World news CAMEROUN :: Lettre ouverte à la communauté Haoussa du Cameroun :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
World news CAMEROUN :: Lettre ouverte à la communauté Haoussa du Cameroun :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : Dalami MAHAMAN
  • vendredi 24 juillet 2020 09:02:00
  • 1946

World news CAMEROUN :: Lettre ouverte à la communauté Haoussa du Cameroun :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU

Objet: Devoir introspection commune...A toutes et à tous,

Bien évidemment, je commence cette lettre ouverte en adressant un remerciement sincère au Général Housseini Djibo de m’avoir intégré dans ce groupe WhatsApp et par la suite que la grâce divine guide ses pas sur cette nouvelle responsabilité auprès de la communauté de Yaoundé VII.

La communauté musulmane et en particulier la communauté Haoussa de l’ensemble du triangle national a le devoir de faire aujourd’hui une étude de conscience et de morale et de comprendre dans un premier temps un élément majeur de son existence. Nous ne sommes par des Arabes et nous n’y deviendrons jamais. Aussi la religion doit rester exclusivement dans le domaine du privé. D’ailleurs Dieu ne dit-il pas dans le saint Coran: (L’ostentation est le propre des hypocrites). Autrement dit, le Coran et la sunna incitent le croyant à faire l’aumône dans la discrétion et à ne pas chercher à la montrer ou à en faire étalage.

Ce qui fait un grand peuple, c’est l’appropriation de toutes ces valeurs sociales et culturelles. Nous Haoussa du Cameroun, sommes immensément marginalisés. Et je pointe d’un doigt accusateur nos grand-parents, nos parents et les différents leaders de cette communauté qui ont failli à nourrir par l’éducation et la culture le cerveau de leurs enfants et qui ont à chaque fois privilégié la construction des mosquées sur toutes les rues des différentes villes et non la construction des écoles et chercher à améliorer les conditions de vies de la communauté.

Je prends pour exemple ce groupe WhatsApp ou l’on ne parle point de l’évolution, encore moins de l’amélioration des conditions sociétales de la communauté. Au fil des lectures, une foi de plus, nous parlons de la construction des mosquée set l’achat des tapis. Combien de mosquées compte le quartier Briqueterie???
Très certainement, on retrouve au sein de nos proches entourage des veuves et orphelins le besoin absolu. Tandis que certains responsables religieux stipendié écume avec dédain cette misère répandue.

Nul ne s’est jamais posé cette question: Pourquoi, New-Bell à Douala, la Briqueterie à Yaoundé et tous les différents quartiers Haoussa et largement musulmans sont des foyers de déviance et perception d’insécurité. Dans la ville de Yaoundé, la valeur d’usage et la valeur symbolique de l’espace du crime de l’immoralité prennent définition à la Briqueterie. Nous avons le devoir de mon interrogé sur notre comportement et de s’interroger: Où avons-nous fauté?

La moralité est une construction sociale. La décadence sociale a fait un pas de géant surtout sur la ville de Douala ou le peuple observe avec parcimonie le leader représentatif de la communauté Haoussa est celui-la qui, s’était illustré il y’a quelques années sur les réseaux sociaux dans une posture compromettant à la mairie du deuxième arrondissement de Douala, dans son propre bureau. Dixit le maire de la ville de Nkongsamba qui se complait à garder toute la communauté dans le sceau de la pauvreté et la mendicité, dont la finalité ultime se relève être son enrichissement personnel et la décadence des moeurs et réfréner la braverie insolente de la jeunesse Haoussa.

Ma démarche présente est une démarche de rassemblement, un rassemblement républicain et laïc seul à même de gommer ces différences parmi lesquelles embrasser une autre culture à savoir arabe pour en fait la notre. Aujourd’hui, l’instabilité mondiale est le fait de cette culture que cherchons à valoriser au détriment de la notre. Et faire barrage à celles et ceux sous couvert de l’islam, noble religion, nous maintienne dans le désespoir et l’abime sociale.
Si nous voulons retrouver notre histoire et revenir sur le devant de la scène au Cameroun, il nous faudrait proposer un projet politique social, culturel et économique qui nous parle à toutes et à tous.

Les autres communautés devraient se projeter dans une démarche semblable pour que, ensemble, nous puissions construire maintenant l’avenir de notre société. Que chacune et chacun apporte sa part de contribution surtout morale et non pécuniaire afin que le Général Housseini soit celui là par qui l’émergence reviendra.
Enfin, j’ai une infinie conviction que l’audace et l’énergie et qui en font parti des qualités du Général, lui permettront de donner un coup de pied à toutes et tous ces véreux, injuste, injuste qui font tant de mal à notre communauté.

Votre fils et frère qui vous aime!!!

Dalami MAHAMAN
Attaché parlementaire
Chercheur en relation internationale

Paris, le 22 juillet 2020

24juil.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

canal de vie

Vidéo