CAMEROUN :: Crise anglophone : Début de semaine noir au Sud-Ouest :: CAMEROON
CAMEROUN :: Crise anglophone : Début de semaine noir au Sud-Ouest :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Mutations : Blaise Djouokep
  • jeudi 07 février 2019 11:11:00
  • 2605

CAMEROUN :: Crise anglophone : Début de semaine noir au Sud-Ouest :: CAMEROON

Des échanges de coups de feu ont été entendus toute la journée d’hier dans certaines localités de cette région.

La journée d’hier, 06 février, a été marquée par des affrontements entre sécessionnistes et éléments des forces de défense et de sécurité (Fds) dans la région du Sud-Ouest. Puisque des coups de feu ont été entendus à Buea et dans les localités environnantes. Au point où, apeurées, les populations sont restées terrées à domicile. D’après des témoins, Bundouma, a été le théâtre le plus significatif de ces échanges de tirs qui ont laissé sur le carreau, selon nos informations, un homme atteint par balles. Par ailleurs plusieurs véhicules ont été incendiés par les sécessionnistes.

Le corps décapité d’un homme a également été retrouvé dans une rue. A Buea, capitale régionale du Sud-Ouest, un homme a été mortellement atteint par balles à « Mercedes Street », alors qu’il revenait d’un footing matinal. L'info claire et nette. C’est la deuxième victime qui tombe sous les balles des sécessionnistes, apprend-on, depuis lundi 04 février.

Lundi à Buea, un homme a été tué pour n’avoir pas respecté le mot d’ordre de « ville morte », au moment où une seconde victime était transportée à l’Hôpital régional annexe de Buea. Le département de la Manyu n’a pas été épargné. A Mamfé, les populations ont découvert plusieurs corps sur la voie publique au petit matin.

Des exactions sont menées malgré les patrouilles des forces de défense et de sécurité dans la ville de Buea. Jadis convoitée et admirée pour sa salubrité, la ville de Buea croupit désormais sous des tas d’immondices.

Au troisième jour du mot d’ordre de « ville morte » de sept jours lancé par les sécessionnistes en fin de semaine dernière, Buea n’a pas été tranquille. Il est question pour ces sécessionnistes de paralyser les activités marquant la semaine de la jeunesse, entre le 04 et le 11 février prochain.

07févr.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo