CAMEROUN :: Emeutes de Sangmelima:Où est passé le ministre de l’administration territoriale, Paul Atanga Nji? :: CAMEROON
CAMEROUN :: Emeutes de Sangmelima:Où est passé le ministre de l’administration territoriale, Paul Atanga Nji? :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : Claude Wilfried Ekanga
  • lundi 14 octobre 2019 13:05:00
  • 3031

CAMEROUN :: Emeutes de Sangmelima:Où est passé le ministre de l’administration territoriale, Paul Atanga Nji? :: CAMEROON

Dans une tribune publiée dans la journée d'hier sur sa page Facebook et relayée par plusieurs internautes, Claude Wilfried Ekanga, le tombeur des "sardinards" et militant du MRC (Mouvement pour la renaissance du Cameroun), s'interroge sur le mutisme du ministre de l'administration territoriale à la suite des émeutes qui ont secoué la semaine dernière la ville de Sangmelima. Nous publions ce jour l'intégration de son indignation

Cet homme a disparu de la circulation comme les pièces de monnaie au Cameroun.Souvenez-vous : la nuit du saccage des ambassades par la Brigade Anti Sardinards en janvier dernier, il n’avait pas hésité à abandonner son épouse dans le lit conjugal pour venir faire une conférence de presse sous fond de conseil de guerre à 23h 30. A ses côtés, René Emmanuel Sadi, le porte-parole du régime, était lui aussi aux avant-postes et en pleine forme.

Le discours avait été martial ; les mots avaient été durs ; il fallait absolument « défendre nos emblèmes et notre république contre une bande de terroristes ». C’était à 6 000 km de Yaoundé et ils ont réagi promptement. Le village de « si je savais » attendait les coupables. Le Cameroun devait rester debout, quoiqu’il arrive !
Chère Chérie.

Souvenez-vous encore : il y a deux mois, quand les représentants du RDPC recevaient leur humiliation quotidienne à la télévision, il s’est retrouvé à Douala à la vitesse d’une comète, a réuni une ribambelle de sous-préfets et les a instruits de neutraliser les chaînes qui « organisent sciemment des débats pour saper l’action gouvernementale ». Il a notifié ces chaînes de changer d’attitude « avant qu’il ne soit tard ». Oui, car il est le ministre de l’intérieur, donc le chef de la police, et donc ça doit se savoir !

Des siècles passèrent ...

Et puis, un beau jour, arriva Sangmelima.

14oct.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

canal de vie

Vidéo