CAMEROUN :: CAN 2019 : 2018, l’année décisive :: CAMEROON

CAMEROUN :: CAN 2019 : 2018, l’année décisive :: CAMEROON

CAMEROUN :: CAN 2019 : 2018, l’année décisive :: CAMEROON
CAMEROUN :: CAN 2019 : 2018, l’année décisive :: CAMEROON
Si pour des raisons évidentes, la menace sécuritaire  et  la  conjoncture  économique  ont constitué la trame du récent message présidentiel à la Jeunesse, le sport n’a pas du tout été  oublié.  S’adressant  à  ses jeunes  compatriotes, Paul Biya a campé, en une phrase, le contexte  et  l’enjeu  d’un  grand  rendez-vous sportif qui mobilise déjà beaucoup d’énergies :  la  32 è édition  de  la  Coupe  d'Afrique  des nations de football (CAN) 2019 qui va se dérouler au Cameroun.  

La place exceptionnelle occupée dans l’agenda national  par  cet  événement  sportif  majeur n’est plus à démontrer. Depuis l’attribution de la compétition au pays des Lions indomptables, de nombreux chantiers sur financement public, sont ouverts. Des moyens considérables sont en train d’être mis en œuvre pour doter notre pays  d’équipements  adéquats.  Qu’il  s’agisse des grandes enceintes (Japoma, Olembé), des stades réhabilités à  Yaoundé et  Douala, des nouveaux stades (Bafoussam, Buéa), des terrains d’entrainement, des structures d’hébergement, des voies de communication, etc.

A ce titre, l’année 2018 se présente comme un tournant décisif sur le chemin des préparatifs.  En  ce  mois  de  février,  le  compte  à rebours indique 15 mois environ pour honorer l’échéance, étant donné que toutes les infrastructures  doivent  être  livrées  2  à  3  mois avant le coup d’envoi. Longtemps  au  ralenti  sur  certains  sites,  les travaux de construction ont repris et connaissent même une accélération notable. De l’avis des  observateurs,  l’importance  de  la  phase préparatoire  s’explique  par  le  caractère  exceptionnel de la compétition. Pour la première fois en effet, la CAN va regrouper 24 équipes et  se  disputer  sur  7  stades  répartis  dans  5 villes différentes.

En rappelant  la somme des sacrifices  déjà  consentis  par  les  pouvoirs publics pour répondre aux attentes du public et des différents partenaires, le chef de l’Etat interpelle  par  ricochet  toutes  les  personnes et institutions impliquées dans la préparation et l’organisation, afin que chaque maillon de la chaine joue à fond son rôle, pour mieux atteindre les  objectifs  fixés.  Mais  au-delà  des infrastructures sportives, il appartiendra aux sportifs  de  prendre  le  relais  pour  prolonger une dynamique de victoire suffisamment ancienne.  

La  liste  des  lauriers  remportés  ces  derniers temps par le Cameroun constitue à la fois une source de motivation et d’inspiration pour la jeunesse. On peut rappeler à ce propos, le cinquième  sacre continental des Lions indomptables lors de  la CAN 2017, la  victoire obtenue à domicile par l’équipe nationale de volleyball  féminin,  championne  d’Afrique  de la discipline, sans oublier les médailles  remportées  par  des  athlètes  camerounais  dans diverses compétitions internationales. 

On  n’attend  pas  moins  de  nos  sportifs  lors des futures échéances. Pour que la CAN 2019 connaisse  une  réussite  sur  tous  les  plans, l’Etat s’est impliqué à fond, dans la construction d’infrastructures  comme  dans  l’organisation globale. La balle sera plus tard dans le camp des principaux acteurs du terrain. Après l’achèvement  des  travaux  d’infrastructures,  il  reviendra ensuite à nos footballeurs d’être à la hauteur de leur réputation ainsi que du palmarès élogieux de leurs illustres devanciers.

Ils ne peuvent le faire qu’en performant autant, sinon mieux que leurs aînés qui ont su par le passé porter haut les couleurs nationales. En dépit de quelques faux pas, nos footballeurs sont encore capables de surpassement pour soulever les montagnes le moment venu.

© Cameroon Tribune : Jean Marie NZEKOUE

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@