Camer.be
Diendéré "commanditaire" du coup d'Etat au Burkina Faso
BURKINA FASO :: POLITIQUE
  • Avec : BBC Afrique
  • jeudi 13 septembre 2018 16:55:00
  • 1714

Diendéré "commanditaire" du coup d'Etat au Burkina Faso

Un officier de l'ancien Régiment de sécurité présidentielle (RSP) accuse le général Gilbert Diendéré d'être le "commanditaire" du coup d'État manqué de septembre 2015 au Burkina Faso.

C'est la première fois qu'un officier cite le général Diendéré comme cerveau du putsch depuis le début du procès en février dernier.

"C'est un coup du général et de quelques sous-officiers réfractaires", a déclaré à la barre le lieutenant Aliou Ghislain Gorgo.

Selon lui, les autres officiers militaires ont été mis devant le fait accompli.

Le lieutenant Aliou Ghislain Gorgo, âgé de 33 ans, a déclaré devant les juges que l'ensemble des officiers avaient été tenus à l'écart de l'opération.

C'est à 16 h 30, soit deux heures après l'arrestation des autorités du gouvernement de transition, que le général Gilbert Diendéré leur a expliqué ce qui se passait au palais présidentiel.

Au cours d'une réunion d'officiers sous bonne garde, un fait inhabituel, le général s'est excusé de ne les avoir pas informés à temps.

"Ce genre de choses, on ne peut le dire à le tout le monde", a raconté le jeune lieutenant, en disant citer le général Diendéré.

"La responsabilité du coup d'État est imputable au groupuscule réfractaire et au général Gilbert Diendéré", a insisté Aliou Ghislain Gorgo lorsque le parquet lui a demandé à qui le coup d'Etat doit être imputé.

Gilbert Diendéré au premier plan, lors de l'ouverture du procès en février 2018.Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionGilbert Diendéré au premier plan, lors de l'ouverture du procès en février 2018.

Ce groupuscule dont il parle est constitué, selon lui, de sous-officiers supérieurs qui ont mené les "opérations" sous les ordres de l'ancien chef d'état-major particulier de Blaise Compaoré.

"Ce sont eux, poursuit-il, qui composaient le commando invisible à l'origine des exactions en ville. Les faits et gestes des officiers étaient surveillés par des binômes en moto."

Le lieutenant Gorgo reconnaît avoir envoyé des missions pour "sécuriser" les lieux de rassemblement et de dépôt de munitions au moment du putsch.

Il a été félicité par le parquet et la partie civile pour la cohérence de ses propos en audience avec les procès-verbaux d'instruction.

Mais l'avocat Olivier Yelkouni, chargé de défendre Gilbert Diendéré, a estimé qu'il fallait attendre ce que dira son client à l'audience avant d'"apprécier" la version donnée par le lieutenant Gorgo.

Le général Diendéré est poursuivi pour complicité d'attentat à la sûreté de l'Etat, meurtre et coups et blessures volontaires.

Plusieurs personnes avaient été tuées lors de manifestations consécutives au putsch manqué, à Ouagadougou, la capitale.

Gilbert Diendéré et les autres éléments du RSP avaient ensuite remis le pouvoir au gouvernement de transition dirigé par Michel Kafando, à la suite d'une médiation des dirigeants des pays membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest.

13sept.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo