CAMEROUN :: Pour un « Droit de regard » sur l’exécution des projets d’entretien routier :: CAMEROON
CAMEROUN :: Pour un « Droit de regard » sur l’exécution des projets d’entretien routier :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Source : bougnat.net
  • vendredi 12 avril 2019 08:19:00
  • 956

CAMEROUN :: Pour un « Droit de regard » sur l’exécution des projets d’entretien routier :: CAMEROON

D’après le Groupement interpatronal du Cameroun (GICAM), les entreprises camerounaises ont perdu un peu plus de 11,4 milliards de F CFA depuis le début de la crise anglophone. Les autres pertes (équipements volés/ détruits, rançons, vols, …) s’élèvent à environ 1,031 milliard de FCFA.

Les députés de la région du Nord-Ouest pensent que la note pourrait être encore plus salée, si on prend en compte les pertes enregistrées dans la construction des infrastructures routières. Avec des chantiers laissés à l’abandon, et des projets mal exécutés. Du fait notamment du manque de contrôle par les bureaux d’études.

Au cours d’une réunion organisée dans le cadre de la série Audiences avec le ministre des Travaux publics, les membres du groupe parlementaire du Sud-Ouest ont annoncé un document « confidentiel ». Document dans lequel « sont consignées des preuves de chantiers inachevés, mal exécutés, ou des projets où les fonds sont dilapidés en complicité avec les mairies et les collaborateurs du ministre des Travaux publics », a expliqué l’honorable Bambi Emmanuel.

Pour prévenir d’éventuels égarements, et poursuivre la construction des routes dans cette partie du pays, les membres du groupe parlementaire du Nord-Ouest proposent d’avoir un droit de regard plus important sur certains projets de leur région.

« Nous souhaitons notamment être impliqués dans la signature de certains contrats avec les entreprises adjudicataires, et, ainsi, avoir la possibilité de contrôler nous aussi l’exécution sur le terrain desdits marchés », a ajouté le député.

Les députés ont également posé le problème de la route Babadjou-Bamenda. Une route longue de 52 km, restée à l’abandon, après l’incendie des engins de Sogea-Satom (entreprise attributaire) par des individus présentés comme appartenant aux forces ambazoniennes.

Rencontré en février dernier, un responsable de Sogea Satom, avait confié à bougna.net que le taux d’avancement global des travaux était de 13,5%, pour une consommation des délais de 77%. « L’état actuel n’est pas joyeux. L’entreprise a dû suspendre les activités et réduire les activités sur le site du projet depuis que ses camions qui étaient en train de travailler ont été brûlés sur la section 1 au PK 29 », avait-il ajouté.

Pour rappel, dans la région du Nord-Ouest, 39 contrats pour l’exécution des travaux routiers sont répertoriés pour le compte des exercices 2018 et 2019. Une enveloppe d’environ 90,307 milliards est prévue pour financer ces projets. L’argent inclut les projets d’entretien routier, de construction de nouvelles infrastructures, et l’exécution des ponts Acrow.

12avril
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo