World news AFRIQUE :: Dominique Strauss-Kahn : « il était temps d’en finir avec le franc cfa » :: AFRICA CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
World news AFRIQUE :: Dominique Strauss-Kahn : « il était temps d’en finir avec le franc cfa » :: AFRICA CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
 
AFRIQUE :: FRANCEAFRIQUE
  • Source : Paris match.
  • lundi 13 janvier 2020 15:33:00
  • 20923

World news AFRIQUE :: Dominique Strauss-Kahn : « il était temps d’en finir avec le franc cfa » :: AFRICA CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU

Consultant notamment en Afrique, l’ancien directeur général du fonds monétaire international estime que l’Europe n’est plus le centre du monde.

Vous êtes familier du continent africain, où vous conseillez des chefs d’Etat. La fin du franc CFA est-elle une bonne nouvelle ?
Dominique Strauss-Kahn. Oui, le système ne pouvait plus durer, en raison des symboles dont il était lesté. Les références au passé colonial [NDLR : avant 1958, l’acronyme CFA signifiait Colonies françaises d’Afrique], les obligations de placer les réserves à la Banque de France, la présence de Français dans les instances monétaires africaines.

Pourquoi la décision n’a-t-elle pas été prise lors du passage à l’euro, quand vous étiez ministre des finances ?
Lionel Jospin a été nommé en 1997, six mois avant le passage à l’euro. Lorsque je me suis retrouvé à Bruxelles, la question du franc CFA n’avait jamais été abordée. Nos partenaires européens sont tombés de l’armoire et il a fallu batailler pour qu’ils acceptent quelque chose de bizarre, à savoir qu’une monnaie extérieure soit rattachée à l’euro, avec un lien avec le Trésor français. Mettre fin au CFA à ce moment-là aurait créé un deuxième problème. Il aurait fallu prendre cette décision bien plus tôt ou bien plus tard.

Pourquoi attendre plus de vingt ans ?
D’un côté, la France avait une position d’attente, sur le thème “nous sommes ouverts”. De l’autre, les Africains, qui sont bénéficiaires d’une garantie monétaire de la France, pouvaient difficilement agir seuls. Une démarche unilatérale de leur part pouvait être perçue par les marchés comme un facteur d’instabilité sur la valeur de la monnaie. Le risque d’ouvrir une brèche à la spéculation était réel. Il ne l’est plus, car les Français et les Africains ont bougé en même temps, et Paris continue d’assurer la garantie monétaire de la zone.

N’est-ce pas une autre forme de tutelle ?
Cela n’a rien à voir. Le compte d’opération libellé en francs CFA a été fermé. Le dernier cordon ombilical a été coupé. C’est un vestige du passé qui ne se justifiait plus. La souveraineté monétaire des Africains est totale. A eux de déterminer l’ancrage de nouvelles modalités. A eux de développer les échanges autour de cette monnaie unique et de créer un espace d’intégration que le CFA n’a pas été capable de faire. A eux d’intégrer, s’ils le souhaitent, d’autres pays, comme le Ghana, la deuxième puissance économique de l’Afrique de l’Ouest enclavée dans la zone Eco [NDLR : nom de la nouvelle monnaie].

Vous voyagez dans le monde entier. Avec la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la chine, les tensions avec l’Iran, la croissance en berne en Europe, qu’en disent vos interlocuteurs ?
En Afrique, la croissance reste relativement significative. Pour de nombreux pays, l’un des problèmes importants est le prix du pétrole et, aujourd’hui, l’impact que les relations entre les Etats-Unis et l’Iran pourraient avoir sur celui-ci. La situation en Asie est assez différente. Autant ils sont préoccupés par les tensions avec la Chine, autant les difficultés économiques des Européens leur paraissent assez secondaires. L’Europe est pour eux un client important, mais ce n’est pas le centre du monde. Ils sont plus préoccupés par la situation au Moyen-Orient ou par l’accès aux matières premières. Je voyage aussi en Asie centrale, dans des pays dont on parle peu aujourd’hui, mais qui sont passionnants et porteurs de beaucoup de potentiel dans les années à venir.

La politique unilatérale de Donald Trump fragilise les institutions internationales de l’après-guerre. Comment le FMI, que vous avez dirigé entre 2007 et 2011, peut-il survivre dans cette crise ?
Le multilatéralisme est évidemment en crise, notamment parce que les Etats-Unis y sont plus hostiles que jamais. Pourtant le rôle des institutions internationales est d’autant plus nécessaire que le monde va mal. C’est à elles, et notamment au FMI, d’imposer leur présence par la pertinence de leurs analyses et l’efficacité de leur action sur le terrain.

13janv.
Lire aussi dans la rubrique FRANCEAFRIQUE
Vidéo