CAMEROUN :: Kondengui, une poudrière :: CAMEROON
CAMEROUN :: Kondengui, une poudrière :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Source : Le Jour
  • mercredi 03 juin 2020 00:00:00
  • 909

CAMEROUN :: Kondengui, une poudrière :: CAMEROON

Cette maison d’arrêt compte plus de 4000 détenus malgré la mesure prise en avril par le président de la République.

23 détenus de la prison centrale de Kondengui à Yaoundé ont été libérés le 1er juin 2020 à Yaoundé. Cette mesure entre dans le prolongement des décisions de commutation et de remise de peine prise en avril 2020 par le président de la République, Paul Biya. En avril dernier, plus de 550 autres détenus ont été libérés quelques jours après la décision prise par Paul Biya.

Cette mesure présidentielle avait pour objectif de désengorger les prisons du Cameroun, notamment la prison centrale de Yaoundé, en cette période où la pandémie de coronavirus sème tristesse et désolation dans le monde entier. Quelques jours avant le décret du chef de l’Etat, la Commission nationale des droits de l’homme du barreau du Cameroun lançait l’alerte sur la situation des prisons au Cameroun. Dans un communiqué, la Commission des droits de l’homme du barreau invitait les autorités politiques à prendre les décisions pour libérer les prisons au Cameroun.

Car dans les dix régions du pays, plus de 70 % des détenus sont en détention provisoire, c’est-à-dire en attente d’un jugement. Ces derniers jours, la prison centrale de Yaoundé fait face à une double menace. Une menace sécuritaire, liée à la surpopulation carcérale, et une menace sanitaire, due à la propagation de Coronavirus dans cette maison d’arrêt. Une prison construite pour abriter 750 détenus, compte actuellement plus de 4700 détenus. Au quartier Kosovo, un lieu qui abrite les prisonniers réputés délinquants, les détenus dorment les uns sur les autres.

En juillet 2019, un mouvement d’humeur survenu à la prison centrale de Kondengui avait causé des dégâts énormes. Les détenus anglophones ont manifesté pour exiger de meilleures conditions de détention. La bibliothèque de la prison centrale et d’autres bâtiments avaient été brulés lors de cette manifestation. En avril dernier, les détenus ont également manifesté pour exiger des meilleures conditions de prises en charge.

Cette manifestation intervenait suite au décès dans les circonstances troubles d’au moins trois prisonniers. « Depuis le mois d’avril on a enregistré les cas de Covid 19 dans cette maison d’arrêt. Certains prisonniers ont été évacués à l’hôpital pour leur prise en charge. Les prélèvements effectués ont confirmé qu’il s’agissait des cas de Covid 19.

Depuis un mois, l’infirmerie de la prison est débordée par les détenus qui présentent tous les symptômes du Covid 19.», explique un détenu. Malgré la mesure prise en avril dernier par le président de la République, les cas de placements en détention provisoire dans la prison centrale de Kondengui ne cessent de se multiplier. Selon un avocat, plus de 80 détenus ont été placés en détention provisoire entre avril et mai 2020.

03juin
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo