Camer.be
CAMEROUN :: Ramadan 2018 : La campagne de dénigrement contre la Sosucam recommence :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Habeas Corpus : Murielle Loé
  • mardi 15 mai 2018 13:09:13
  • 4937

CAMEROUN :: Ramadan 2018 : La campagne de dénigrement contre la Sosucam recommence :: CAMEROON

Du 15 mai au 14 juin 2018 aura lieu le jeûne du mois de Ramadan au Cameroun et dans le monde entier. La consommation du sucre durant cette période augmente. Les ennemis du Cameroun en profitent pour distiller des informations dans la presse selon lesquelles la Sosucam serait incapable de couvrir le marché en sucre durant cette période mais le Ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana rassure la communauté musulmane.

Les milliers de fidèles musulmans qui entrent dans le Jeûne du mois de Ramadan dans les prochains jours vont acheter le sac de sucre de 50 kg au prix de 35.000 FCFA et plus, contre 24.000 FCFA à cause de l’incapacité de la Sosucam de couvrir le marché de 300.000 tonnes, elle qui ne produit que 130.000 tonnes de sucre par an ». Peut-on lire ces jours dans une presse à gage déterminée à ternir l’image de marque la société sucrière Sosucam.

Décidément les importateurs véreux du sucre conventionné brésilien et asiatique, les fraudeurs et contrebandiers ne désarment pas, malgré la récente instruction présidentielle suspendant jusqu’à nouvel avis les autorisations d’importation du sucre.  

Haute manipulation

Ces flibustiers et pirates des tropiques croient dur comme fer qu’en dressant communauté musulmane contre le Président de la République et ses plus proches collaborateurs en l’occurrence Ferdinand Ngoh Ngoh et Joseph Simo, en cette période électorale cruciale, la suspension des autorisations d’importation de sucre sera rapidement levée. On peut ainsi lire ceci dans cette presse : « C’est la consternation chez l’élite du grand Nord, car de nombreux dignitaires et autres lamido tentent encore de comprendre ce qui a bien pu convaincre le chef de l’Etat, Paul Biya, de suspendre les importations du sucre, sachant que l’unique producteur de sucre qui est la Sosucam est incapable de faire face à la demande qui va grandissante.

« Regardez autour de vous ! Demandez seulement aux gens que vous voyez dans la rue s’ils sont contents de cette décision ! Vous verrez que tout le monde est en colère, surtout à l’approche du Ramadan. Personnellement, je suis certain que les collaborateurs de Biya l’ont induit en erreur afin de marginaliser les musulmans pour leurs intérêts égoïstes ».

Et pour continuer dans la même lancée, écrivent-ils que « Le jeûne du mois de Ramadan qui approche à grands pas et qui devrait démarrer dans les prochains jours sera certainement une période très difficile pour les communautés musulmanes du pays, qui auront sans doute d’énormes difficultés à se ravitailler en sucre pour leurs repas dans les différents marchés du pays. Et pour cause, le secrétaire général de la présidence de la République (SGPR), Ferdinand Ngoh Ngoh, vient d’instruire le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, de suspendre les importations du sucre ».

Dénigrement de la Sosucam

Dans cette vaste campagne de déstabilisation et de dénigrement de la Sosucam, les mêmes journaux à charge soulignent que : « Si dans le Grand Sud du pays, les consommateurs semblent maugréer leur colère, dans les régions du Septentrion, les consommateurs ne cachent pas leur mécontentement. À l’instar d’El Hadj Ibrahim, 72 ans, qui se demande comment feront les fidèles musulmans par la période du jeûne qui approche. « J’ai une grande famille. Quatre femmes, une vingtaine d’enfants et des petits-enfants. Les nourrir n’est pas facile, durant cette période. Non seulement nous dépensons beaucoup pour certaines denrées, mais le sucre qui est incontournable dans nos repas va beaucoup peser. Car, il y aura pénurie à cause de l’incapacité de la Sosucam à approvisionner le marché. Ici, à Garoua, les prix du sac de 50 kg de sucre atteignent parfois les 40.000 FCFA pendant le jeûne du mois de Ramadan. Tout cela, parce que Sosucam ne parvient pas à nous fournir du sucre ».

Louis Yinda rassure

« On est à une énième fois dans une campagne de dénigrement initiée par les contrebandiers. Il faut démontrer que la Sosucam après la suspension des autorisations d’importation de sucre, n’est pas à mesure de faire face aux périodes de grande consommation comme le mois de jeûne de Ramadan». Le Pdg de la Sosucam rassure donc la communauté musulmane de ce que : «Le seul sucre « Made in Cameroun » est pourtant disponible dans nos usines et cette disponibilité déclinée en différents types de sucre et multi conditionnements permet un approvisionnement des marchés nationaux sur la période en cours à l’approche du Ramadan. La Sosucam renouvelle son ambition de produire du sucre d’excellence, à travers des critères de qualité et de satisfaction des consommateurs aux normes des standards internationaux ».

Luc Magloire Mbarga Atangana tranche

Dans un communiqué parvenu à la presse le 8 mai 2018, le Ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana a tenu à apporter des clarifications au sujet de la pseudo pénurie du sucre à l’approche du jeûne de Ramadan mais surtout sur les allégations selon lesquelles la Sosucam est incapable de couvrir le marché durant cette période : « Je tiens à lever toute équivoque, il n’y aura aucune pénurie du sucre au Cameroun. Pour les pouvoirs publics, la controverse ne devrait pas être. Les stocks de sucre disponibles au 30 avril 2018 : 52 000 tonnes sont stockées à la Société sucrière du Cameroun (Sosucam), dans les usines de Nkoteng et de Mbandjock.

S’agissant des importations, 30 000 tonnes sont stockées. D’ici le 16 juillet 2018, la Sosucam devrait produire 27 000 tonnes. Au 16 juillet, les stocks devraient être de l’ordre de 109 000 tonnes, pour une consommation mensuelle, moyenne de l’ordre de 12 000 tonnes. « Ces stocks peuvent largement suffire pour 6 mois ». Voilà qui est dit par la voix autorisée. Cela dit, les flibustiers et pirates qui alimentent cette controverse depuis la nuit des temps devraient pourtant s’inspirer de ce vieux proverbe qui dit qu’on ne tue pas la poule aux oeufs d’or. S’ils ne veulent pas l’admettre, ils sont néanmoins contraints par cette mesure salutaire du Président Paul Biya suspendant jusqu’à nouvel avis les importations du sucre, question de préserver l’unité industrielle locale. Le Président de la République a compris qu’il n’est pas nécessaire de sacrifier une bonne chose pour en avoir une moins bonne. La Sosucam est l’unique entreprise qui fabrique le sucre au Cameroun.

15mai
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo