Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON
Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON

Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON

Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON
Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON
La  crise qui sévit, ces jours-ci dans l’Eglise évangélique du Cameroun (E.E.C.) est à l’image de la moralité de quelques-uns d’entre nous. Elle a en toile de fond, le projet mal contenu de certains compatriotes, d’une ambition hégémonique sur la nation kamerunaise. Ceci met naturellement à mal le vivre en ensemble des communautés qui la composent et dont l’entente constitue un gage  pour la paix et la concorde dans notre pays.

Historique connue

En 1999, le pasteur Mfochivé Joseph devient président de l’Eglise évangélique du Cameroun au Synode général de Garoua. Malheureusement, son mandat sera écourté par son décès en 2006. Et en pareille situation, les textes organiques prévoient qu’en cas d’indisponibilité du président : le vice-président assure l’intérim. C’est ainsi que le vice-président, le pasteur Isaac Batomen assurera l’intérim pour achever le mandat, inauguré par son défunt prédécesseur.

Dans le même ordre d’idée, il était plus ou moins attendu, à défaut d’être entendu, qu’à l’issue du mandat du défunt Mfochivé Joseph, le tour à la présidence de l’E.E.C. reviendrait à un pasteur Sawa, pour respecter le contrat triumviral institué au sein de l’E.E.C. Pour être bien clair, précision que feu Mfochivé Joseph, de la communauté Bamoun, a succédé au pasteur Charles Njiké de la communauté Bamiléké, de 1992-1999.

Dès lors, quoi de plus naturel, dans notre environnement à l’issue de sa direction intérimaire, que le pasteur Batomen Isaac souhaita obtenir, un mandat personnel. Ce qui, au  Synode général de l’Eglise évangélique à Yabassi en 2009, ne fut ni simple ni acquis. C’est à ce moment que le pasteur Batomen Isaac pour s’assurer quelques chances à sa revendication à la présidence de l’E.E.C., alla rencontrer l’élite sawa de Yaoundé pour requérir  son soutien. Parmi les personnalités rencontrées : feu William Etéki Mboumoua ; Etamé Massoma ; Moukoko Mbonjo ; Njoh Mouellè ; Me Epée Ndolo. Ce sont ces derniers qui  rendant compte au Ngondo ’a  Sawa ; l ’Assemblée traditionnelle sawa estima que : « Pour la paix, la fraternité et l’amour entre les enfants du même Dieu, le Peuple Sawa, sous l’égide du Ngondo, amena même la communauté bamoun à œuvrer pour l’harmonie en vous (pasteur Batomen Isaac, note de la rédaction) laissant sereinement assumer votre mandat, après les deux ans d’intérim directorial » (1).

A Yabassi en 2009, le Ngond’ a sawa précise que : « Sous la supervision de sa Majesté René Douala Manga Bell, alors président en exercice du Ngondo, les représentants des trois grandes communautés culturelles de l’E.E.C. (Bamoun, Bamiléké, Sawa) scellèrent à Yabassi un pacte de paix  sincère ; décidant de pourvoir dorénavant de manière rotative au poste de Président général de l’E.E.C. et de veiller à la composition collégiale du Bureau national de l’église. » (2).
Pasteur Batomen Isaac, non seulement obtint son mandat de 2009, mais le termina, avant de  demander en plus  une rallonge de deux ans à la fin de ce mandat. C’est la raison, pour laquelle, le pasteur Batomen se maintint à la présidence jusqu’au Synode de Ngaoundéré en 2017.

Ngaoundéré, l’accouchement difficile
 
A la veille du Synode de Ngaoundéré 2017, les préparatifs du conclave sentant, déjà, le roussi, le compatriote Shanda Tonme, lança un appel : « Pour un large soutien populaire à la candidature du Révérend Pasteur PRISO MONGOLE RICHARD, au poste de Président de l’Eglise Evangélique du Cameroun. ». Avec d’autres termes,  Le Ngond’a Sawa  embraya le pas par cette interpellation à l’attention du pasteur Batomen Isaac : « Nous voulons espérer que l’Esprit Saint  guidera vos actions, afin de passer le tablier au pasteur Priso Moungolè qui est celui avec qui vous avez fumé le calumet de la paix à Yabassi devant les vivants et ceux qui ne sont plus de ce monde ; ainsi vous aurez œuvré pour une fraternité sincère et une paix durable dans l’Eglise évangélique du Cameroun » (3).

C’est le contraire qui se produisit à  Ngaoundéré : l’accord de Yabassi fut remis en question, sous le prétexte que le mandat qui devrait être accordé à la communauté sawa,  en la personne du pasteur Priso Moungolè Richard, doit être « démocratiquement » disputé par d’autres pasteurs Sawa. C’est ainsi qu’un autre pasteur « sawa » s’est porté candidat à la présidence.

Et un vote fut organisé, qui a conduit au résultat que nous connaissons. Pour contester la qualité de ce vote, deux actions ont été menées :

  • une plainte est portée contre  les pasteurs Batomen Isaac et Jean Samuel Hendje Toya pour non-respect de la procédure de l’élection des nouveaux membres des organes exécutifs de l’E.E.C.
  • la  Déclaration des Laïcs Bamoun Engagés de l’Eglise Evangélique du Cameroun,  elle stigmatise  des tripatouillages au Synode de Ngaoundéré.
  • Un autre camp s’est constitué, pour soutenir cette élection. Il estime que, l’accord de Yabassi a été respecté par le vote à la suite duquel le pasteur Hendje Toya Jean Samuel a été élu Président de l’E.E.C.

Ceci a donné l’occasion au Ngond’ a sawa  de préciser que : « Le concept Sawa est culturo-traditionnel. Il englobe des peuples parsemés dans les Régions du Sud, du Sud-Ouest et du Littoral. Il ne saurait par conséquent être assimilé à la seule Région administrative du Littoral qui compte des peuples non Sawa. » (4). En clair, le pasteur Hendje Toya Jean Samuel n’est pas un Sawa.

Le jeu trouble de certains lobbies
 
Le dire enlève-t-il quelque chose à la valeur de cet honorable homme de Dieu ? Bien sûr que non ! Car, être d’une ethnie d’ici ou d’ailleurs dans le triangle national, ne doit être nullement dévalorisant ni antagonique ! C’est une source de nos différences, qui doivent être comprises, comme des complémentarités. N’est-ce pas ce que disait Ruben Um Nyobè, lorsqu’il affirmait : « Nous reconnaissons la valeur historique des ethnies de notre peuple,  c’est la source même d’où jaillira la modernisation de la culture nationale. Mais nous n’avons pas le droit de nous servir de l’existence des ethnies comme moyen de luttes politiques ou de conflit de personne. » (5).  Um Nyobè continue : « Du point de vue démocratique, si la tradition veut que la minorité se plie à la loi de la majorité, la règle de la justice y met des conditions dont la toute première porte sur la sauvegarde et le respect des minorités ethniques, c’est la raison d’être même d’une démocratie digne de ce nom. » (6).

Tout le monde sait que le pasteur Hendje Toya Jean Samuel n’est pas Sawa, sauf certaines « élites », pour des besoins d’instrumentalisation des communautés pour un but hégémonique. C’est pour cela qu’il convient encore de mettre en exergue les propos de  Shanda Tonme, lorsqu’il déclare : « Nous avons souvent dit que si le Cameroun devait brûler, si le Cameroun devait être détruit,  la première buchette d’allumette, le premier coup de feu, le premier coup de machette, le premier acte de désordre ne viendra de la communauté Bamiléké. Nous sommes dans une situation où des chrétiens rassemblés au sein d’une institution religieuse se sont donné la parole. Il ne faut pas faire de langue de bois, notre pays est définitivement gouverné dans tous ses compartiments, (…), sur la base de considérations ethniques.» (7).

A la lecture de cette observation, d’où viendrait-il un jour ce qui pourra mettre à mal notre vivre en  ensemble ? A n’en point douter, les ambitions hégémoniques ! Puisque dans une autre correspondance Shanda Tonme,  président de la COMICODI  reconnait très bien que : « Il n’y a aucun doute, et il ne saurait exister de doute, tant les preuves sont abondantes, que des lobbies néfastes, nuisibles et sans foi ni loi, ont pris le risque, assurés de l’impunité, de provoquer la scission et le désordre, en suscitant la candidature du secrétaire général qu’ils ont ensuite fait élire, contre tout bon sens, et au nom d’une démocratie travestie. » (8). Il conclut : « Enfin, que ceux qui critiquent le Ngondo, se rendent à l’évidence que cette vénérée source d’inspiration, n’a fait que son devoir et heureusement. C’est le lieu de rappeler qu’il aura fallu que son équivalent ailleurs, interpelle directement le Vatican, pour obtenir la nomination de deux Evêques Bamilékés dans un mouchoir de poche, après plus de vingt ans d’ostracisme. » (9)

L’arbre qui cache une épaisse forêt…

A écouter certains compatriotes et lire la Déclaration des Laïcs Bamoun Engagés de l’Eglise Evangélique du Cameroun, la forfaiture du Synode de Ngaoundéré a comme seul but : l’ambition de certaines « élites » pour une  hégémonique communautaire. Mais elle ne serait  que l’arbre qui cache l’épaisse forêt insalubre que deviennent nos Eglises par la volonté de certains « bergers ». Pour ces Laïcs Bamoun : « Considérant la manière de moins en moins orthodoxe dont l’Eglise Evangélique du Cameroun est gérée aux plan spirituels, des ressources humaines, matérielles et financières tant au niveau Paroissial, Consistorial que National depuis un certain temps… Nous protestons contre les violations sans vergogne des textes statutaires de l’E.E.C., lesquelles transgressions se sont traduites par la pratique du faux, l’usage du faux et la corruption que tous les observateurs avertis ont vécus lors des assises du 59e Synode National électoral tenu à Ngaoundéré du 18 au 23 avril 2017 » et enfin ils concluent : « Que le résultat des élections du bureau national au Synode de Ngaoundéré le 22 avril 2017 soit purement et simplement invalidé ».

Nous considérons  les vibrantes protestations des Laïcs Bamoun Engagés de l’Eglise Evangélique du Cameroun,  et celle de la Pastorale nationale de l’E.E.C. tenue du 20 au 22 juin 2017 à Bwadibo, comme des positions claires et nettes en faveur du refus véhément des Sawa à la forfaiture du Synode de Ngaoundéré.

Autour, de la réparation de cette perfidie, tous les Chrétiens, au-delà des aires culturelles, doivent se lever pour la manifestation de la Vérité, surtout pour la bataille de la restauration des pratiques chrétiennes dans nos Eglises. Le Ngond’ a Sawa et les pasteurs sawa doivent s’efforcer de rallier d’autres pasteurs et fidèles de l’Eglise évangélique du Cameroun à cela.

L’Eglise évangélique du Cameroun doit demeurer une et indivisible, dans l’honneur et la Vérité. C’est une très grande bataille.

Enfin, les faits et méfaits du Synode de Ngaoundéré sont une illustration de la déliquescence du Kamerun d’aujourd’hui, dans laquelle nous engloutit une gouvernance vieillie, pillarde et anti démocratique. A telle enseigne que, face à la gabegie régnante et les pratiques défiant toute bonne moralité dans tous les segments de la société publique ou privée et la précarisation avancée au sein des masses populaires, au lieu de polariser nos efforts communs contre ces maux consumant, certains préfèrent la politique de l’autruche par de piètres solutions ethniques ou claniques.

© Correspondance De : David Ekambi Dibonguè

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
France - Football: Neymar au PSG comme un ... messi
France - Football: Neymar au PSG comme un ... messi
Facebook
radios
RTS 90.5 FM Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON Sky One Radio 100.1 FM Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON Amplitude FM Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON Kalak FM Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON Nkongsamba FM Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON Cameroonvoice Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON Fréquence de vie Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON
réclame
partenaire
Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON
Récolte des termites en pays Bamiléké By SOPIEPROD
évènement
Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON
actuellement sur le site
LE JOUR
Crise dans l’Eglise évangélique du Cameroun : Pour le respect du vivre ensemble dans la vérité et la prospérité du Kamerun. :: CAMEROON