CAMEROUN :: Le Manifeste du Médiateur, 22 Mai 2020 :: CAMEROON
CAMEROUN :: Le Manifeste du Médiateur, 22 Mai 2020 :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Correspondance : Shanda Tonme
  • vendredi 22 mai 2020 13:35:00
  • 1111

CAMEROUN :: Le Manifeste du Médiateur, 22 Mai 2020 :: CAMEROON

« Dans la quête du bonheur d’un peuple, dans les efforts individuels ou collectifs d’une réalisation, aucune conditionnalité, aucune promesse, aucune déception ni triomphe, ne doit jamais constituer une fin en soi. Ce qui fait la force des nations, c’est d’avantage la permanence d’une conviction dans ce que l’on croit, et non la certitude que l’on a le dirigeant idéal pour changer le monde, résoudre tous les problèmes et satisfaire toutes les attentes » SHANDA TONME

Paul Biya, la fête de l’unité, et la crise sanitaire planétaire: La Réaction du MPDR – PMDR

L’attente aura été longue, mais pas plus longue, ni aussi longue ou cruellement longue, au regard du style de gouvernance que nous a imposé le Chef de l’Etat depuis 37 ans comme une marque de fabrique personnalisée. Nous l’avons dit et continué de le dire, que le pays est engagé, que l’on le veuille ou non, dans une phase de transition suffisamment délicate. Ceci demande que chacun de nous fasse d’avantage attention, et pense à s’investir dans la promotion du dialogue et de la réconciliation, plutôt que dans la mise en exergue des egos personnels et des ambitions politiques qui suscitent affrontements, nourrissent des fractures et exacerbent la haine ethnique.

C’est un homme bien renseigné et très au courant de la situation qui s’est adressé à ses compatriotes ce 19 Mai 2020 à 20hs. Mais il demeure que la crise sanitaire comme partout ailleurs dans le monde, exige plus d’attention et une amélioration des mécanismes de gouvernance. Nous ne réussirons rien sans un véritable réarmement moral, tant l’anarchie, la corruption ainsi que toutes sortes de comportements déviants, se sont solidement incrustées dans notre société. Les rapports entre les l’Etat et les citoyens sont devenus tellement distendus, que les consignes de prudence sanitaires, ont du mal à être respectées convenablement, à commencer par des officiels et même des forces de l’ordre.

Par ailleurs, la persistance de la violence aveugle, des destructions, faisant des victimes directes et collatérales dans le NOSO, interpellent avec une plus grande urgence. Cela indique clairement que notre approche de cette crise, doit évoluer, briser des tabous.

Il faut intégrer effectivement l’exigence de réformes institutionnelles plus sérieuses, et pourquoi pas vers le retour au fédéralisme.

La position du MPDR – PMDR, demeure inchangée, s’agissant de la confiance en nos dirigeants, et la dénonciation d’une systématisation de la critique. C’est encore avec ceux qui gouvernent, avec Paul Biya et son Gouvernement, et dans le cadre des institutions actuelles, que nous devons travailler à apporter des solutions, même s’ils elles s’avèrent finalement révolutionnaires par rapport à ce qui existe, et par rapport aux planifications inacceptables de certains réseaux et cercles d’influence négatifs.

Jamais et au grand jamais, la déclaration d’un Chef d’Etat ne fera l’unanimité, et jamais personne, tenant les rennes d’un pouvoir à quel que niveau et dans quel que cadre que ce soit, ne pourra clamer qu’il a résolu tous les problèmes, contenté tout le monde et garanti son approbation éternelle.

Les problèmes de notre pays sont trop connus, trop profonds et trop importants, pour que nous nous abandonnions à la polémique sur une déclaration de quelques dizaines de minutes du premier des compatriotes.

Le MPDR – PMDR, se félicité de la sortie du Chef de l’Etat, et exhorte tous et chacun, à s’en tenir à ce qui était essentiel dans son discours, à ce qui nous unit et nous unira, à ce qui demeure positif et le restera. Il faut bien évidemment, continuer de militer pour que le véritable dialogue trop attendu voire un autre dialogue, prenne le relai, afin que le pays respire réellement, afin que les armes se taisent définitivement, afin que les colères et les rancœurs se terminent, afin que nos divisions soient jetées dans les poubelles infâmes de l’histoire. Le monde entier nous regarde.

Le Président de la République a parlé en souverain nanti de tous ses pouvoirs et privilèges, et nous avons compris.

Le MPDR – PMDR lui souhaite bonne chance, bonne santé, et appelle à la vigilance globale, vigilance sanitaire, vigilance sécuritaire, vigilance économique, vigilance politique.

Le MPDR – PMDR, appelle également au redoublement de la solidarité, dans les familles, dans les tontines, dans les associations de toutes natures, partout où notre destin collectif se construit au quotidien. L’unité nationale n’a pas de sens, si elle demeure une simple vue de l’esprit, une banale proclamation des politiques, un arbre aux feuilles mortes qui cache mal des fractures multiples./.

SHANDA TONME

22mai
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo