CAMEROUN :: Pierre Baleguel Nkot : Si les listes Upc sont annulées, vous ne me verrez pas vivant :: CAMEROON
CAMEROUN :: Pierre Baleguel Nkot : Si les listes Upc sont annulées, vous ne me verrez pas vivant :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Mutations : Wamba Sop
  • jeudi 05 décembre 2019 10:26:00
  • 3371

CAMEROUN :: Pierre Baleguel Nkot : Si les listes Upc sont annulées, vous ne me verrez pas vivant :: CAMEROON

Le secrétaire général de l’Upc accuse Jean Nkueté et Atanga Nji, entre autres personnalités, qui s’acharnent à humilier le parti historique.

L’Upc reste divisée après moult initiatives de réconciliation, et vous soutenez que ces divisions sont entretenues de l’extérieur…
L’Union des populations du Cameroun a toujours eu des problèmes, causés par les différentes administrations. Et ça me gêne. J’étais à une émission diffusée sur une radio il y a quelques jours où l’on a présenté l’Upc comme un parti divisé ; c’est cela que certains ont toujours voulu mettre dans la conscience des Camerounais. Ils disent que l’Upc c’est le seul parti anti-colon, anti-français, anti-européen ; et donc, il faut le combattre. Un autre journaliste est allé jusqu’à me faire remarquer que l’Upc a deux secrétaires généraux ; c’est la pire des hontes que le Cameroun ait produite. Dans aucun pays au monde, un ministre ne se lève et désigne un responsable de parti politique en lieu et place d’un autre qui a été élu par la base et reconnu comme tel. Si je m’étais effacé après la nomination de Bapooh Lipot par Paul Atanga Nji, qu’est-ce que j’aurais dit à ceux qui m’ont élu lors du congrès d’octobre 2017 ? Je me rends compte qu’ils vont aux élections, ce qui est en contradiction avec leur logique de la nomination. Ils ne savent pas que c’est les élections qui doivent mettre en place un leader de parti politique. C’est une grosse honte ! En démocratie c’est le choix du peuple qui donne la légitimité et la légalité pour parler en son nom. Dans les partis politiques, c’est le choix des militants.

Deux Upc ont investi des candidats pour les législatives et municipales. Etes-vous certain que vos listes vont être retenues ?
Nous avons pris l’option d’aller aux élections. Nous avons aussi appris qu’il y avait des listes parallèles. Nous sommes sereins parce que nous avons la légitimité ; Elecam doit gérer ça. Le Conseil constitutionnel où l’on retrouve d’éminents magistrats doit gérer ça. Il faut qu’on nous dise si un pays peut fonctionner sans lois, si un pays peut exister sans législation. Si c’est le cas, nous allons nous sentir comme des exclus de la République et agir en conséquence. Des gens veulent nous pousser à la révolte et nous allons le faire. Nous sommes tempérants, il ne faut pas nous pousser à bout. On ne peut pas comprendre que dans une organisation les textes disent que c’est ceci, vous vous faites le contraire. Ce qui fait que nous Camerounais soyons ensemble c’est la Constitution qui parle de l’unité du pays. Le président de la République m’invite au défilé du 20 à Yaoundé, il invite aussi le député Bapooh qui vient s’asseoir à côté de moi avec le même titre. Le portail des camerounais de Belgique (Camer.be). Et assis derrière nous, les grands patrons du Rdpc se mettent à parler de nous. Lors du grand dialogue national, le Premier ministre a reçu deux Upc. Je lui ai dit qu’une République c’est les personnes, une législation et les intérêts communs. Il a répondu que les problèmes d’un parti se résolvent à l’intérieur de celui-ci. C’est pourquoi j’ai pris part à ces assises en tant que leader d’un parti politique et Bapooh comme député. Qui a intérêt à voir l’Upc divisée ? Celui qui sème le désordre au sein de l’Upc c’est le secrétaire général du comité central du Rdpc, Jean Nkueté. Il doit faire attention parce qu’il ne peut pas lui-même avoir milité dans ce parti dans sa jeunesse et vouloir le détruire maintenant. Ce n’est pas bon ! Je lui ai dit plus de six fois en face que nous sommes dans un pays où il ne faut pas chercher à humilier les gens. Je l’ai dit à tous les ministres de la République : il y a un certain âge où on n’accepte plus l’humiliation.

Et si vos listes n’étaient pas retenues…
Si les listes de l’Upc que nous avons présentées sont annulées, je crois que c’est la dernière fois que vous me verrez vivant.

05déc.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo