassaland est dissoute à la fin de 1963 et, un mois plus tard, Kaunda est élu Premier ministre de la Rhodésie du Nord. Le pays, rebaptisé Zambia, acquiert sa pleine indépendance en octobre 1964, avec Kaunda comme premier président.

Kaunda avait le grand avantage de diriger un État africain doté d'une base économique plus solide que celle de ses voisins, mais il y avait une pénurie de Zambiens de souche possédant les compétences et la formation nécessaires pour diriger le pays. Sa position est également gravement compromise par la déclaration unilatérale d'indépendance de la Rhodésie du Sud par Ian Smith.

L'opposition politique

La politique de sanctions imposée par le gouvernement britannique au pays séparatiste s'avère au moins aussi dommageable pour l'économie zambienne. Dans ces circonstances, Kaunda a de plus en plus de mal à maintenir sa réputation de modération - bien que ses appels contre l'intervention militaire britannique ne soient pas plus forts que ceux des dirigeants d'autres États africains dont les intérêts sont moins directement menacés.

En 1969, il a nationalisé, à grands frais, les mines de cuivre, qui représentaient 90 % des recettes en devises du pays. Mais le prix du cuivre s'effondre, les prix du pétrole importé grimpent en flèche et l'économie, déjà affaiblie, connaît bientôt de graves difficultés.

Au moment de l'indépendance, la Zambie était l'un des pays les plus riches d'Afrique subsaharienne, mais en 1991, elle avait des dettes de 8 milliards de dollars (4 billions 333 milliards 80 millions 100 mille FCFA).

Kaunda n'a pas tardé à adopter une ligne ferme contre l'opposition politique. En 1972, il a déclaré un État à parti unique, une situation qui n'a pas été assouplie jusqu'en 1991, lorsque des élections libres ont été organisées.

"Il aurait été désastreux pour la Zambie d'opter pour le multipartisme", a-t-il dit un jour, "car ces partis auraient été utilisés par ceux qui s'opposent à la participation de la Zambie à la lutte pour la liberté."

Une évolution pacifique

En tant que président des six États de la ligne de front de la campagne contre l'apartheid, il a mené l'opposition d'abord à Ian Smith en Rhodésie, puis au régime en Afrique du Sud. Il continue néanmoins à œuvrer pour un règlement en Rhodésie et rencontre les dirigeants sud-africains John Vorster, PW Botha et FW de Klerk.

Il accueille dans son pays des exilés politiques d'Afrique du Sud et se heurte en particulier à Margaret Thatcher, qui s'oppose aux sanctions contre le régime d'apartheid. Cette question menace l'avenir même du Commonwealth.

Dans l'éventail politique de la nouvelle Afrique, il était un modéré, dévoué au multiracialisme, et a toujours espéré une évolution pacifique qui accueillerait aussi bien les Africains blancs que les Noirs.

En revanche, il est resté un ardent défenseur de la politique de réforme agraire du président zimbabwéen Robert Mugabe, en vertu de laquelle les fermiers blancs ont été chassés du pays, ce qui a entraîné un effondrement économique.

"Je le dis depuis le début, s'il vous plaît, ne diabolisez pas Robert Mugabe. Je ne dis pas que les méthodes qu'il utilise sont correctes, mais il a été soumis à une forte pression."

Rejeté

Les fissures ont commencé à apparaître dans le règne de Kaunda à la fin de 1980. Des rapports font état d'une tentative de renversement de son gouvernement, et un couvre-feu est imposé dans une grande partie du pays. Au cours des dix années suivantes, deux autres tentatives de renversement ont été signalées. La dernière, à l'été 1990, a fait suite à des émeutes de la faim dans la capitale, Lusaka, et dans la région de Copperbelt, en raison du programme d'austérité du gouvernement.

Plus de 20 personnes sont mortes en trois jours d'émeutes, et les forces de sécurité ont pris d'assaut le campus de l'université de Zambie et l'ont fermé pour étouffer les troubles. Kaunda subit une pression croissante, tant de l'intérieur de la Zambie que du reste du monde, pour introduire une véritable démocratie. Il finit par accepter et organise des élections le 31 octobre 1991.

Dès le début de la campagne, il est clair qu'il est en difficulté, et il n'y a guère de surprise lorsque les électeurs le rejettent en faveur du Mouvement pour la démocratie multipartite, dirigé par Frederick Chiluba.

Mais il avait encore une grande influence en Zambie et le nouveau gouvernement le percevait comme une menace. Kaunda est arrêté pour trahison en 1997, mais le nouveau gouvernement est contraint de faire marche arrière sous la pression internationale.

Une tentative ultérieure de le faire déclarer apatride a finalement été rejetée par les tribunaux. Il se consacre à la lutte contre le VIH et le sida et est le premier dirigeant africain à admettre publiquement que l'un de ses fils, Masuzyo, est mort d'une maladie liée au sida.

Écrivain prolifique, il a publié un certain nombre d'ouvrages défendant son idéologie du socialisme africain, qui a été reprise par d'autres dirigeants africains, notamment Kwame Nkrumah au Ghana et Julius Nyerere en Tanzanie.

En dehors de la politique, Kaunda était un passionné de danse de salon et, en 2011, il a été repéré comme un membre enthousiaste du public lors d'une représentation de Dancing with the Stars (Danse avec les stars), la version internationale de Strictly Come Dancing.

Il était également un guitariste accompli et composait des chants de libération qu'il interprétait lorsqu'il parcourait le pays pour susciter un soutien à la campagne contre le régime colonial.

Dans l'ensemble, Kenneth Kaunda a évité la plupart des conflits qui ont éclaté dans d'autres nations africaines nouvellement indépendantes et a réussi à unir les parties disparates de son pays sous son slogan "Une Zambie, une nation". Mais ses politiques économiques ont transformé un pays qui avait un énorme potentiel de gains en un état où la pauvreté restait généralisée et où l'espérance de vie était parmi les plus faibles du monde.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo