Camer.be
Cameroun: Affaire Pierre Kwemo: Vérités et contre-vérités autour d’une action judiciaire :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Guy Modeste DZUDIE
  • lundi 14 janvier 2019 16:12:00
  • 3124

Cameroun: Affaire Pierre Kwemo: Vérités et contre-vérités autour d’une action judiciaire :: CAMEROON

A Bafang, les cadres locaux du Rassemblement démocratique du peuple camerounais(Rdpc) contredisent le caractère politique et tribal de cette affaire et s’opposent à des éventuelles manifestations de protestation dans la rue.

Fait inédit. Le 11 janvier dernier, Pierre Kwemo, maire de la commune de Bafang et vice-président de l’Assemblée générale des Conseils fiscaux du Cameroun, est interpellé puis incarcéré à la prison centrale de Yaoundé Nkondengui pour « pillage en bande », selon l’ordonnance de placement en détention du juge d’instruction près le Tribunal de grande instance du Mfoundi.

En réaction, l’Union des mouvements socialistes(Ums), formation politique fondée et présidée par cet ancien vice-president de l’Assemblée nationale, estime qu’il s’agit d’une machination politico-tribale.

Anne Njonkam, 1er adjoint au maire de Bafang, avait mobilisé les populations de cette localité pour une marche sur les rues le samedi 12 janvier dernier. Elle comme de nombreux militants de l’Ums, semblent n’avoir pas baissé les bras. «Il est revenu que pendant leur détention, les agents Beti en service à ce parquet, tournant tout autour ont déclaré à l’endroit des mis en cause (MM. Kwemo et Kontchou) qu’ils doivent payer l'argent de leur frère Beti parce que les Bamilékés financent l’opposition à gros sous et veulent exploiter leurs terres», écrit Joseph Tchungo, secrétaire à la Communication de l’Union des mouvements socialistes(Ums).«Le silence et le respect des institutions ne sont pas synonymes de peur ou de faiblesse », soutient-on dans le communiqué de l’Ums.

Les militants de ce parti sont appelés à « rester vigilants, attentifs et mobilisés d’une façon permanente jusqu’à la libération de leur président national qui est un homme honnête ». Cette position est remis en cause par des cadres locaux du Rassemblement démocratique du peule camerounais(Rdpc) dans le Haut-Nkam. « Il faut éviter toute politisation. Le maire Kwemo devrait répondre de ses actes devant la justice. Il n’est pas convenable que les populations de Bafang soient invités à manifester pour une affaire relevant de la vie privée ou professionnelle de leur maire. D’ailleurs son parti, l’Ums, ne dispose pas d’une majorité absolue au sein du conseil municipal de Bafang. Il faut donc cesser toute politisation ou manipulation autour de cette affaire.

Les populations doivent être informées de la vérité », soutient notre source. Selon des informations recueillies à bonne source, il s’agit d’une affaire de terrains vendus par Pierre Kwemo à M. Peughouia un dit Quiferou – appellation donnée à un homme d’affaires Camerounais, en référence au nom de son entreprise -, qui remonte à 2009. Après la vente de deux terrains au sieur Peughouia (Quifeurou), le nouveau propriétaire a entrepris l’exploitation et aurait dans cet élan procédé à l’expulsion d’un locataire Andze Jean-Claude qui résidait dans une habitation construite sur l’espace concerné.

C’est à la suite de ce « déguerpissement » que le locataire aurait entrepris une action en justice pour vol et destruction de ses effets. Plusieurs tentatives auraient été entreprises par les accusés, afin que l’affaire soit résolue à l’amiable et se seraient butées à un entêtement du plaignant Andze Jean-Claude.

C’est suite de la fuite au sieur Peughouia (Quifeurou), le principal accusé, que Pierre Kwemo a été interpellé et placé en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé Kondengui ce 11 janvier 2019, après avoir opposé un non catégorique à la sommation de paiement de la somme de 100 millions FCFA au plaignant.

Pierre Kwemo Kwemo est le fondateur du club sportif UMS (Union des Mouvements Sportifs) de Loum dont il est le président. Il a été 1er vice-président du SDF, Vice-président à l'Assemblée Nationale du Cameroun avant de créer son parti Ums (Union des Mouvements Socialiste). Il a battu le Rdpc en 2013 à la mairie de Bafang. Mais n’y détient pas une majorité absolue au sein du conseil municipal où siègent également le Rdpc et le Mouvement citoyen national Cameroun ais(Mcnc) de M. Monthé.

14janv.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo