QUAND ON SE TROMPE D’ENJEU
CAMEROUN :: POINT DE VUE

CAMEROUN :: QUAND ON SE TROMPE D’ENJEU :: CAMEROON

Quand vous vous trompez de combat, vous vous trompez d’objectif, vous vous trompez de stratégie et vous courez tout droit à l’échec.

Dès le premier jour, j’ai dit et redit, en tant qu’Économiste anthropologue, que l’enjeu du combat politique au Cameroun n’est pas d’entrer à Etoudi pour chasser Biya et s’approprier le pouvoir unitaire en jouant à son tour un nouveau Biya.

Le vrai enjeu, c’est de contraindre le système à se délester d’une partie de ce pouvoir au profit des États Régionaux.

En d’autres termes, le vrai combat au Cameroun n’est pas de chasser Biya pour gérer les 5.000 Milliards du budget à sa place : il est d’obliger Biya à remettre la moitié de ces ressources, soit 2.500 Milliards de FCFA aux États Régionaux qui vont les gérer de manière autonome, afin de répondre à la demande sociale des Régions, quitte à lui laisser financer son Renouveau avec les autres 2.500 Milliards restants.

Mais obsédés par ce pouvoir monstrueux, altérés par le cupide perspectif de mettre la main sur les 5.000 Milliards et de jouer à leur tour d’autres Ahidjo et Biya, les hommes politiques et la société civile persistent dans leur rêve insensé qu’il y aura un jour une transition démocratique qui leur donnera la possibilité de jouer à leur tour les « Messies », les « Grands Camarades », les « Seuls Gages de la Paix », et d’autres conneries de la même espèce.

Et parmi les pseudo-arguments qu’ils donnent pour justifier leur cupidité, ils disent que le régime ne peut jamais accepter le transfert 50%, voire des 15% des ressources aux Régions. Peut-être ! Mais si vous ne pouvez pas obliger le régime à céder une fraction de son pouvoir, c’est la totalité du pouvoir qu’il va vous laisser ? Si vous n’êtes pas capables de vous mobiliser pour arracher 15% d’argent à la bureaucratie centrale de Yaoundé, c’est la totalité de l’argent que vous pouvez leur arracher en prenant Etoudi?

Le pouvoir centralisé dans un État unitaire s’appliquant dans une Nation, pauvre et sociologiquement segmentaire est le mal absolu qui rend impossible toute transition pacifique. Le prochain Président sortira donc soit de l’entourage de Biya qui, lui est déjà armé, soit des gens venus d‘ailleurs et suffisamment armés pour les chasser d’Etoudi.

Il n‘y aura pas de transition réellement démocratique au Cameroun, parce que cela est incompatible avec un pouvoir unitaire appliqué dans un pays comme le Cameroun.

En tout état de cause, pour n’avoir pas bien compris ce qu’il faut faire, les Camerounais subiront un autre Biya qui va continuer à gérer leurs 5.000 Milliards, sans contrôle et pendant encore 40 ans, et ils ne vont rien faire, en dehors de sortir inutilement les yeux et de vociférer comme des âmes en peine !

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo