CAMEROUN :: Municipales et législatives 2020 : Y a-t-il risque de désagrégation du RDPC ? Paul Biya en colère. :: CAMEROON
CAMEROUN :: Municipales et législatives 2020 : Y a-t-il risque de désagrégation du RDPC ? Paul Biya en colère. :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Camer.be : Ben BATANA
  • lundi 25 novembre 2019 16:28:00
  • 4058

CAMEROUN :: Municipales et législatives 2020 : Y a-t-il risque de désagrégation du RDPC ? Paul Biya en colère. :: CAMEROON

Le Dja et Lobo, bastion granitique du parti est en ébullition. Entre tripatouillages, magouilles, trafic d’influence, favoritisme, tout y passe au cours des investitures des candidats du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), parti au pouvoir à Yaoundé. Les militants de base, essentiellement des jeunes sont remontés contre les barons du régime. L’arbitrage du président national attendu.

Dans les différents états major du parti des flammes, la réponse est unanime « Tous sont a Yaoundé » On attend les arbitrages du comité central. Les revendications sont nombreuses, portées les militants de base, essentiellement les jeunes. Le ras le bol est perceptible « Ils ne veulent pas respecter les prescriptions du président national qui a demandé le rajeunissement de nos structures pour apporter le sang neuf au parti »

Et puis, des indiscrétions font état de ce que « le chef de l'Etat demande les comptes au comité CENTRAL du Rdpc ainsi qu'à certains caciques du régime les raisons du non-respect des prescriptions de la circulaire relative aux investitures pour les élections municipales et législatives ». La même source confie que le CHEF de l'Etat vient d’ailleurs d'annuler son voyage pour mvomeka pour voir claire sur cette situation. On le dit très remonté suite à la volonté de certaines personnalités de vouloir imposer certains noms au terme des consensus. Les yeux sont désormais tournés vers le comité central.

En attendant, le sujet fait la une des tabloids. Investitures Rdpc : « Ils veulent le tuer». S’exclame le journal L’Anecdote. Sur l’ensemble des circonscriptions, les militants de la base s’insurgent contre la dictature des barons du parti, qui se cramponnent obstinément à leurs postes au mépris des directives du président national. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, l’élite bafoue avec dédain les choix du peuple. Du fait de ce bras de fer la base et les caciques, menaces de vote sanction contre le parti des flammes. Le Directeur du cabinet civil à la présidence, élite et personnalité ressource du parti dans le Dja et Lobo, socle naturel du partis est pointé du doigt « Mvondo Ayolo sème la pagaille à Sangmélima» Selon Info Matin, Le ministre Dcc, accusé d’enfreindre les instructions du président national du Rdpc, est violemment pris à partie par un jeune du Dja-et-Lobo, qui l’accuse aussi de livrer le chef de l’Etat aux hordes vengeresses de la Bas.

Même son de cloche pour le journal Le Messager « Mvondo Ayolo à la barre dans le Dja et Lobo ». Le directeur du Cabinet civil de la présidence de la République accusé d’être à l’origine des tripatouillages pour imposer certains noms honnis par les populations. Et l’Indépendant « Sangmélima, la poudrière… ». ‘‘ Samuel Mvondo Ayolo et Fame Ndongo veulent tuer le Rdpc’’ La faute à des élus illégitimes, parachutés par une élite qui privilégie la cooptation, le trafic d’influence et les passe-droits. Le chapelet de récriminations est à la mesure de la désaffection et de la défiance. Rattrapé par son bilan désastreux, vomi et évincé par la base, André Noel Essian a activé des réseaux et son entregent pour rebondir. Meyomessala, Djoum, Benghis, c’est la même vague de suspicion autour des listes à problème des investitures.

Pour la Voix du Centre, il y a « Fraude massive dans le Nyong et So’o » le processus d’investiture dans la localité d’Akoeman dans ce département a été entaché par des irrégularités qui n’ont pas empêché la commission chargée des opérations de valider une liste visiblement refoulée par les populations. Dans le septentrion, La Météo parle du « complot de Koulagna Koutou contre le Rdpc dans le Mbéré » A travers de grossières combines sur fond de tribalisme, le chargé de missions à la commission régionale pour les législatives est en train de pousser la base dans les bras de l’opposition. Finalement, dans le RDPC « la contestation monte ». Selon Le Jour, les orientations fixées par le président du parti n’ont pas minimisé les conflits.

25nov.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo