Camer.be
CAMEROUN :: Crise anglophone, code électoral, forme de l’Etat… : Le SDF tonne de rage :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Mutations : Jean De Dieu Bidias
  • jeudi 24 janvier 2019 13:34:00
  • 1705

CAMEROUN :: Crise anglophone, code électoral, forme de l’Etat… : Le SDF tonne de rage :: CAMEROON

Le parti de John Fru Ndi promet d’empêcher la tenue de nouvelles élections tant que le Nord-Ouest et le Sud-Ouest ne sont pas pacifiés, un nouveau code électoral adopté, entre autres conditions.

Lors de la session de son Comité national exécutif (NEC) tenue samedi dernier à Yaoundé, le Social Democratic Front (SDF) s’est de nouveau indigné de l’enlisement de la crise sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud- Ouest, et redit que celle-ci trouve ses racines politiques dans « le problème anglophone qui remonte à 1961, et qui s'est intensifié en 2016 avant de devenir une véritable guerre civile à part entière depuis 2017 ». Dans tous ses discours, en particulier ceux du 6 novembre 2018, du 31 décembre 2018 et du 18 janvier 2019, ont dénoncé Ni John Fru Ndi et ses camarades, « M. Biya a fait preuve d'un mépris total pour les peuples lésés des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Dans ces trois discours, il a insisté avec cohérence sur la neutralisation des dissidents, justifiant ainsi l'affirmation qu'ils ne sont pas Camerounais, plutôt que sur le dialogue pour résoudre cette crise politique. Pour montrer davantage son insensibilité à cette grave crise, il continue de former des commissions non pertinentes, la dernière en date étant le Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration ».

Le parti a réitéré sa position selon laquelle le président de la République devrait immédiatement accorder une amnistie générale à tous ceux qui sont en prison, en exil ou en fuite du fait de la crise sécessionnistes. Par ailleurs, il exige un cessez-le-feu immédiat et l’organisation d’un dialogue constructif avec les autres parties en présence afin de trouver des solutions durables au problème anglophone. camer.be. En effet, « le problème est politique et non une question d’insécurité qui nécessite des solutions militaires comme c'est le cas avec l'insurrection de Boko Haram. Nous rappelons à M. Biya que le problème anglophone est unique et n'a rien de semblable au problème de Boko Haram », insiste le SDF. Pour qui il est temps de créer une « Commission nationale vérité, réconciliation, reconstruction et réinsertion des victimes de la crise », mettre en place une commission constitutionnelle chargée notamment de déterminer la forme de l'État, un code électoral consensuel et un organe indépendant chargé de l'organisation des élections.

« Faute de quoi, le SDF s'opposera avec véhémence à toute tentative d'organiser de nouvelles élections dans ce pays dans le climat sociopolitique chaotique actuel, car, cet environnement est délibérément créé pour faciliter la fraude électorale ». La stratégie du « parti de la balance » pour empêcher la tenue de quelque élection que soit en l’état actuel des choses n’a pas été dévoilée, mais on se rappelle que, pour les mêmes raisons, il a menacé il y a quelques années d’appeler les Camerounais « à limer leurs machettes » pour chasser Paul Biya et son gouvernement. En 2017, le SDF avait également appelé les électeurs potentiels à ne pas s’inscrire sur les listes électorales, avant de se dédire.

24janv.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo