Camer.be
Livre: Samuel TCHIDJO: les formes juridiques d’entreprises au Cameroun. :: CAMEROON
CAMEROUN :: LIVRES Livre: Samuel TCHIDJO: les formes juridiques d?entreprises au Cameroun. :: CAMEROON
  • Camer.be : Franck BAFELI
  • mercredi 02 janvier 2019 13:03:00
  • 1230

Livre: Samuel TCHIDJO: les formes juridiques d’entreprises au Cameroun. :: CAMEROON

Il est Juriste-conseil Patron du Cabinet Jure-Entrepreneur. Il vient de commettre « Aspects Juridiques de l’Entrepreneuriat »,un livre sur les forms juridiques d’entreprises. Il en donne les contours.

En quelques lignes, de quoi parle votre opus M. Tchidjo ?

Du volet juridique de l’entrepreneuriat. Entreprendre c’est bien peu importe le domaine, mais maitriser les règles qui encadrent l’activité entrepreneuriale c’est mieux et c’est surtout accroitre ses chances de réussite. « Aspects juridiques de l’entrepreneuriat » met donc en lumière certaines thématiques de droit précises et cruciales pour tout entrepreneur ou porteur de projets.

Quelles sont ces thématiques de droit qu’abordent votre opus ?

Elles sont assez nombreuses, huit (08) au total. Le bouquin s’ouvre sur les formes juridiques d’entreprises au Cameroun. On y dévoile les formes commerciales (SARL, SA, SAS…) civiles (SCI, SCP), associatives (ONG, association) et autres (coopérative, établissement…) en relevant les spécificités de chacune, ses avantages et ses inconvénients. A la suite, on aborde les formalités nécessaires à la création de ces différentes formes de société et les coûts que cela impliquent. La troisième thématique porte sur la rédaction des statuts (rôle, contenu, comment les rédiger…), cette thématique est capitale et il importe pour le lecteur d’y prêter doublement attention. Les prélèvements fiscaux et douaniers constituent les quatrième et cinquième thématiques de l’opus. Relativement aux impôts, quasi incontournable en matière entrepreneuriale, l’opus examine les régimes d’imposition (RSI, RRI, impôt libératoire) et le contentieux fiscal. Il met également à nu le fonctionnement des principaux impôts le plus souvent exigés aux contribuables (TVA, IS, IRPP, fiscalité des marchés publics, patente, licence, taxe foncière…). Quant à la douane, le lecteur y retrouvera de façon simplifiée le régime des droits et taxes de douane (nature, montant, exigibilité) ainsi que les procédures détaillées d’importation et d’exportation des marchandises au Cameroun. La propriété intellectuelle est la sixième thématique du bouquin. En gros, on initie l’entrepreneur au concept proprement dit et lui dévoile les procédures de protection de ses œuvres dans l’espace OAPI auquel appartient le Cameroun. La comptabilité n’est pas en reste et son étude vise à donner d’importants repères techniques (généralités, écriture, documents…) et juridiques (principes et obligations comptables) aux entrepreneurs. On ne peut réussir sans une bonne comptabilité. Enfin, le livre se referme sur le droit du travail. Et parce qu’une entreprise génère du travail, l’opus dévoile les règles juridiques liées au contrat de travail, au salaire et à la paie, ainsi qu’aux droits des licenciés.

Y’a-t-il pas trop de thématiques au final?

Il appartient aux lecteurs de le dire. Le but pour nous était de mettre toutes les chances de leur coté pour la réussite de leur entreprise et de leur donner toutes les raisons de se procurer le livre. Il fait 400 pages et autant dire que d’un bout à l’autre, on ne s’ennuie guère. Simplifié dans le langage et pleins d’illustrations, je le recommande humblement comme ouvrage de chevet.

Après ce bouquin c’est quoi la suite ?

Cette question est assez récurrente et la bienvenue cependant. En effet, il faut savoir que cet opus est l’œuvre du Cabinet que je dirige et qui accompagne les jeunes entrepreneurs, les TPE et les PME sur le plan juridique au quotidien. Le Cabinet Jure-Entrepreneur est la « suite matérialisée » de ce bouquin et de mon premier qui traite des marchés publics et cotisations sociales au Cameroun. Notre offre de services, variée, efficace et moderne couvre le conseil, la formation, la veille, l’assistance et la représentation juridique dans divers domaines tels : la rédaction des statuts, la gestion fiscale et comptable, la gestion du personnel, les marchés publics, les charges sociales, la technologie des contrats (franchise, distribution, représentation…), le contentieux administratif…

Quel est votre mot de fin ?

Juste rappeler aux uns et aux autres que l’initiative entrepreneuriale est certes l’une des voies de salut pour notre économie, mais elle ne peut se réaliser sans méthode. Quel que soit, votre maitrise technique de votre domaine d’entreprise, vous devrez combiner avec les contraintes juridiques pour réussir. Formez vous s’y (documentation, séminaires…) ou confiez cela à des professionnels.

02janv.
Lire aussi dans la rubrique LIVRES
Vidéo