CAMEROUN :: RENCONTRE PAUL BIYA-CHRISTOPHE GUILHOU : La gifle du Quai d’Orsay sur Maurice Kamto :: CAMEROON
CAMEROUN :: RENCONTRE PAUL BIYA-CHRISTOPHE GUILHOU : La gifle du Quai d’Orsay sur Maurice Kamto :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE CAMEROUN :: RENCONTRE PAUL BIYA-CHRISTOPHE GUILHOU : La gifle du Quai d?Orsay sur Maurice Kamto :: CAMEROON
  • Source : L'Equation
  • jeudi 14 mai 2020 11:11:00
  • 5371

CAMEROUN :: RENCONTRE PAUL BIYA-CHRISTOPHE GUILHOU : La gifle du Quai d’Orsay sur Maurice Kamto :: CAMEROON

Dans une correspondance, le Directeur Afrique et Océan Indien au Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères recadre le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) au sujet de l'audience de Paul Biya à Christophe Guilhou. Une audience qui a créé la polémique au sein de l’opinion nationale et internationale nourrie par certains opposants au régime de Yaoundé, en l’occurrence Maurice Kamto, pour cristalliser l’attention des Camerounais sur l’état de santé du chef de l’État qui serait, d’après eux, préoccupant au point de l’amener à une invalidité d’exercer la fonction présidentielle.

À la suite de l’audience accordée à Christophe Guilhou, ambassadeur de France au Cameroun par Paul Biya, président de la République du Cameroun, le président du MRC, Maurice Kamto, a adressé une lettre de trois pages à Jean Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, pour protester contre le comportement de l’ambassadeur de France qu’il accusait de s’ingérer dans les affaires intérieures du Cameroun. On apprend qu’après la réception de la lettre de Maurice Kamto, Jean Yves Le Drian a côté le dossier à René Marichaux, le Directeur Afrique et Océan Indien au Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Celui qui fait office du Monsieur Afrique du Quai d’Orsay confirme la rencontre entre l’ambassadeur de France et Paul Biya tout en affirmant qu’il « n’y a pas d’ingérence ».

Il écrit que « Monsieur Christophe Guilhou a sollicité conformément aux instructions qu’il a reçues une audience au président Biya pour assurer le suivi de l’entretien téléphonique que les chefs d’État français et camerounais ont eu le 1er mars 2020. Vous connaissez le contexte de cet entretien et l’importance que le président Macron accorde au suivi des échanges qu’il a pu avoir avec le président Biya. Cette mission est au cœur de l’activité de tout ambassadeur. De tels entretiens lui sont par ailleurs régulièrement accordés par le chef de l’État en sa qualité de représentant à Yaoundé d’un pays qui entretient avec le Cameroun des liens d’amitié forts et anciens », peut-on lire dans la lettre.

Cette rencontre entre Paul Biya et Christophe Guilhou, en plus d’être d’usage diplomatique, était aussi censée répondre aux interrogations sur l’état de santé du président camerounais et faire taire les rumeurs sur sa mort. Mais la réapparition sur les écrans du président de la République du Cameroun était loin de rassurer les sceptiques et les individus mal intentionnés.

C’est ainsi qu’une pétition a été lancée par des activistes proches du MRC de Maurice Kamto demandant le « départ immédiat » de l’ambassadeur de France au Cameroun. Le 27 avril 2020, le Quai d’Orsay a voulu mettre définitivement un terme à la polémique suscitée par la rencontre, le 16 avril 2020, à Yaoundé, entre l’ambassadeur de France au Cameroun et le chef de l’État, Paul Biya.

« Notre ambassadeur a sollicité un entretien avec le président Biya sur instruction, afin d’assurer le suivi de l’entretien qui a eu lieu entre les deux présidents », a réagi le porte-parole du Quai d’Orsay lors d’un point presse. Cmare.be. Il a aussi porté sur les initiatives prises par la France en soutien des efforts africains dans la lutte contre le Covid-19. « Il s’agit là d’un exercice courant et habituel de la vie diplomatique », dit-il. Mais la chose n’est pas perçue ainsi par certains activistes camerounais, proches du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC).

Ils affirment que « le monde entier s’interroge depuis le jeudi 16 avril 2020 sur le vrai motif de la rencontre entre Paul Biya, président de la République du Cameroun et Christophe Guilhou, ambassadeur de France au Cameroun. Alors que le peuple camerounais souhaite que Paul Biya leur parle, il semble répondre et parler plutôt à la France, cette mère patrie pourtant critiquée il y a seulement deux mois par des Biyaïstes pour ingérence dans les affaires du Cameroun ». Un autre collectif d’activistes exige que Monsieur Christophe Guilhou s’excuse devant le peuple camerounais.

« Nous tous, citoyens, organisations qui défendons les droits humains et une solidarité entre les peuples, pensons que les valeurs portées à travers notre réaction méritent autre chose que du mépris et des insultes », affirme ce collectif. Mais l’agitation autour du silence du chef de l’État et de son « apparition » au cours de l’audience avec le diplomate français ne saurait empiéter sur la coopération bilatérale entre Yaoundé et Paris. Les deux pays, à en croire le Quai d’Orsay, entretiennent jusqu’ici de bonnes relations qui n’ont rien à voir avec l’immixtion dans les affaires internes du Cameroun.

14mai
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo