Camer.be
GUINÉE ÉQUATORIALE :: Guinée Equatoriale : Teodoro Obiang Nguema Mbasogo finance le carnaval de Rio :: EQUATORIAL GUINEA
GUINÉE ÉQUATORIALE :: POLITIQUE
  • O´Globo : FB/CN
  • samedi 14 février 2015 09:33:55
  • 10175

GUINÉE ÉQUATORIALE :: Guinée Equatoriale : Teodoro Obiang Nguema Mbasogo finance le carnaval de Rio :: EQUATORIAL GUINEA

A Rio de Janeiro, dès ce samedi soir, les écoles de samba défileront dans le Sambodrome pour tenter de décrocher le titre d’école championne du Carnaval qui débute. Mais une polémique est venue ternir la fête : une école de samba aurait reçu plus de 3 millions d’euros du président de la Guinée équatoriale, Theodoro Obiang Nguema. Une généreuse donation qui fait des remous.

Mais que peut bien avoir à faire Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, 72 ans et président – depuis 35 ans – de la Guinée Équatoriale, huitième gouvernant le plus riche du monde (selon Forbes), avec l’école de samba Beija-Flor (« Baise-fleur », nom donné par les Brésiliens au colibri), une des plus anciennes institutions carnavalesques de Nilópolis, 12 fois championne du Groupe Spécial du Carnaval de Rio de Janeiro et star absolue de l’ère du Sambódromo, qui dure depuis 1984 ?

C’est du moins ce que se demande l’édition en ligne d’O Globo, qui rapporte cette extraordinaire donation, la plus riche de l’histoire – 10 millions de réais, soit environ 3,15 millions d’euros – de M. Obiang à son école préférée, à l’approche du défilé de lundi prochain auquel ce chef de l’État a l’intention d’assister comme déjà plusieurs fois par le passé depuis 10 ans. Mais cette fois-ci, c’est sur lui que se dirigeront tous les projecteurs considérant l’insistance et l’emphase données par la presse et les réseaux sociaux du Brésil à la nouvelle.

“Le caprice d’un dictateur ?”, s’interroge O Globo, qui répond à l’affirmative : “Oui, parce que Obiang peut se le permettre”. La Guinée Équatoriale – rappelle le journal – est un pays pauvres mais c’est aussi le troisième producteur de pétrole d’Afrique, derrière le Nigeria et l’Angola. Obiang concentre entre ses mains tous les pouvoirs et gouverne par décret. Il fait tout ce qu’il veut”.

Il semblerait que le président guinéen ait été convaincu de financer l’école de samba Beija-Flor de Nilopolis par son fils aîné, Teodoro Nguema Obiang Mangue, alias Teodorin, l’un des vice-présidents de la Guinée Équatoriale, et connu des agents de la justice américaine et française pour ses excès. L’an dernier, cette école brésilienne avait eu quelques déboires pour le Samba Erredo, la chanson à thème qui accompagne le défilé des chars, des musiciens et des danseurs, qui avait été dédiée à José Bonifácio de Oliveira Sobrinho, ou Boni, directeur général de Tv Globo. Lorsqu’il avait eu vent de l’affaire, Teodorin, qui accompagne souvent son père à Rio où il séjourne dans leur luxueux appartement d’Ipanema ou dans la plus belle suite du Copacabana Palace, s’est donc proposé de sponsoriser lui-même l’école cette année et de manière consistante, dans l’espoir de contribuer à la reconduire jusqu’au triomphe.

Sans chercher à connaître l’origine de cette donation en provenance d’un pays inscrit sur la “liste noire” de plusieurs pays occidentaux, Beija-Flor a choisi cette année de défiler en faisant l’éloge des beautés de l’Afrique et le Samba Erredo mentionnera explicitement la Guinée, et, dans un cas bien précis, la Guinée Équatoriale. Selon O Globo, la version du nouveau Samba Erredo enregistrée dès l’an dernier ne contenait pas le nom complet du pays du président Obiang. Et ce serait précisément lui qui aurait insisté pour l’inscrire correctement avant de le distinguer de la République de Guinée, durement frappée par une épidémie d’Ébola.

 

 

© O´Globo : FB/CN
14févr.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo