RD CONGO :: Deux morts et dispersions à balles réelles lors des marches en RDC :: CONGO DEMOCRATIC

RD CONGO :: Deux morts et dispersions à balles réelles lors des marches en RDC :: CONGO DEMOCRATIC

RD CONGO :: Deux morts et dispersions à balles réelles lors des marches en RDC :: CONGO DEMOCRATIC
RD CONGO :: Deux morts et dispersions à balles réelles lors des marches en RDC :: CONGO DEMOCRATIC
Au moins deux personnes ont été tuées par balle dimanche en République démocratique du Congo et d'autres blessées par la police lors des marches des catholiques contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila

"Depuis 7 heures, nous avons reçu trois blessés liés à la marche des catholiques dont deux blessés graves par armes à feu. Le troisième qui a reçu une balle à la poitrine est décédé", a déclaré à l'AFP le docteur François Kajingulu, médecin directeur de l'hôpital St Joseph de Limete, dans le centre de Kinshasa.

Un agent "a tiré sur mon frère à bout portant dans l'enceinte de la paroisse Saint Benoît (centre). J'étais près de mon frère", a déclaré à l'AFP le frère du défunt entre deux sanglots.

La Cenco et le comité laïc de coordination ont indiqué que deux personnes avaient été tuées dimanche. L'une à Kinshasa et l'autre à Mbandaka.

Dans un tweet, la directrice de l'Afrique de l'Ouest pour Human Right Watch Ida Sawyer, indique : "alors que les forces de sécurité dispersent de nouveau des manifestants pacifiques, l'activiste Rossy Mukendi du mouvement des citoyens du Collectif 2016 est abattu devant l'église Saint-Benoît dans la commune de Lemba à Kinshasa. Internet + SMS coupé depuis ce matin. Rapports d'autres blessés, arrêtés à travers le pays".

Dispersion à balles réelles à Kisangani

A Kisangani, grande ville du nord-est du pays, des centaines de fidèles qui sortaient de la messe ont commencé à marcher avant d'être dispersés par les forces de sécurité qui ont fait usage de gaz lacrymogènes et tiré à balles réelles. Deux personnes au moins ont été blessés par balles, selon un correspondant de l'AFP.

Les fidèles se sont repliés dans l'enceinte de la paroisse chantant le "Debout Congolais", l'hymne nationale de la RDC.

Dans la commune populaire de Mangobo, dans le nord de Kisangani, les habitants affluaient dans les rues et plusieurs groupes de jeunes gens se retrouvaient à 50 mètres des militaires de la garde républicaine, unité spéciale chargée de la protection du président Joseph Kabila.

La police réprime la marche du CLC à Kisangani et place en garde à vue trois prêtreshttps://www.radiookapi.net/2018/02/25/actualite/politique/la-police-reprime-la-marche-du-clc-kisangani-et-place-en-garde-vue …

Dans plusieurs villes, les marches ont été étouffées par les forces de sécurités qui se sont déployées en grand nombre devant toutes les églises catholiques.

A Bukavu et Goma

Le correspondant de VOA Afrique signale 14 interpellations et 2 blessés à Bukavu selon Josée Emina, coordinatrice du rassemblement de l'opposition au Sud-Kivu​.

​Au Sud-Kivu, l’appel à la marche du comité de coordination des laïcs catholique n’a pas connu un écho populaire à Bukavu selon le correspondant de VOA Afrique.

L’évènement annoncé est passé presque inaperçu selon le maire Meschak Bilubi qui a constaté que tout est à la normal. Les chrétiens ont choisi de se rendre à l’Eglise pour ensuite vaquer à leur occupation ajoute-t-il. Le maire signale tout de même quelques cas de dispersion des jeunes en petit nombre qui ont tenté de s’affronter à la police au niveau de Kadutu "pas à pas" et qui ont été maitrisés.

Le reporter de VOA a remarqué quelques manifestants dispersés par la police à coup de bombe lacrymogène dans différents axes de la ville au moment de la marche vers la place Major Vangu, en commune d’Ibanda, où ces manifestants venus de différents axes devraient se réunir pour une réunion.

A Uvira, deuxième ville importante de la province après Bukavu, aucune mobilisation n’a été observée. Les organisateurs de la marche parlent d’arrestations et envisagent présenter un bilan dans les heures qui suivent.

Selon le correspondant de VOA Afrique à Goma, la journée a été plutôt calme avec quelques dispersions rapides de petits groupes de manifestants. Deux personnes ont été arrêtées. La police a également quadrillé la ville.

Internet rétabli

A Lubumbashi, deuxième ville du pays dans le sud-est, des jeunes ont brulé des pneus dans les rues avant d'être dispersés par la police anti-émeute.

Ces marches sont organisées à l'appel du Comité laïc de coordination (CLC), un collectif d'intellectuels proche de l'Église catholique, qui demandent à M. Kabila de dire publiquement qu'il ne sera pas candidat aux élections prévues le 23 décembre 2018. Le CLC a reçu dimanche le soutien de 85 intellectuels francophones.

L'accès à internet a été rétabli en début de soirée, après dix heures de coupure, une coupure intervenue au moment de la sortie de la messe. ​Les échanges SMS et le système de messagerie WhatsApp ont également repris, alors que le réseau 3G se redéployait.

Malgré une faible affluence, les manifestants se sont montrés déterminés et dans plusieurs paroisses de Kinshasa, les fidèles ont commencé à marcher avant d'être dispersés par les forces de l'ordre.

A Saint François de Sales, des policiers cagoulés étaient postés devant la rue qui donne sur cette paroisse du centre de Kinshasa, où une femme de 24 ans, aspirante à la vie religieuse avait été tuée par un coup de rafale le 21 janvier lors de la précédente marche. Ils ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Des militaires arrivés sur les lieux ont fait usage des tirs de sommation pour disperser les manifestants.

A Kinshasa, où la marche avait été interdite, la police s'était donnée pour objectif de faire "zéro mort". La répression des deux marches précédentes avait fait une quinzaine de morts selon l’Église, deux d'après les autorités.

Ce dimanche, "le consigne zéro mort a été respecté avec professionnalisme par les forces de l'ordre déployées sur le terrain", s'est félicité le porte-parole de la police, le colonel Pierrot-Rombaut Mwanamputu.

Vendredi, l'Union européenne, la Suisse et le Canada avaient rappelé dans un communiqué conjoint "l'importance du respect des libertés fondamentales, en particulier de la liberté de manifester et de la liberté de culte".

En fin d'après-midi, le calme était revenu à Kinshasa, où les barrages de police ont été levés et que la présence policière et militaire se faisait discrète. Le Premier ministre congolais Bruno Tshibala a fait la ronde de quelques quartiers de la capitale, distribuant des billets de 100 dollars aux habitants, ont constaté des journalistes de l'AFP

© Source : Avec VOA

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Feutcheu de Bandjoun limoge Mfutila et signe un ghanéen
Feutcheu de Bandjoun limoge Mfutila et signe un ghanen
Facebook
réclame
partenaire
RD CONGO :: Deux morts et dispersions à balles réelles lors des marches en RDC :: CONGO DEMOCRATIC
Guy Alexandre Legrand MAMBO en toute intimité chez SOPIEPROD
évènement
RD CONGO :: Deux morts et dispersions à balles réelles lors des marches en RDC :: CONGO DEMOCRATIC
actuellement sur le site