Camer.be
CAMEROUN :: Inondations au Centre-ville de Yaoundé : Régler définitivement le problème :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Source : L'Equation
  • Wednesday 13 June 2018 07:32:06
  • 4377

CAMEROUN :: Inondations au Centre-ville de Yaoundé : Régler définitivement le problème :: CAMEROON

Le Président de la République, S.E Paul Biya ne veut plus jamais voir le centre-ville de Yaoundé sous l’emprise des eaux. La Communauté urbaine et plusieurs associations mènent le combat à travers la construction du canal du Mfoundi et le curage des caniveaux.

La lutte contre les inondations au centre-ville de Yaoundé est loin d’être achevée. Plusieurs dispositions sont actuellement prises par la Communauté urbaine de Yaoundé, soutenue par le ministère de l’Habitat et du Développement urbain. Notamment, l’aménagement du canal du Mfoundi, dont la réalisation est visible. De la nouvelle route Bastos aux Brasseries, en passant par le Palais des Sports, le Bois Sainte Anastasie, le marché du Mfoundi, le lieudit Acropole et les abords du marché Mvog Ada notamment, le canal affiche désormais fière allure. De part et d’autre, les espaces aménagés pour canaliser les eaux sont déjà prêts.

Des garde-fous en béton ont déjà été posés aux abords du canal. « En face du Palais polyvalent des Sports jusqu’au marché charbon à Mokolo, les travaux ont déjà été réalisés, il ne reste plus qu’à élargir les berges de quatre mètres et les bitumer », a expliqué Gérard Essi Ntoumba, Coordonnateur du Projet d’assainissement de Yaoundé (Pady II). Au niveau de la Voirie municipale, par contre, il reste encore à faire, aucun employé sur le terrain, mais la devanture de la maison du Parti a déjà été terrassée et laisse entrevoir de grosses buses. Au lieu-dit échangeur-Sofavin, les travaux sont intenses.

Deux engins terrassent l’extérieur du canal, les deux côtés ont déjà été réalisés et dans les caniveaux, plusieurs ouvriers coulent du béton. Concrètement, le chantier avance, les données fournies par la Communauté urbaine de Yaoundé font état au niveau du lot 2 de 0,7 km de canal aménagé sur la rivière Mfoundi amont (Pont de la gare-SNI) sur 0,9 km prévu ; 1,9 km de canal aménagé sur la rivière Ekozoa (nouvelle route Bastos) sur 1,95 km prévu; 1,4 km de canal aménagé sur la rivière Ewoue (marché de Mvog Ada-Boulangerie Acropole - Mfoundi) sur 1,8 km prévu; 1,2 km de canal aménagé sur la rivière Abiergueu (marché de Mokolo charbon -Bois Sainte Anastasie) sur 1,45 km prévu; 2,4 km de canal aménagé sur la rivière Mingoa en amont et en aval du Lac municipal sur les 2,6 km prévus.

Le taux d’avancement physique est à ce jour de 84% pour le lot 1 et près de 80 % pour le lot 2. Même si l’ouvrage frappe à l’œil, un point sombre vient noircir le tableau des réalisations : le canal est envahi par de la boue, des herbes et des déchets plastiques. Ce qui empêche l’eau de circuler normalement. A cet effet, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé sous prescription du ministre de l’Habitat et du Développement urbain a fait appel à plusieurs associations pour assurer les opérations de curage de certains drains. Lundi dernier, c’est au niveau de l’Avenue Kennedy, du Bois Sainte Anastasie que ces jeunes munis de seaux et pelles s’activaient à dégager les drains bouchés.

14 jours pour libérer la « poste centrale »

C’est le délai donné par le Minhdu à la Communauté urbaine pour rendre la zone praticable par temps de pluie. Jean-Claude Mbwentchou a instruit la Communauté urbaine de Yaoundé (CUY), d’agir sans délai pour mettre fin au spectacle désolant qu’offre le centre-ville de Yaoundé après les pluies. Depuis le weekend dernier, des réunions se succèdent, des équipes d’ONG et d’associations sont mobilisées pour curer tous les lits des rivières qui traversent la ville.

Tous les drains, les caniveaux, toutes les canalisations sont pris d’assaut pour les libérer des déchets, des mottes de terre et des immondices qui les obstruent et créent les inondations à la poste centrale et à l’avenue Kennedy. Avant sa descente sur le terrain mardi, 05 juin dernier, le Minhdu venait de tenir une séance de travail avec les responsables de la CUY, du Pady II (2e Plan d’assainissement de Yaoundé) et des entreprises travaillant dans le cadre de ce programme ainsi que celles impliquées dans la construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen.

Jean-Claude Mbwentchou a rappelé l’urgence du problème et invité chaque acteur à mettre la main à la pâte pour une action collégiale à résultats immédiats. A la suite d’une forte pluie jeudi dernier, le Mfoundi est sorti de son lit et a immergé les rues de l’Avenue Kennedy et les abords de la Poste centrale. Les chaussées, les trottoirs, les automobiles ont été engloutis, laissant de tristes images qui commencent à être familières. Car, depuis quelques années, à la moindre averse, cette zone se retrouve les pieds dans l’eau. Les spécialistes expliquent que les ouvrages d’assainissement de la capitale sont aujourd’hui vétustes, encombrés et sous-dimensionnés par rapport à la taille de la ville.

Les changements climatiques ont rendu les pluies plus régulières et de forte intensité. Ce qui provoque des débordements d’eau. Et puis, il y a cet incorrigible incivisme des populations. Ces dernières ont fait des cours d’eau et des canalisations, des dépotoirs. Elles y envoient toutes sortes de détritus, même les plus insoupçonnables. Des immondices sortis des canaux s’amoncellent. Un autre défi puisqu’il faudrait les évacuer à leur tour pour sécuriser les emprises. En tout cas, le Minhdu a donné deux semaines pour que les inondations à Yaoundé ne soient plus qu’un mauvais souvenir. L’occupation anarchique des espaces publics semble aussi être un obstacle sérieux. Toutes sortes d’activités s’y déroulent, chaque espace y est exploité et occupé, y compris les chenaux. Toutes choses qui représentent autant de menaces à un assainissement durable de la ville.

13Jun
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo
;