Camer.be
CAMEROUN :: AFRIQUE MEDIA - AVEUX  ET  MENSONGES DE JEAN PAUL POUGALA : HONTE A NOS INTELLECTUEURS !!!     :: CAMEROON
CAMEROUN :: POINT DE VUE CAMEROUN :: AFRIQUE MEDIA - AVEUX  ET  MENSONGES DE JEAN PAUL POUGALA : HONTE A NOS INTELLECTUEURS !!!     :: CAMEROON
  • Avec Camer.be : ITONDE DIBOUA
  • samedi 22 août 2015 13:08:52
  • 107828

CAMEROUN :: AFRIQUE MEDIA - AVEUX ET MENSONGES DE JEAN PAUL POUGALA : HONTE A NOS INTELLECTUEURS !!! :: CAMEROON

Jean Paul Pougala peut être présenté comme l'un des inspirateurs ou théoriciens du "panafricanisme", version Afrique Média. Il avait défrayé la chronique en affirmant que l'Afrique n'a pas besoin de démocratie, que la démocratie est une escroquerie occidentale. Sa dense littérature nauséabonde fait certainement de lui l'un des grands noyeurs de la jeunesse africaine et camerounaise en particulier.

Sans surprise, il a signé une tribune  le 14 Aout 2015 où il superpose ses propres mensonges à ceux (déjà connus) d'Afrique Média qu'il défend. Pour manipuler l'opinion, il tente (avec un taux de chance nul) de démontrer le bien fondé de la thèse centrale d'AM selon laquelle les USA et la France soutiennent Boko Haram.

Premièrement, il affirme que le Nigéria a officiellement accusé les USA et l'Europe de soutenir Boko Haram. Faux! Le 20 juillet 2015 à Washington, Buhari a simplement fait observer à Obama que le refus des USA de fournir des armes au Nigéria, a avantagé ou aidé Boko Haram. D'abord, il faut noter que des pays (la Chine, Russie, etc.) que Pougala adore, n'étaient pas interdits d'approvisionner le Nigéria. Ensuite, les propos de Buhari n'ont strictement rien à voir avec les intoxications ou prétendues aides actives des USA à Boko Haram,  propagées par Afrique Média.

Deuxièmement, il affirme que le Tchad a accusé la France de livrer des armes à Boko Haram. Archifaux! Pourquoi?
Idriss Déby (comme Buhari) n'a jamais accusé la France de soutenir, d'armer Boko Haram. Contrairement à ses prétentions, aucun des 2 Chefs d'Etat ne l'a fait. Encore moins le ministre tchadien de la communication qui avait simplement dit que 40 % des armes saisies chez Boko Haram sont de fabrication française. Ici, on est encore loin des fantasmes et  allégations d'A.M,  sur des livraisons directes d'armes et  de la présence de soldats français au sein de BH. Le mode d'acquisition de ces armes par BH n'intéresse pas du tout Pougala (prises à l'armée nigériane? Trafic illégal? Autres? ). C'est le raisonnement simpliste qui domine:  un individu en possession d'une arme d'un pays X,  a été automatiquement armé par ce dernier. Celui qui roule avec une voiture japonaise, l'a indiscutablement reçue des autorités japonaises…Si l'on considère ce raisonnement, la France pourrait bien s'accuser elle-même ou tout autre pays, d'avoir commandité les attentats de Paris réalisés par les jihadistes Kouachi, sur base de l'origine de leurs armes et de leur nationalité…
Par ailleurs, Pougala exclut de son analyse les 60% d'armes restantes car cela fausserait sa démonstration, au risque d'élargir la liste des pays "fournisseurs" de Boko Haram… Enfin, ce groupe étant en déroute, faudrait-il conclure à l'épuisement du stock de ses "fournisseurs"?  

Troisièmement, Pougala ment encore en affirmant que la France n'a rien dit contre les "accusations officielles" contre elle, preuve de sa culpabilité… Or,  qui ne sait pas, en dehors de Pougala, que l'ambassadrice Robichon a eu à s'insurger à maintes reprises, contre  la propagation d'informations sans fondement? Ou que Laurent Fabius, en visite de soutien au Cameroun en février 2015, avait rejeté les allégations de déstabilisation du Cameroun par la France? Où vit-il pour ignorer tout cela?

Quatrièmement, pour ce qui est du financement du terrorisme, ce qu'a dit le journaliste  du NYT, Rukmini Callimachi,  n'a rien avec la désinformation d'AM, faisant croire à des aides financières actives de la France à Boko Haram, avec un objectif de nuisance. Ce journaliste dit simplement que  le paiement d'une rançon finance le terrorisme. Il s'agit d'une question morale et stratégique difficile à laquelle les Etats répondent différemment. Faut-il payer une rançon pour sauver des otages? En général, les familles y sont favorables et exercent d'importantes  pressions .

Ce n'est pas que je suis un pro-français ou américain, etc.  On peut défendre l'Afrique avec lucidité, sans délire, et surtout en se dissociant des logiques de diversion nationaliste des ennemis et autres braqueurs de la démocratie en Afrique, en mal de popularité et de légitimité… Comme on le voit avec l'aveuglement de Nkurunziza, la dictature et la confiscation du pouvoir sont la principale source de la quasi-totalité de nos conflits et instabilités. Inutile d'aller chercher le coupable imaginaire ailleurs…
Au chapitre des aveux, Pougala fait vraiment pitié. Il avoue avoir souvent ciblé une certaine diaspora qui selon lui, "parle mal" du Cameroun. En fait, le fidèle défenseur des dictatures reprend, avec ses mots, la célèbre expression du pouvoir "ternir l'image de marque du pays". Logique de raisonnement étrange : ce n'est pas le pouvoir à travers la corruption, les détournements, la répression, les tueries, etc. qui salit l'image du pays à l'extérieur, mais plutôt ses dénonciateurs qu'il qualifie "d'inutiles et de nuisibles"...

Néanmoins, sonné par la décision contre AM, il se demande si son "combat", c'est-à dire son soutien, vaut encore la peine  "si ce sont ceux qui devaient profiter de la lutte pour l’image du pays que nous avons engagée sont ceux qui depuis le Cameroun redoublent d’effort pour qu’on parle mal du pays." Il ne comprend plus le pouvoir camerounais…

Il redouble de pleurs: "Un pays dit de droit est un pays où on laisse la justice faire son travail, sans interférence". Ah bon! Mais, n'est-ce pas ce monsieur qui a toujours chanté aux jeunes que l'Afrique n'a pas besoin de démocratie? Que c'est une escroquerie occidentale? De qui se moque-t-il aujourd'hui? Observez la gradation d'intensité de ses aveux: " La suspension d’Afrique Media par les camerounais est la preuve que la France n’est pas le problème au Cameroun, mais les Camerounais eux-mêmes". Hum! Et pour trancher la légendaire question des responsabilités, il affirme être plus inquiet des exécuteurs que des donneurs d'ordre…

Je lui aurais probablement filé une baffe s'il était à mes côtés... Mais monsieur Pougala, vous avez gâché de nombreuses années à déraisonner. N'est-ce pas là ce que disent tous les jours des patriotes éclairés et qui leur vaut d'être ciblés comme des vendus? Certains déséquilibrés allant même jusqu'à revendiquer la pendaison des patriotes ayant une avance sur le plan de la vision et de la pensée critiques et stratégiques. Combien de fois ai-je appelé à notre autocritique et dit que notre regard devrait d'abord s'orienter du côté africain? Combien de fois ai-je écrit que le renversement préalable des régimes au pouvoir ("nommés" ou pas "nommés") était le passage obligé de tous les combats? Et que quelles que soient les postures, chacun croisera les chemins de ces pouvoirs? Faut-il rire ou pleurer face au constat que vous, avec beaucoup d'autres grands diplômés, avez égaré pas mal d'esprits? Où iront-ils se cacher tous ces grands gamins qui ont misé sur les "nationalistes" au pouvoir?

Enfin! L''aveugle voit. Pougala découvre (à quelle heure?) à la 25è heure une vérité (d'autres mourront ignorants) digne de l'école primaire, et ne parvient plus à sécher ses larmes :" La France ne peut rien réussir au Cameroun sans la complicité des Camerounais". Curieux euphémisme pour nommer les autorités camerounaises comme responsables de la chienlit. Je rêve ou quoi? Ne s'agit-il pas de ces autorités qu'AM et vous souteniez,  soi- disant pour combattre la France? A présent, demandez pardon à tous ceux que vous avez égarés. De manière absurde, certains de vos disciples déclarent que c'est d'abord la France qu'il faut  en priorité combattre… Autant dire des prisonniers qui voudraient  aller combattre les autorités judiciaires, sans jamais se débarrasser du garde-prisonnier. Aberrations! Là où le bon sens minimal fait défaut, les diplômes ne peuvent être d'aucun secours… A se demander si c'est l'Occident qui est toujours responsable de cette médiocrisation de l'intelligentsia africaine.

A travers Pougala (comme Calixthe Beyala en 2011), il s'agit pour moi de dénoncer  tous ces intellectueurs qui souillent l'Afrique avec des doctrines farfelues. Soutenir des dictateurs africains et des médias à la solde pour combattre les médias occidentaux et leurs dirigeants, est très beau. Seulement, ces derniers ne tirent pas sur leurs propres populations pour durer au pouvoir… Où allons-nous? Mieux vaut la voie de la démocratie pour aller vers le développement.

Les autorités camerounaises n'avaient plus trop de choix: des puissances qui aident le Cameroun contre le terrorisme islamiste, ne supportant plus des accusations infondées. De plus, appeler les populations à attaquer des personnes ou telle ambassade par exemple, est-ce cela le journalisme? L'Afrique peut vraiment mieux faire…
Pour finir, 2 petites questions à Pougala, à AM et à toute la galaxie "panafricaniste": la France voudrait-elle déstabiliser l'Afrique afin de perdre ses intérêts au Nigéria, Cameroun, Tchad, Niger, etc? Ce pays qui "nomme" (dit-on) les dirigeants africains et à qui BH n'a pas prêté allégeance, aurait-il besoin de terrorisme BH  pour faire dégager les dirigeants de ces 4 pays? Décidément, les turpitudes sont africaines…

© Avec Camer.be : ITONDE DIBOUA
22août
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo