World news CAMEROUN :: "Insurrection" de Maurice  Kamto : Yaoundé fortement militarisé :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
World news CAMEROUN :: "Insurrection" de Maurice  Kamto : Yaoundé fortement militarisé :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Camer.be : Darren Lambo Ebelle
  • samedi 19 septembre 2020 09:25:00
  • 2779

World news CAMEROUN :: "Insurrection" de Maurice Kamto : Yaoundé fortement militarisé :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU


Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun ( Mrc), parti de l'opposant camerounais Maurice Kamto, prévoit des marches de grande envergure au Cameroun ( spécifiquement à Yaoundé la capitale politique du pays), pour le mardi 22 septembre 2020.

De ce fait, les autorités de Yaoundé ont pris des dispositions sécuritaires spéciales. Depuis hier vendredi, des véhicules de combat sont postés à tous les carrefours névralgiques de Yaoundé, avec des policiers et des gendarmes en tenue de combat, et arme au poing. Les contrôles des citoyens s'intensifient, notamment dans les taxis et les lignes de transport interurbain.

Un dispositif militaire plus ostentatoire depuis ce matin du samedi 19 septembre 2020. Déjà, plusieurs voies s'élèvent depuis une semaine, pour condamner le projet insurrectionnel de Maurice Kamto le leader du Mrc qui estime qu'il est le vrai vainqueur de l'élection présidentielle d'octobre 2018 remportée par Paul Biya le chef d'État sortant, avec plus de 71 pour cent de suffrages. Pour les uns et les autres, " il n'existe pas de marche pacifique tel qu'avancé par Maurice Kamto, avec pour objectif, le renversement des institutions". Il est donc clair et évident pour ces analystes politiques, que le président du Mrc prépare un coup d'État. D'où l'état d'alerte maximale des appareils sécuritaires.

De toute façon, le climat reste tendu et superstitieux à Yaoundé. Certaines organisations de la société civile ont mis en garde l'armée et la police, leur enjoignant de ne pas se mêler en choisissant un camp, mais plutôt d'observer, et de laisser la volonté du peuple s'exprimer si, ce dernier dans sa majorité, veut se débarrasser de Paul Biya.

Une analyse battue en brèche par les légalistes qui arguent que le pouvoir s'obtient par les urnes, et non par la rue et la violence. De toute façon, la tension sera encore plus palpable d'ici lundi.

19sept.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo