Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ?
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ?

Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ?

Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ?
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ?
La polygamie n’est pas l’apanage des sociétés musulmanes ou africaines. C’est une réalité humaine qui remonte aux sociétés primitives, organisée ici, tolérée là, bannie ailleurs en fonction des coutumes. En France la chasse aux polygames africains, légiférée et promue par des politiques de tous bords, relève plus d’une hypocrisie sociale et d’un populisme xénophobe, que d’une réelle opposition à cette forme d’union.

La polygamie, une institution humaine à l’origine immémoriale.

L’intelligence, l’organisation et l’évolution de la société humaine implique un encadrement des rapports matrimoniaux. Il faut dès lors un bon équilibre entre l’ordre social et le droit pour des adultes consentants de vivre en polygamie ou en polyandrie. En la matière, chaque société est maîtresse de ses choix. Sous ce regard, traiter la polygamie de barbarie est une infamie.

L’essentiel des populations immigrées qui pratiquent la polygamie en France vient d’Afrique de l’Ouest : Mali, Sénégal, Mauritanie, Gambie, notamment. Dans ces pays la polygamie n’est globalement pas perçue comme une injustice, mais comme une institution sociétale encrée dans les mœurs matrimoniales, avant même l’arrivée de l’islam. Si la femme ne peut pas y avoir plusieurs conjoints comme l’homme,  ce désavantage est compensé par d’autres discriminations en sa faveur. Par exemple pour le Sénégal, le délit de bigamie, sanctionné par l’article 333 du code pénal, est opposable, à différents degrés, à la femme comme à l’homme. L’homme qui ne respecte pas son choix de monogamie ou de polygamie limitée commet le délit de bigamie. L’interdiction de la polyandrie, justifiée par des raisons sociales et génétiques (Difficultés à déterminer la paternité, sauf à recourir systématiquement aux tests ADN ; impossibilité de procéder à la dévolution successorale en cas de décès d’un des époux, risques d’inceste et d’autres mariages consanguins, etc.), est compensée par des discriminations au profit de la femme. Ainsi il incombe à l’homme de verser une dot à la femme et de l’entretenir durant le mariage. Son manquement peut être invoqué par la femme devant le juge pour obtenir un divorce à ses torts. Même après le divorce, la femme bénéficie de discriminations : son ex époux est obligé de lui verser une pension alimentaire s’il a obtenu le divorce pour cause d’incompatibilité d’humeur ou de maladie grave incurable.

La polygamie repose sur un équilibre judicieux dans certaines sociétés. Le vrai combat est de s’assurer que la femme a donné son consentement libre et exempt de vices avant de s’engager. Mais cet impératif du consentement n’est pas réservé à la polygamie. Il doit être exigé pour toute forme d’union : polygamie, monogamie, fiançailles, amourette ou même pour un simple bisou.
 
L’hypocrisie des sociétés modernes et la chasse aux polygames africains en France.

La chasse aux étrangers polygames a été officiellement enclenchée en France, timidement avec une loi Pasqua du 9 septembre 1986, puis, sans complexe et sévèrement, avec une autre loi Pasqua du 24 août 1993 relative à l’immigration.  Depuis lors,  un étranger en état de polygamie, même s’il a travaillé et vécu en France pendant des décennies, ne peut plus avoir de titre de résident et ne peut faire venir en France qu’une seule épouse. Par le terme sournois de « décohabitation »,  l’administration française encourage les femmes de polygames à abandonner leurs maris. En décembre 2001 le ministre français de l’intérieur avait pris une circulaire invitant les préfets à mettre en place des structures qui œuvrent pour la séparation des familles polygames.

Cette manière de combattre la polygamie en brisant des vies familiales n’est pas conforme au droit international. D’’après le droit international privé, le système de résolution des conflits de lois impose à la France de respecter le statut personnel qu’observe l’étranger depuis son pays d’origine. En l’occurrence son statut de polygame. La France transgresse cette obligation en ce qui concerne les immigrés africains, et commet une discrimination en tolérant la polygamie des ressortissants français  de Mayotte, de Wallis et Futuna.

Des femmes africaines sont toujours victimes d’un chantage au titre de séjour avec l’injonction : divorce, ou tu perds ton titre de séjour. Des assistantes sociales et des mouvements féministes-extrémistes les incitent à abandonner le domicile conjugal en leur proposant un logement séparé. Malheureusement la démarche de ces institutions plonge les femmes dans un désarroi pire : relogement précaire dans des foyers restrictifs ou des hôtels inadaptés, déscolarisation des enfants devenus SDF,  bannissement par la communauté d’origine, souffrance psychologique et sentimentale, etc. Cette démarche est illégitime et inutile. Elle entraine la naissance d’enfants hors mariage, car les femmes continuent de fréquenter les époux desquels elles ont été obligées de divorcer. Cet état de fait, connu de tous, témoigne d’une hypocrisie à peine voilée. Autre hypocrisie ostensible, l’administration ne mène pas la même guerre contre les français célibataires-polygames, qui fréquentent régulièrement plusieurs partenaires à la fois et font des enfants ça et là. Le clou de l’hypocrisie est que l’adultère n’est plus une cause péremptoire de divorce en droit français. Ainsi la loi fabrique des cocus et permet aux époux d’être des polygames de fait, et sans limitation de partenaires. Hélas !

La polygamie, objet de sacrilèges politiques pour séduire l’électorat d’extrême droite

Le nombre de familles immigrées concernées par la polygamie (hasardeusement estimé à 10 000 au moment où le défunt Charles Pasqua prenait ses lois tristement célèbres sur l’immigration) est insignifiant par rapport à la population française. Par ailleurs, la polygamie est largement pratiquée et tolérée pour les français (Mahorais et polygames de fait). Alors pourquoi cet acharnement répressif contre les polygames africains en France ?

On accuse à tort la polygamie d’être la cause des maux sociaux dont souffrent des familles immigrées en France. Ce raccourci est la résultante de stigmatisations globales  et galopantes des immigrés africains qui ont des coutumes et des mœurs jugées rétrogrades ou barbares depuis les récits xénophobes des premiers missionnaires et colons français, et des penseurs négrophobes comme Diderot.

La promiscuité, les échecs scolaires, et les tensions sociales qui caractérisent les banlieues où vivent les immigrés africains ne sont pas causés par la polygamie. Leur cause réside dans l’échec de la politique, ou plus exactement, dans  l’absence de politique d’intégration de ces populations ; et dans les discriminations au logement et au travail dont ils font l’objet. Ces difficultés concernent autant les familles polygames que monogames. Elles sont parfois plus accrues dans les familles monoparentales (Zérogames). Le lien de causalité établi entre polygamie et difficultés sociales est une mesquinerie politique qui sert à attiser les relents de xénophobie ou à courtiser l’électorat d’extrême droite. Malheureusement, des associations féministes, en manque d’inspiration pour défendre les vraies injustices contre les femmes,  servent de fer de lance  à cette manipulation populiste. Aux plus hauts sommets de l’Etat français, on a essayé de créer un lien entre violences urbaines et polygamie. Gérard Larcher, actuel président du sénat français, s’y était livré dans un entretien au quotidien britannique Financial Times. Bernard Accoyer, alors président du groupe UMP à l’assemblée nationale française, stigmatisait la promiscuité que génèrerait la polygamie. Un député-maire UMP prétendait que les délinquants les plus difficiles de sa commune étaient souvent issus de  familles polygames. Ces affirmations sans fondement n’ont qu’une seule finalité, non avouée : lutter contre l’immigration familiale africaine en éliminant un de ces facteurs : La polygamie.  
Face à la montée de l’extrême droite, les immigrés africains feront encore l’objet de stigmatisations et surenchères politiciennes. Ils constituent une proie facile pour appâter l’électorat xénophobe.

Débat avec une féministe qui qualifie la polygamie de barbarie.

© RADUCC : Aliou TALL
© RADUCC : Aliou TALL

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Prof Buldozer
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ? United States (Shippensburg)
camer.be
Ce polygame europeen s'affiche avec deux epouses alors qu'il en a trois.
Ou est la "grande royale" sur cette photo?
wa wok!!!
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ? France
Tout ce long pet bruyant et malodorant pour expliquer le désir de bai-ser plusieurs femmes. Si tu crois qu'une femme est ton égal et qu'elle peut faire pareil, on dira que tu es équilibré dans ta stupidité. Sinon, tu es totalement débile. Les africains polygames créent la délinquance en abandonnant leurs enfants.
zed2three
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ? France (Le Vaudreuil)
la sagesse africaine recommande de respecter les lois du pays d'accueil.Même en afrique,la polygamie est admise comme étant la réification de la femme,aux temps moyennâgeux où la femme était un sous-être immature et infantile,elle a fait son cours;aujourd'hui la femme est émancipée,autonome,libre et vit dans un monde où chacun s'affirme et se réalise individuellement.La polygamie n'est rien d'autre qu'un esclavagisme
Fhred11
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ? Canada (Toronto)
Je suis un fervent defenseur des droits de la femme et un Anti-polygamie, mais article somme toute pertinent.
L'auteur dit simplement que la loi Française contre la polygamie est hypocrite parce qu'elle ne s'applique systhématiquement qu'aux Africains.
Il dit aussi que cette loi encourage des relations type polygamie chez les conjoints de fait alors qu'elle enlève les mêmes droits chez les conjoints de droit (officiellement mariés).
Il dit enfin que feministes explique la delinquencies des banlieues Françaises par la polygamie, alors que ces derniers se retrouvent dans tous les regimes matrimoniaux dans un pays ou le taux de polygamie est presque nul.
Je crois savoir l'essentiel des delinquents viennent plutôt des familles monoparentales!
kiki22
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ? Switzerland
Question à Rita Marley, Bob était dit-on coureur de jupons ça ne vous gênais pas? non, bob était un négus ce sont des bandeurs, la monogamie c'est une histoire de white, c'est pourquoi ils ont inventé le mot fidélité (^_^)

Ps. Bob avait sauté la fille de Bongo, elle se plaignait que dès leur première rencontre Bob l'avait traité de vilaine, c'est seulement après qu'elle a compris que bob N'appréciait pas ses mèches, un artifice des aliénés africaines.

Monogamie=hypocrisie, "l'être humain" est fait pour varier les menus.
nakosas
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ? France (Lugrin)
Je hais la polygamie... comment peut-on être aussi stupide pour prendre deux femmes.
kiki22
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ? Switzerland
La polygamie est une valeur africaine et humaine, il y a plus de femmes que d'hommes dans le monde, personne n'aimerait être délaissée, tout le monde veut ya le mougnegué, vous me direz qu'il y a des sextoys, rien ne vaut le corps à corps.
La monogamie c'est une histoire des civilisations matérialistes, y en a même qui ne veulent pas entendre parler de procréation, imaginez un africain qui ne souhaite procréer.
Expérience vécu, mon créateur était polygame chaque épouse son appart, j'aurais évité certaines erreurs si je l'avais été moi même.
zed2three
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ? France (Le Vaudreuil)
à un moment où le sida désertifie nos villes et nos villages,la polygamie est une véritable source supplémentaire d'insécurité et de risques:mieux vaut une femme libre que celle assujétie à l'esclavage de la polygamie.Tout le mal de l'afrique ce sont ces procréateurs et ces géniteurs qui ne sont jamais devenus des parents avec toute la responsabilité que cela implique,notre compatriote @kiki22 en garde encore les séquelles
gabson
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ? Germany
@Fhred11, très bon esprit de synthèse! Je ne suis pas pro-polygamie, mais je ne saisis pas toujours ces arguments-insultes et insultes-arguments de certains "commentateurs", alors que l'auteur mêne une analyse très bien étoffée!!!

Que faire des femmes qui acceptent sans contrainte de vivre avec un mari ayant déjà d'autres épouses???

Une société qui prend le courage de se lancer dans la folie d'un supposé "mariage" homo en combattant la polygamie est une société folle et démoniaque!

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Les clubs mythiques démythifiés
Les clubs mythiques démythifiés
Facebook
réclame
partenaire
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ?
Christophe FOTSO MAISON DE LA DIASPORA PÔLE EUROPE A BERLIN INVITE SOPIEPROD
évènement
Polygamie en France : barbarie africaine ou prétexte xénophobe ?
actuellement sur le site